Partager :

La compagnie aérienne israélienne El Al pourrait revenir dans le giron de l’État, alors que le président de la société aurait accepté un plan de sauvetage du gouvernement susceptible de donner à Israël le contrôle d’environ 61% de l’entreprise.

Dans le cadre de l’accord annoncé, la compagnie aérienne obtiendra un prêt de 250 millions de dollars (220 millions d’euros) garanti à 75% par l’Etat, en cas de défaillance de l’entreprise.

Selon l’accord passé avec le gouvernement, la compagnie aérienne émettra par ailleurs des actions pour un montant de 150 millions de dollars (132 millions d’euros), l’Etat s’étant engagé à racheter le stock qui n’aura pas été acquis par le public », ajoute la compagnie.

Comme d’autres sociétés de transport aérien ailleurs dans le monde, la compagnie connaît de grosses difficultés suite aux pertes financières causées par l’annulation de nombreux vols en lien avec l’épidémie du nouveau coronavirus.

El Al, qui avait mis des milliers d’employés en congé sans solde, a cessé tous ses vols la semaine dernière après l’échec de négociations entre ses employés et la direction qui avait annoncé devoir poursuivre sa politique de licenciements.

Depuis la fermeture quasi totale du ciel israélien en mars, la compagnie a dû annuler des centaines de vols et doit rembourser des billets à des milliers de passagers.

Compagnie nationale d’Israël depuis sa création en 1948, El Al avait été privatisée à partir de 2003.

Partager :