Partager :

ISRAELVALLEY. Nous avons sélectionné cet article intéressant au regard de l’actualité en France. Un article de Rony Akrich. «A l’ombre de l’épidémie, implications de la crise du Corona virus sur les victimes d’agressions sexuelles», le Rapport annuel 2020, présenté devant la Knesset, montre une très forte augmentation des agressions sexuelles et de l’inceste au sein de la famille : +33%!

«Je ne peux pas supporter l’idée de rentrer chez moi», écrit M., jeune femme de 21 ans qui a grandi dans un foyer violent et fait, actuellement, partie de l’armée régulière en Israël. Environ 54% des messages par tchat aux centres d’aide aux victimes d’agressions sexuelles, hommes et femmes, concernent des abus subis au sein même de la famille. La grande majorité des cas révèlent un inceste, le reste, d’un préjudice contre le conjoint.

Environ 30% des communications proviennent de garçons et de jeunes filles mineures.  L’épidémie de corona a entraîné une cessation partielle des suivies psychologiques des victimes. Ces traitements étaient une bouffée d’oxygène pour de nombreuses personnes qui souffraient de déchirures suite à une ou plusieurs agressions sexuelles.

D’autres ont récemment pris leur courage à deux mains pour dénoncer leur drame, dévoiler leur blessure, et recevoir des soins adéquats. Force est de reconnaître, malheureusement, qu’elles devront patienter avec leur plaie béante pendant une période encore inconnue.

En ces temps de crise, dans les centres d’assistance aux victimes, le système a été renforcé autant que possible. Ils fournissent une réponse préliminaire, sûre et anonyme. En plus des anciennes lignes d’assistance téléphonique, il est également possible de les contacter par écrit et de recevoir une réponse immédiate, personnelle et sécurisée.

Des symptômes tels que des troubles alimentaires, automutilation, consommation de drogues et d’alcool, dépression, suicide, difficulté à établir une relation de confiance, difficulté à persévérer dans un travail, à l’école, trouble dissociatif à divers degrés, victimisation, difficultés liées à la sexualité et aux rapports sexuels. Toutes les personnes porteuses de tels syndromes révèlent pour la plupart des agressions et traumatismes sexuels à un plus jeune âge.

Pendant des années, les crimes incestueux étaient absents du débat public, bien qu’ils soient considérés comme un tabou et un péché dans la plupart des cultures et religions.

Reprise partielle d’un article « LES INCESTUEUX EN TERRE PROMISE » – Par Rony Akrich.

Photo d’illustration uniquement.

https://cqvc.online/

 


 

Partager :