Partager :

« Aujourd’hui, c’est le 14 juillet, date où en 1789, les citoyens français firent irruption dans la Bastille, siège du pouvoir oppressif, et y mirent le feu. Aujourd’hui, 14 juillet 2020, les citoyens d’Israël marchent sur le nid de coucou de la rue Balfour, résidence de l’inculpé, parrain d’une bande de gangsters, de son épouse la voleuse et de son fils le maquereau, et on le brûle! ».

L’EDITORIAL de LPH : « Les manifestations contre le Premier ministre donnent lieu à une incitation sans précédent contre lui et sa famille, sans plus aucun rapport avec le débat politique légitime. La date du 14 juillet a notamment été le prétexte à des parallèles indécents et des propos qui dépassent de loin les limites de la liberté d’expression. Mais dans ce sens, c’est permis. Ainsi, un internaute a pu publier un tweet particulièrement odieux: « Aujourd’hui, c’est le 14 juillet, date où en 1789, les citoyens français firent irruption dans la Bastille, siège du pouvoir oppressif, et y mirent le feu.

Aujourd’hui, 14 juillet 2020, les citoyens d’Israël marchent sur le nid de coucou de la rue Balfour, résidence de l’inculpé, parrain d’une bande de gangsters, de son épouse la voleuse et de son fils le maquereau, et on le brûle! » Ce n’est qu’un seul exemple parmi la multitude d’appels au meurtre lancés sur les réseaux sociaux à l’encontre de Binyamin Netanyahou et sa famille. (https://lphinfo.com)

Partager :