Partager :
Une société israélienne, Netafim, a développé un système d’irrigation goutte à goutte pour la culture du riz afin de remplacer les rizières inondées qui ont fourni du riz au monde entier depuis des générations mais qui infligent des dommages à l’environnement.
Le riz est l’aliment de base de plus de la moitié de la population mondiale, mais sa culture utilise 30 à 40% de l’eau douce mondiale et est responsable de 10% des émissions de méthane de gaz à effet de serre produites par l’homme, selon la Sustainable Rice Platform, soutenue par les Nations Unies.
Netafim, une entreprise pionnière de l’irrigation goutte à goutte la culture des pommes de terre et des melons dans le paysage aride d’Israël, vient de terminer un programme pilote utilisant sa technologie sur 1 000 hectares de rizières dans des régions d’Europe à l’Asie du Sud.
Au sein de la ferme La Fagiana, dans le nord-est de l’Italie, deux champs, côte à côte, produisent un riz de haute qualité pour le risotto.
L’un est inondé, entièrement recouvert d’eau jusqu’à 15 cm pour maintenir les températures et éloigner les mauvaises herbes.
L’autre est sillonné de tuyaux perforés délivrant aux racines des quantités précises d’eau représentant moins de la moitié de la quantité utilisée sur le champ inondé.
« Nous voulons augmenter la production sans augmenter l’utilisation de l’eau ni diminuer la qualité », a déclaré Michele Conte, dont la famille gère La Fagiana depuis des décennies et qui a adopté le système Netafim sur certaines de ses terres.
Pendant trois ans, l’irrigation au goutte-à-goutte a donné le même niveau de riz et parfois même de meilleure qualité que les rizières inondées, a-t-il déclaré.
Cela leur permet également de faire une rotation des cultures tout au long de l’année.
Netafim a déclaré être parti de zéro pour obtenir le même rendement que les inondations et avoir eu besoin d’une décennie pour créer un nouveau protocole pour l’arrosage, la fertilisation et la plantation du riz avec irrigation goutte à goutte.
Les conditions de croissance passent de l’aérobie à l’anaérobie, ce qui signifie que les émissions de méthane « passent à zéro », a déclaré le PDG Gaby Miodownik.
Michele Conte a déclaré que le calendrier de traitement du riz devait encore être peaufiné, mais qu’il était devenu un argument de vente pour les clients soucieux de l’environnement.
L’investissement initial dans les tuyaux, les pompes et les filtres pourrait être coûteux pour les agriculteurs dont les marges bénéficiaires sont, pour la plupart, déjà minces.
Mais l’abandon des inondations devrait gagner du terrain et des entreprises comme Jan Irrigation, en Inde, développent également des systèmes d’irrigation goutte à goutte pour le riz.
La demande de riz devrait augmenter de 25% d’ici 2050 et les rizières laissent une trop grande empreinte, a déclaré Wyn Ellis, directeur exécutif de la Sustainable Rice Platform.
Les experts conviennent que la riziculture doit devenir plus durable. « Le secteur a besoin d’une transformation », a déclaré Wyn Ellis.

Source Enviro2b

Partager :