Partager :

La reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, et la décision des USA d’ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla, ont suscité énormément d’intérêt, notamment au vu des opportunités économiques qu’offre ce pas pour le Maroc et plus particulièrement ses provinces du Sud. 

Le ministre de l’industrie et du commerce, et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid El Alamy, n’a pas manqué de saluer le leadership du Roi Mohammed VI dans la gestion du dossier du Sahara marocain, qui a abouti à la décision des États-Unis d’Amérique de reconnaitre la souveraineté marocaine sur ces terres et d’ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla.

Un consulat qui entreprendrait principalement des tâches économiques afin d’encourager les investissements américains et de promouvoir le développement économique et social, surtout au profit des habitants de nos provinces du sud a-t-il précisé.

Dans une déclaration exclusive accordée à Hespress, le responsable gouvernemental a noté que les préoccupations des investisseurs américains concernant les provinces du sud du Royaume seront surmontées après la décision de reconnaître la souveraineté du Maroc, soulignant que dans le passé, le processus d’investissement dans le Sahara marocain a été arrêté pour des motifs politiques et la décision des USA est venue éliminer ces inquiétudes.

Ainsi, le ministre a révélé à Hespress que de nombreux investisseurs en relation permanente avec le Maroc ont annoncé leur intention d’investir dans les provinces du sud du Royaume, immédiatement après que le président américain Donald Trump ait publié son décret présidentiel à travers lequel le pays de l’oncle Sam reconnaît la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur toute la région du Sahara marocain.

Parmi les secteurs dans lesquels les Américains investiront, figurent les domaines liés aux énergies renouvelables et aux technologies, et tout ce qui touche au transport, a fait savoir MHE exprimant ainsi son espoir de développer les investissements étrangers dans cette zone du Royaume pour qu’elle puisse augmenter à son tour ses bénéfices comme d’autres régions.

À cet égard, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique a affirmé que de nombreux pays suivront les États-Unis dans leur démarche, que ce soit en ouvrant des consulats ou en investissant dans les régions du sud du Royaume, soulignant que son ministère entamera ses contacts avec tous les investisseurs qui ont montré à un moment donné un intérêt et une volonté d’investir dans le Sahara marocain.

S’agissant des investisseurs israéliens, notamment d’origine marocaine, le responsable a indiqué que « le ministère entamera ses contacts, à partir de lundi prochain, avec tous les investisseurs maroco-israéliens qui ont une volonté d’investir dans le Royaume« , ajoutant que « beaucoup d’entre eux souhaiteraient investir au Maroc. Quand cela n’a pas été possible, ils ont cherché refuge dans d’autres pays. Mais aujourd’hui ils reviendront ».

Mais pas que ! MHE a révélé que les domaines d’investissement qui devraient être choisis par les Israéliens sont principalement ceux de la technologie, de la pharmacie et de la médecine, en plus des produits et matériels agricoles, de l’électronique.

https://fr.hespress.com

Partager :