Partager :

La loi canadienne autorise la vente et l’achat de cannabis à usage récréatif et la production personnelle, mais limitée.

A une semaine des élections législatives – cruciales à sa survie politique – le Premier ministre israélien voit la vie en vert. Benjamin Netanyahou a ouvert la voie dimanche à la légalisation de la vente du cannabis récréatif selon « le modèle canadien ».

« Une commission de professionnels va étudier la possibilité d’importer le modèle canadien pour légaliser le marché du cannabis en Israël », a déclaré Benjamin Netanyahou sur sa page Facebook.

Sous l’impulsion de son Premier ministre Justin Trudeau, le Canada était devenu en octobre 2018 le premier pays du G7 à légaliser la consommation du cannabis récréatif. L’âge minimal pour s’en procurer avait été fixé à 18 ans, sauf au Québec où il a été porté à 21 ans. Et la légalisation avait rapidement entraîné des ruptures de stock dans des boutiques, qui doivent obtenir un permis des autorités. La loi canadienne autorise aussi la production personnelle, mais limitée, de cannabis à usage récréatif.

41% des 18-25 ans fument une fois par an

De son côté, Israël a déjà donné son feu vert à l’exportation de cannabis médical mais la production, la vente, l’achat et l’utilisation pour des usages récréatifs restent des infractions. Selon l’Autorité de lutte contre la drogue, 27% des Israéliens fument au moins une fois par an du cannabis, mais ce pourcentage grimpe à 41% parmi les 18-25 ans.

La législation sur la consommation a été assouplie juste avant les élections d’avril 2019, les Israéliens surpris à consommer n’écoperont les deux premières fois que d’une amende, sans inscription au casier judiciaire. Benjamin Netanyahou a précisé qu’il souhaite par son projet désengorger les tribunaux, voire effacer les condamnations du casier judiciaire pour « les dizaines de milliers d’Israéliens condamnés pour utilisation personnelle ou possession de cannabis, ce qui provoque des souffrances inutiles ».

 
Partager :