Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Le TA-35 index (indice boursier de la bourse de Tel-Aviv composé des principales capitalisations boursières du pays) a chuté hier  de 6,53%  et le TA-125 index a chuté hier de 6,63%. (L’indice TA-125, généralement appelé Tel Aviv 125 et anciennement TA-100 Index, est un indice boursier des 125 sociétés les plus capitalisées cotées à la Bourse de Tel Aviv. L’indice a commencé le 1er janvier 1992 avec un niveau de base de 100. )

Les principales Bourses européennes se sont écroulées, lundi 9 mars à la clôture, en proie à la panique face à l’accélération de l’épidémie mondiale provoquée par le coronavirus et à l’effondrement historique du marché du pétrole. En Israël, la chute de la bourse de Tel-Aviv a été de 5% hier. Près de 1 000 licenciements se sont déroulés au sein de la Compagnie nationale transporteur EL AL.

Selon Le Monde : « A Paris, le CAC 40 a perdu 8,39 %, sa plus lourde chute depuis 2008. A Francfort, la Bourse a plongé de 7,94 %, sa plus forte baisse depuis le 11 septembre 2001, tandis que celle de Londres a fini sur un plongeon de 7,69 %, le pire depuis 2008. La Bourse de Milan finit, elle, sur une dégringolade de plus de 11 % et celle de Madrid sur une chute de 7,96 %. Depuis le début de l’année, les grandes places européennes ont perdu entre 18 et 20 %.

De lourdes pertes aussi en Asie

Les principales Bourses d’Asie ont quant à elles essuyé de lourdes pertes. A Tokyo, l’indice vedette Nikkei a clôturé sur une chute de 5,07 %, la Bourse s’affolant de l’ascension du yen, valeur refuge, un mouvement de change très défavorable pour les entreprises japonaises, très orientées à l’export. Les Bourses de Chine continentale ont de leur côté terminé sur des baisses de plus de 3 %, Hongkong clôturant sur un plongeon de plus de 4 %.

Les transactions à Wall Street ont dû être interrompues pour un quart d’heure juste après l’ouverture lundi, l’indice Standard & Poor’s 500 ayant chuté de plus de 7 %. La séance s’est achevée sur un recul de l’indice Dow Jones de 7,79 % ; le Nasdaq a chuté de 7,29 %. Il s’agit de la plus lourde dégringolade sur une séance en plus de onze ans.

L’or noir a connu lundi sa pire chute depuis la première guerre du Golfe en 1991, s’effondrant de plus de 30 % en Asie. La Bourse d’Arabie saoudite, la plus importante du Golfe, a chuté de 9,2 % à l’ouverture des échanges, alors que le titre du grand groupe pétrolier Saudi Aramco plongeait de 10 %, bien en dessous de son prix de lancement en décembre. Cet effondrement suit celui des prix du brut sur les marchés mondiaux après l’échec de négociations entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie.

« L’épidémie a contaminé l’atmosphère des marchés. Avec les places européennes et américaines qui dégringolent et l’effondrement des cours du pétrole, l’épidémie est un catalyseur » des faiblesses et « contradictions » de l’économie mondiale, estime Shen Zhengyang, analyste du courtier Northeast Securities.

Les marchés redoutent une débâcle de l’économie réelle

« Les risques de récession mondiale ont augmenté. (…) Un recul prolongé de la consommation, en plus de fermetures prolongées d’entreprises, attaquerait les bénéfices, conduirait à des suppressions d’emplois et pèserait sur le moral » des acteurs économiques, écrivent lundi les analystes de Moody’s.

Les marchés redoutent désormais une débâcle de l’économie réelle, alors que l’épidémie désorganise les chaînes de production sur toute la planète, cloue des avions au sol, provoque l’annulation de centaines de salons professionnels et plombe le secteur du tourisme. Sans compter la crainte que les pertes essuyées en Bourse ne conduisent à un assèchement du financement de l’économie réelle, répétant le scénario de la crise financière de 2008.

L’impact du coronavirus sur la croissance de l’économie française sera « de plusieurs dixièmes de point de PIB » (produit intérieur brut), a ainsi averti lundi le ministre de l’économie, Bruno Le Maire.

L’Allemagne, qui selon les économistes est l’un des pays les plus vulnérables, de par son économie très fortement exportatrice, vient d’annoncer quelques mesures de soutien, mais sans dévoiler le vigoureux plan de relance qu’espéraient les experts. Quant au Japon, lui file tout droit vers une récession, caractérisée par une contraction du PIB pendant au moins deux trimestres d’affilée. Ce serait une première depuis 2015″.

Partager :