Partager :

Edouard Philippe a reconnu jeudi des « tensions très fortes » sur certains médicaments nécessaires aux services de réanimation et de soins intensifs, dues à une demande « inouïe » dans le monde confronté à la pandémie de coronavirus.

« Partout dans le monde et au même moment, la consommation des produits nécessaires à la réanimation, que ce soit les médicaments ou les consommables liés à la réanimation, (comme) les embouts des respirateurs, explose dans des proportions jamais imaginées », a déclaré le Premier ministre sur TF1, chiffrant la hausse de cette demande mondiale à près de 2.000%.

« Il y a donc, c’est vrai, partout dans le monde, des tensions très fortes sur l’approvisionnement dans un certain nombre de molécules et de médicaments », a-t-il ajouté.

« Un certain nombre de ces molécules est en stock suffisant, soit dans les hôpitaux, qui ont en général une consommation très importante, soit chez les industriels et nous gérons au mieux les stocks » et « nous allons pouvoir faire face dans la durée aux besoins et à la consommation », a détaillé le chef du gouvernement.

Parmi, celles-ci figurent un curare, l’Atracurium, ou encore le paracétamol injectable, a précisé Matignon, ajoutant que les industriels en possédaient un stock offrant une « bonne visibilité ».

https://www.i24news.tv

Partager :