Partager :

Les couples et les familles passent de plus en plus de temps chez eux dans une situation de stress et d’incertitude, les avocats sont de plus en plus demandés pour des demandes de divorce. La pandémie de coronavirus a contraint de nombreux Israéliens à passer des heures chez eux  avec leurs proches.

Cependant, alors que les écoles fermaient et que les travailleurs étaient envoyés en congé sans solde, le stress montait. Il semble bien ,qu’au lieu d’assister à un baby-boom à la fin de la pandémie, Israël aura une augmentation significative de divorce.  

« Les divorces augmentent toujours après les vacances », a déclaré l’avocat du divorce Dan Malkieli au site hébreu Mako, « mais la crise du  coronavirus a accéléré le processus pour beaucoup de couples »

Un résident du nord d’Israël a récemment téléphoné à son avocat pour lui demander de commencer les formalités administratives pour le divorce de sa femme après qu’elle ait se soit refusé à lui .

La femme aurait refusé parce qu’elle était en colère que son mari n’a pas lavé la vaisselle.  

Une autre femme divorce de son mari parce qu’elle cuisinait pour lui tous les jours pour rien alors qu’il commandait des pizzas et des hamburgers pour lui et leurs enfants.

Elle a demandé le divorce, affirmant qu’il s’agissait d’une dépense qu’elle ne pouvait pas se permettre, étant donné que les deux étaient sans emploi. 

Une femme qui réside dans le Sud a demandé le divorce après que son mari ait été tellement alarmé par les informations sur le coronavirus qu’il a commencé à nettoyer la maison sans arrêt, achetant des produits de nettoyage à hauteur de milliers de shekels en plus de masques et de matériel de désinfection.

L’épouse a demandé le divorce après avoir affirmé qu’en raison de ces dépenses scandaleuses, « nous n’avons plus d’argent pour acheter de la nourriture pour les enfants ». 

Plusieurs maris ont déposé une demande de divorce parce que leurs femmes ont dépensé trop d’argent pour leurs achats en ligne.

Une femme a demandé le divorce car contrainte d’acheter un vibromassur pour 1000 shekels car son  son mari n’est plus intéressé par le sexe, et ne cesse de rechercher constamment des informations sur le virus.

Une autre femme a acheté des vêtements en ligne, une dépense que son mari estime irresponsable alors qu’ils sont confronté à des difficultés économiques graves depuis la crise du coronavirus.

Une femme vivant dans le Nord a également demandé le divorce après avoir surpris son mari en train d’acheter des plats coûteux en ligne pour… sa maîtresse.

Une femme du centre d’Israël a découvert les visites régulières de son mari dans un bordel lorsque ses promenades quotidiennes avec le chien sont devenues beaucoup plus longues.

« Je l’ai suivi et j’ai découvert qu’il faisait la queue pour un bordel avec d’autres hommes », a-t-elle déclaré. « C’est embarrassant, l’un des hommes pensait que je travaillais là-bas et m’a offert de l’argent pour le sexe. »
http://www1.alliancefr.com
Partager :