Partager :

Yaniv Levyatan, de l’Université de Haïfa, a présenté ce qui est considéré comme un cours inédit de «fake news» (fausses nouvelles), un phénomène qui a pris de l’ampleur lors de la campagne électorale américaine de 2016 et qui a depuis continué à créer un «défi sérieux». pour l’avenir des démocraties « , dit Levyatan.
En étudiant d’abord l’érosion du journalisme traditionnel ces dernières années ainsi que les méthodes historiques des manipulateurs d’information tels que les propagandistes nazis, puis en acquérant les capacités de réflexion critique pour décrypter les messages émanant des médias traditionnels et alternatifs d’aujourd’hui, les étudiants de l’Université de Haïfa inscrits dans le nouveau cours formeront une nouvelle génération de leaders de pensée uniquement engagés dans la vérité.
« Les fausses informations ont créé une situation dans laquelle nous ne pouvons plus croire en quoi que ce soit, puisque nous n’avons aucun moyen d’évaluer la crédibilité du flot d’informations que nous rencontrons », explique Levyatan, expert en propagande et en guerre psychologique. « Les gens ne comprennent pas que 50% du trafic en ligne sont des bots effectuant diverses actions sur le web, y compris la production de fausses nouvelles. Cela n’arrive pas sans raison, et bien sûr, il y a ceux qui profitent de cette situation et veulent la voir se poursuivre. « 

Comment faire le tri entre les faits et la fiction?

Alors que la détérioration continue des news et de l’information est ancrée dans la fausseté, le cours de Levyatan n’est pas un gadget. En effet, l’université espère présenter une véritable solution au phénomène des fausses nouvelles.
« Les fausses informations deviennent de plus en plus problématiques, car la technologie moderne et les médias sociaux permettent une diffusion mondiale rapide », a déclaré Karen Berman de l’Université de Haïfa. « L’Université de Haïfa est un leader dans la lutte contre cette épidémie, veillant à ce que tous soient mieux équipés pour disséquer l’information. »
Les étudiants qui suivent le cours regarderont des extraits du film « 1984 », basé sur le roman éponyme de George Orwell. Levyatan croit que la société contemporaine a déjà atteint une place qu’Orwell n’aurait jamais pu imaginer.
«Dans 1984, les autorités nous contrôlent principalement à travers le « télescreen », qui peut voir ce que nous faisons», explique le professeur. « Les dispositifs technologiques d’aujourd’hui, que nous utilisons de notre plein gré, tels que le smartphone et les réseaux sociaux, permettent à l’élite de pénétrer notre esprit. »
La bonne nouvelle, selon M. Levyatan, est que les étudiants qui terminent leur cours «seront plus critiques à propos de l’information qu’ils absorbent, auront une meilleure compréhension de l’industrie de l’information et seront mieux outillés pour analyser et comprendre la réalité».
Source : The Jewish Press
Copyright: Alliance

Partager :