Partager :

Des chercheurs israéliens ont développé une méthode pour aider à identifier, surveiller et éventuellement prédire les futures zones d’épidémie de coronavirus.

La méthode a été conçue par des experts de l’Institut Weizmann des sciences, en collaboration avec des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem et du ministère de la Santé.

Cette méthode est basée sur des questionnaires destinés au grand public et permettant de suivre l’évolution des symptômes viraux dans une communauté.

Les données sont ensuite analysées par des algorithmes et une intelligence artificielle afin de prédire où le virus est le plus susceptible de se propager.

Un essais pilote a été lancé par les professeurs Eran Segal et Benjamin Giger de l’Institut Weizmann et le professeur Yuval Dor de l’Université hébraïque. Il a suscité une large coopération de la part du public israélien, environ 60 000 personnes ayant rempli les questionnaires.

À partir d’une analyse préliminaire des données, les chercheurs et les scientifiques ont pu détecter une augmentation significative des symptômes dans les endroits visités par les patients corona confirmés.

Selon les chercheurs, cette méthode aidera les autorités à prédire quelles villes sont les plus susceptibles de souffrir d’une épidémie, les aidant ainsi à concentrer leurs efforts là où elles sont le plus nécessaires.

Le ministère de la Santé a publié une carte montrant le nombre de cas de quarantaine à domicile dans chaque communauté israélienne, indiquant qu’il a une bonne compréhension de la façon dont le coronavirus s’est propagé à travers le pays en raison de l’augmentation des tests.

Grâce à la carte, le grand public peut désormais voir les principaux épicentres de coronavirus d’Israël.

Source : Ynet et Hassidout.org

Partager :