Partager :

EDITORIAL. Réunions sur réunions. Des appels du Gouvernement aux leaders économiques pour évaluer avec précisions la crise économique. Le Gouvernement israélien se focalise à 100%  sur la crise économique qui bat son plein dans le pays. Le taux de chômage tourne autour de +20%.

Hier les péripéties de la politique (Gantz-Netanyahou) en Israël n’ont pas été au premier plan des soucis des israéliens. Loin de là! L’inquiétude sur la fermeture d’usines et services a été au premier plan. De très nombreux ménages israéliens sont pris de panique car ils vivent très largement au dessus de leurs moyens. Il n’est pas rare que les dettes des ménages s’accumulent. Les banques n’ont pas l’habitude de faire des cadeaux et font payer des intérêts exhorbitants.

Hier soir le Premier Ministre a tenté de rassurer. Des chiffres colossaux d’aides ont été annoncés. Les plus touchés sont les petits magasins qui ont baissé le rideau.

Selon i24News : « Le ministère israélien des Finances et le cabinet du Premier ministre ont décidé, dans la nuit de jeudi à vendredi, de débloquer une aide de 80 milliards de shekels (20,2 milliards d’euros) pour soutenir l’économie du pays, fortement impactée par l’épidémie de coronavirus. L’aide débloquée comprend notamment 10 milliards de shekels (2,5 milliards d’euros) qui vont être injectés dans le budget de la santé ». (DR)

A. NIR BARKAT. Selon un plan développé par le Conseil national de l’économie et Nir Barkat, « toute entreprise dont le chiffre d’affaires a chuté de 50% pendant la crise recevra 25% du chiffre d’affaires. La moitié se présentera sous la forme d’une subvention en espèces, la seconde sous la forme d’un prêt à long terme avec une garantie de l’État. Il est prévu qu’en avril 5 milliards de shekels seront versés aux chômeurs. Les experts estiment déjà les pertes économiques en mars à 9% du PIB annuel.

B. RETRAITES. Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a élaboré un programme selon lequel les personnes en âge de prendre leur retraite qui ont perdu leurs revenus recevront une allocation de vieillesse de 2 200 shekels par mois et une allocation supplémentaire de 4 000 shekels. L’allocation supplémentaire sera un montant constant et ne dépendra pas du salaire que les personnes ont reçu avant de partir. Ainsi, la totalité du paquet d’assistance s’élèvera à 6 200 shekels. Le ministère des Finances souligne que le paquet d’aide aux retraités n’a pas encore été approuvé par le Premier ministre. Le directeur général de l’Institut national d’assurance Meir Spiegler a déclaré mardi que les retraités que l’employeur avait mis en congé libre ou licenciés recevraient une aide financière. Selon le journal Calcalist, il y a aujourd’hui en Israël environ 140 000 travailleurs en âge de prendre leur retraite.

Selon les données fournies par Channel 12, dont environ 9 000 sont des personnes qui ne perçoivent pas de pension, mais une allocation de vieillesse, ou dans certains cas (ceux qui sont rapatriés à l’âge de la retraite ou presque), une allocation de vieillesse avec une allocation sociale. Selon les estimations de Calcalist, le coût total du programme d’aide pour tous les retraités qui ont perdu leur emploi peut atteindre un quart de milliard de shekels.

Partager :