Partager :

Bonjour chers auditeurs de Radio J.

Un évènement à ne pas manquer : Conférence Zoom de Isaac Ben-Israel et Cédric Villani sur l’intelligence artificielle organisée par l’Institut français d’Israël.

Isaac Ben-Israel est le Directeur du Blavatnik Cyber Center, Président de l’agence spatiale israélienne et du Conseil national israélien pour la R&D, Auteur de la stratégie israélienne dédiée à l’intelligence artificielle. Cédric Villani est Mathématicien, Lauréat de la médaille Fields en 2010, Lauréat du prix Doob en 2014, Député français, Auteur de la stratégie française dédiée à l’intelligence artificielle.

Le jeudi 10 septembre à 19h, heure israélienne. (En anglais / en ligne). Envoyez nous un mail pour en savoir plus : daniel@rouach.net

A. ITALIE ET ISRAEL. Le nanosatellite Dido-3, qui ne pèse que 2,3 kg, a été lancé dans l’Espace. Produit de la collaboration israélo-italienne, ce laboratoire spatial de la taille d’une boîte à chaussures est conçu pour réaliser des expériences et recueillir des données médicales, biologiques et chimiques.

Conçu par la société israélienne Space Pharma avec les agences spatiales israélienne et italienne, le Dido-3 était l’un des 53 engins spatiaux de 13 pays lancés dans l’Espace à bord d’une fusée Vega depuis le Centre spatial guyanais en Guyane française en Amérique du Sud, mardi soir heure locale. (T.O.I)

B. MEDICAL. Le kibboutz Hatzerim est célèbre pour avoir fondé Netafim, la firme d’irrigation à la base du système goutte à goutte. Il a maintenant cofondé Picodya – développeur de la plateforme de diagnostic in vitro B-Matrix.

Hatzerim a investi plusieurs millions de dollars dans Picodya. Le produit innovant est capable de mener un panel de tests et d’analyses en créant des milliers de gouttelettes de marqueur picolitre (10-12) pour plusieurs patients en parallèle. Selon Picodya, les résultats sont livrés en 15 à 20 minutes et le système est capable d’aider à diagnostiquer et à traiter le cancer, le dysfonctionnement cardiaque et les maladies infectieuses, y compris Covid-19, la grippe et le SRAS. (Israelvalley et T.O.I).

C. AFRIQUE. La coopération israélienne via son Agence Mashav, a offert toujours au Togo, une unité de traumatologie ultra-moderne au Centre hospitalier régional d’Atakpamé. Les équipements sont ceux de la dernière génération et sont les mêmes qu’on utilise dans les hôpitaux israéliens de réputation internationale. 37 personnes (médecins, anesthésistes, sages-femmes, infirmiers) ont été formés par les spécialistes israéliens dans le cadre de ce projet.

D. DEFENSE ET SECURITE. Le grand groupe de défense israélien Rafael va créer une joint-venture avec Anyvision (Israël). Créée en 2015, la start-up israélienne Anyvision s’est spécialisée dans la reconnaissance visuelle des humains et des objets.

Rafael Advanced Defense Systems, connu sous le nom Rafael, est l’autorité israélienne pour le développement d’armes et de technologie militaire. RAFAEL collabore avec différentes sociétés américaines (Lockheed Martin, Raytheon) et européennes (Thales, EADS, BAE) sur plusieurs projets de missiles, drones et systèmes d’armes

E. MEDICAL. ANYVISION. Le plus grand hôpital d’Israël, le centre médical Sheba à Ramat Gan, utilise un logiciel développé par la startup de la reconnaissance faciale AnyVision pour « pousser » ses visiteurs à porter des masques et à les porter correctement.

Le logiciel, déployé à l’hôpital, utilise les caméras de sécurité déjà déployées dans les locaux. Le système d’AnyVision détecte les visiteurs qui ne portent pas de masque, ou qui le portent de manière incorrecte, et fait des commentaires sur les écrans avec des messages.

Lorsque la pandémie de coronavirus a frappé, AnyVision a mis à jour sa technologie d’apprentissage en profondeur pour reconnaître les visages masqués.

Selon un ingénieur de Anyvision : « Nous avons appris aux algorithmes à identifier une personne grâce aux caractéristiques qui sont encore visibles », a-t-il expliqué, notamment les yeux, le front et l’arête au-dessus du nez. Si une personne porte des lunettes de soleil et un masque, par exemple, la reconnaissance ne sera pas possible. Mais avec un masque et des lunettes normales, l’algorithme est capable de reconnaître la personne avec une précision de 99 %, tant qu’au moins la moitié du visage est dégagée ».

Microsoft a cédé ses parts dans AnyVision, même si le géant de la technologie a déclaré qu’il ne « pouvait pas prouver que la technologie de la start-up était utilisée de manière contraire à l’éthique ».

Partager :