Partager :

La crise du coronavirus a encouragé les Israéliens à arrêter de fumer ou à réduire leur consommation de tabac, selon une nouvelle étude menée par Israel Cancer Association (ICA).

L’enquête, publiée dimanche pour la Journée mondiale sans tabac, a révélé que plus de la moitié des Israéliens âgés de 18 à 24 ans (51%) ont envisagé d’arrêter de fumer depuis l’apparition du coronavirus. 49,2% d’entre eux ont déclaré moins fumer.

Cependant, près d’un tiers des Arabes israéliens (31%) ont affirmé qu’un membre de leur famille avait commencé à fumer pendant le coronavirus, contre 8% chez les Juifs.

Le sondage révèle que 22,1% des Juifs et 38,3% des Arabes fument à l’intérieur de leur maison, tandis que 61% des fumeurs ont déclaré avoir fumé sur leur balcon ou en extérieur pendant le confinement.

Au cours de la dernière décennie, environ 80.000 personnes en Israël sont décédées de maladies liées au tabagisme telles que le cancer du poumon, le cancer de la gorge, les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux, selon l’ICA.

« Le public israélien doit être protégé des intérêts économiques de l’industrie du tabac et préserver sa santé, » a déclaré la vice-présidente de l’ICA, Miri Ziv.

L’Organisation mondiale de la Santé estime que d’ici la fin de l’année, le tabac sera la principale cause de décès dans le monde, avec plus de 10 millions de victimes par an.

Source : i24 News

Partager :