Partager :
Question 1. Une levée de fonds en Israël. Quel secteur?
Question 2. Vaccin contre le Covid-19. Moderna, l’espoir d’Israël?
Question 3. Lutte contre le Covid-19. Octopus ? Surveillance de masse à Bnei Brak. Un régime de sécurité à la James Bond …
A. Question 1.  Une levée de fonds en Israël. Quel secteur?
CYBER. SALT SECURITY.  La startup américano-israélienne de cybersécurité Salt Security a déclaré qu’elle avait levé 20 millions de dollars de fonds d’investissements lors d’un tour de table mené par la société de capital-risque Tenaya Capital.La société, dont la plate-forme protège les systèmes informatiques des attaques par interface de programme d’application a déclaré qu’elle utiliserait cet investissement pour le développement et l’innovation mais aussi pour développer les ventes et le marketing. À ce jour, Salt Security a recueilli au total de 30 millions de dollars.

B. Question 2. Vaccin contre le Covid-19. Moderna, l’espoir d’Israël?

MODERNA. Israël est en pourparlers avec la société américaine de biotechnologies Moderna pour acheter son vaccin contre le coronavirus qui entre dans la phase finale des tests. Le ministère israélien de la Santé, n’a cependant pas fourni de détails supplémentaires. Un porte-parole du ministère a refusé de commenter l’information. Moderna, dont le Médecin-Chef est israélien, est l’espoir des israéliens.

En Israël ce laboratoire est souvent cité par les médias car l’un des chercheurs clé de ce laboratoire est un scientifique israélien vivant aux Etats-Unis. Ce chercheur , Tal Zaks, parle souvent, en hébreu, de la collaboration scientifique entre Israël et les Etats-Unis. Dans un entretien accordé à la télévision israélienne, Tal Zaks, le médecin a indiqué avoir la certitude que vers la fin de l’année, « nous pourrons présenter de premiers résultats qui prouveront qu’en effet, notre vaccin est capable de prévenir la maladie ».

« Vers la fin de l’année ou le début de l’année prochaine, il existe une probabilité raisonnable de voir ce vaccin sur le marché, au moins sur le marché américain ». Le vaccin expérimental contre le Covid-19 de Moderna, cofinancé par le gouvernement américain, entrera dans la troisième et dernière phase des essais cliniques en juillet sur 30.000 volontaires, avait annoncé la société jeudi. C’est la phase déterminante des essais, qui permettra de voir, sur un très grand échantillon de personnes saines, si le vaccin est plus efficace qu’un placebo pour empêcher la contamination par le nouveau coronavirus. Le protocole a été finalisé avec l’Agence américaine des médicaments (FDA), et l’essai sera mené en collaboration avec les Instituts nationaux de santé (NIH). Moderna est, avec l’université d’Oxford qui a aussi lancé un essai à grande échelle sur 10.000 volontaires et attend des premiers résultats en septembre, partie parmi les tout premiers dans la course mondiale au vaccin. La biotech a reçu 483 millions de dollars du gouvernement américain. Elle a annoncé le 18 mai des premiers résultats encourageants sur un petit nombre de volontaires (huit), dans le cadre de la première phase des essais cliniques.

C. Question 3. BNEI BRAK et OCTOPUS.

En peine crise du coronavirus, un système israélien de surveillance de masse a pris le contrôle des caméras d’une ville pour surveiller les citoyens et alerter les forces de l’ordre en cas de violation des règles. Cette mesure a été suivie d’une diminution importante du nombre de nouvelles infections. Ce système, baptisé Octopus, a été déployé dans le quartier de Bnei Brak, près de Tel Aviv, qui a été touché par le coronavirus, et on estime qu’il a permis d’aplanir la courbe des infections en quelques semaines.

« Pour bloquer la propagation de la maladie, nous devions prendre le contrôle de la ville… la première chose est d’avoir des yeux, donc le premier ordre était de connecter toutes les caméras de la ville et de savoir où elles se trouvaient », a déclaré Tal Bar Or, le patron d’Octopus. Dès qu’une caméra détectait des preuves de violation des règles, telles que des rassemblements publics illégaux ou l’absence de mise à distance sociale, le lieu était envoyé à la police pour une enquête plus approfondie. Bal Or a déclaré que des drones et des ballons d’observation ont été déployés dans les angles morts du quartier où aucune caméra n’était disponible et reliés à la même salle de contrôle, créant ainsi une carte en direct de la zone.

Il a ajouté que le système peut être modifié afin que les caméras puissent identifier les citoyens qui ne portent pas de masque à l’extérieur, ce qui est obligatoire en Israël. Le régime de sécurité à la James Bond reflète la manière dont les pays devront soigneusement équilibrer la santé publique et les préoccupations concernant les libertés civiles alors qu’ils se préparent à une seconde vague de coronavirus qui devrait frapper vers la fin de l’année. Pour que les citoyens aient le sentiment de contrôler le système, et non l’inverse, un « responsable » dans chaque résidence a reçu des mises à jour en direct sur la situation et a été invité à partager les données d’Octopus avec ses voisins afin qu’ils puissent voir le taux d’infection reculer en temps réel. Octopus espère introduire le système au Royaume-Uni avant l’arrivée de la deuxième vague de coronavirus, bien qu’aucune discussion formelle avec le gouvernement britannique ou les autorités locales n’ait encore été entamée.

Source : CCIIF, IsraelValley, Times of Israel, Alliance, Coolamnews, JPost, Valeurs Actuelels, La Tribune, Les Echos, Financial Times.

Partager :