Partager :

A. SCIENCES ET TECHNOLOGIE. ACCORD EXCEPTIONNEL. Le Weizmann Institute des Sciences a signé un accord avec « Mohamed bin Zayed University » d’intelligence d’Artificiel aux Emirates. L’Université Bin Zayed d’Intelligence Artificielle est une institution universitaire de recherche et de deuxième cycle située à Abu Dhabi. L’université a été créée en 2018 et propose des programmes dans le domaine de l’intelligence artificielle pour les étudiants locaux et internationaux.

Zayed University est connue pour englober deux campus modernes situés à Abou Dhabi et à Dubaï qui accueillent des étudiants nationaux et internationaux des Émirats arabes unis, de la région du Golfe et du monde entier.

B. TECH-TRIANGLE. L’Inde, Israël et les États-Unis ont entamé une coopération trilatérale sur le leadership et l’innovation numériques, a déclaré un haut responsable américain. La collaboration 5G est la première étape et n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le directeur de l’Indiaspora, qui a présenté le concept du « tech-triangle » (Silicon Valley-Tel Aviv et Bangalore) au premier ministre Narendra Modi en Israël en 2017, a déclaré que la beauté de ce modèle est que la technologie est un point commun aux trois choses.

C. CYBER GUERRE. Zim a décidé de mettre à profit son expérience avec Konfidas, un expert israélien en cybersécurité, pour créer une filiale commune. Baptisée ZKCyberstar, cette société aura pour vocation d’apporter ses services aux acteurs du secteur maritime.

L’armateur israélien rappelle que les cyberattaques occasionnent des bouleversements économiques qui ont un coût important pour le secteur. Selon des chiffres issus d’un rapport ayant motivé la création de cette filiale par Zim et son partenaire Konfidas, une cyberattaque frappant les ports asiatiques pourrait se solder par une facture de 110 milliards de dollars pour l’économie mondiale. D’autres études estiment que la cybercriminalité pourrait coûter la somme de 6.000 milliards à l’horizon 2021.

D. JEUX VIDEO. Xtend, une startup israélienne, utilise la réalité augmentée du monde du jeu vidéo et l’applique aux solutions de drones, y compris la lutte contre les menaces de drones. Elle a reçu le soutien d’une initiative d’accélération soutenue par l’Université de Tel Aviv et l’Agence de sécurité israélienne,.

Un nouveau programme dirigé par la Direction israélienne de la recherche et du développement pour la défense et le Bureau d’appui technique américain pour la lutte contre le terrorisme a pour objectif d’utiliser les drones Skylord, de la société israélienne Xtend, pour protéger les forces militaires américaines.

Xtend a déclaré que le programme fournira «plusieurs dizaines de systèmes Sparrowhawk» à l’armée américaine.

Le programme a jusqu’à présent produit un système de drone avec une interface immersive qui protège les troupes de diverses menaces aériennes, selon le ministère israélien de la Défense. Un utilisateur peut porter des lunettes pour voir à travers la lentille du drone, et à l’aide d’une manette portative, il peut ensuite piloter le drone pour observer une menace et utiliser la capacité de destruction dure du drone pour éliminer la menace des drones.

«À l’aide d’un dispositif de réalité augmentée (RA) et d’un contrôleur d’une seule main, un opérateur militaire peut utiliser le … système pour contrôler le drone et effectuer des tâches complexes à distance, avec une grande facilité et précision. Son interface permet à l’opérateur de se plonger ou de «pénétrer» dans une réalité distante et d’engager des cibles de manière efficace mais sûre », selon un communiqué de Xtend.

«Les capacités du système ont été démontrées en Israël, avec des interceptions confirmées d’engins incendiaires lancés au-dessus de la frontière de Gaza par des organisations terroristes.»

C. NESS ZIONA. Le premier essai du vaccin de l’Institut biologique de Ness Ziona aura lieu en Octobre dans les hôpitaux Sheba et Hadassah. Cent volontaires dont le recrutement sera définitif les jours prochains, recevront, le vaccin.

Première phase, vérification sur la  sécurité du vaccin. S‘il s’avère qu’il n’a aucun effet secondaire significatif, les essais seront étendus à des centaines de nouveaux volontaires. Le vaccin israélien développé à l’Institut biologique de Ness Ziona est un vaccin actif qui stimule le système immunitaire de l’organisme à agir contre le virus.

Le vaccin est basé sur un virus actif considéré comme inoffensif pour l’homme, qui a été conçu pour que sa coquille contienne la protéine du virus corona. L’injection du virus fabriqué dans le corps est censée enseigner au système immunitaire comment produire des anticorps contre le virus. L’institut a d’abord annoncé la fin du développement du vaccin en juin de cette année. Selon un rapport de la presse professionnelle, les hamsters qui l’ont reçu et ont été exposés au corona n’ont pas développé la maladie. Maintenant que les phases expérimentales chez les animaux de laboratoire sont terminées avec succès, la phase des essais cliniques chez l’homme va commencer.

 

Partager :