Partager :

Depuis lundi 1er mars 2021, ceux qui arrivent à l’aéroport Ben-Gourion, entre Tel-Aviv et Jérusalem, se voient proposer le confinement de deux semaines en  hôtel corona ​. Ou, dans le cadre d’un projet pilote, une quatorzaine chez eux, équipés d’un bracelet électronique, habituellement réservé aux détenus. Une centaine de passagers ont déjà opté pour le bracelet.

Seuls quelques Israéliens sont admis à rentrer dans le pays, sur autorisation spéciale. Les restrictions devraient être un peu allégées dimanche 7 mars, comme la quarantaine forcée en hôtel. Mais la compagnie de cybersécurité Supercom, qui a obtenu le contrat, semble penser que son bracelet a de l’avenir. Il dit se préparer à en fournir des milliers pour  une utilisation plus large », ​avec les confinements de malades et de cas contact.

Le bracelet Supercom coûte environ 150 euros par jour et par personne. Le bracelet est le même qu’utilisé comme alternative aux peines de prison mineures. Il est très léger, ergonomique et étanche, et est accompagné d’un smartphone sécurisé et un autre appareil comportant un autocollant qui doit être fixé au mur.

Chaque individu se rend chez lui, et son adresse est identifiée avec le téléphone qui porte un système GPS. Chacun doit également apposer l’autocollant sur le mur, et à partir de ce moment, la quarantaine commence. Tant que le bracelet est suffisamment proche de l’autocollant, aucune alerte n’est envoyée au système.

SuperCom précise que le bracelet ne comporte aucune technologie GPS et que, par conséquent, si les gens décident de quitter leur domicile, ils seront complètement hors du radar.

LE PLUS.

SuperCom will aid the Israeli Ministry of Health in an immediate pilot of biometric monitoring for COVID-19 citizen quarantine compliance technology.

The company entered a similar contracts last year for its technology to be used to monitor juvenile offenders in Alabama and Latvia.

The contract includes 100 pairs of SuperCom’s existing products; the PureCare smartphone and PureTag biometric ankle bracelet will show user’s continual compliance with quarantine requirements upon entering Israel.

President and CEO of SuperCom, Ordan Trabelsi says the tech is already ready to go; “when it comes to safe and flexible compliance technologies, we at SuperCom are uniquely positioned for the challenge. It is what we live and breathe and central to our mission statement. It takes years of experience and significant investment to master, especially when you’re looking for a solution to function almost anywhere in the world. We have struck a compassionate balance between comfort and convenience while providing government agencies with the safety and security features they need.”

The PureHealth system leverages advanced AI and incorporates fingerprint biometrics, voice communication and integrates with the user’s smartphone. SuperCom also offers a web-based SaaS system to manage the field-based devices and compliance with program-defined rules.

The company raised $7 million last month to support its plans to grow the company’s sales, and has previously provided solutions for law enforcement, e-Government, IoT and cybersecurity sectors including biometrics enrollment, issuance and border control services.

Partager :