Partager :
L’obésité et les autres maladies liées à une consommation excessive de produits gras, sucrés ou salés constituent un problème de santé publique en Israël.
Selon le ministre de la santé israélien, la malnutrition est responsable de 13,9% des décès annuels, un taux particulièrement élevé d’autant plus que la consommation par habitant de sucre et de sel en Israël est l’une des plus élevée au monde, notamment au sein des pays de l’OCDE.

Afin de lutter contre ce fléau qui coûte l’équivalent de 3,9 Mds EUR au pays, le Ministère de la santé israélien a décidé d’obliger les industriels à ajouter une étiquette rouge sur les produits à forte teneur en sucre, en sel ou en matières grasses.
LE PLUS.
A. La malnutrition désigne un état pathologique causé par la déficience ou l’excès d’un ou plusieurs nutriments. L’apport alimentaire anormal peut provenir d’une nourriture en quantité inadaptée au besoin (apport calorique insuffisant ou, au contraire, excessif) ou de mauvaise qualité (carences nutritionnelles ou excès de graisses…) ; d’autres facteurs, notamment psychologiques et pathologiques, interviennent également.
B. L’obésité est l’état d’un individu ayant un excès de poids important par augmentation de la masse adipeuse. L’obésité se définit par un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 30.
Contrairement à l’idée reçue, l’obésité humaine n’a jamais été reconnue comme une maladie de la part de l’OMS. Cette organisation définit « le surpoids et l’obésité comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. » Sa prévention est un problème de santé publique dans les pays développés. Elle peut avoir des répercussions importantes sur la santé de l’individu.
Cet état multifactoriel est considéré aujourd’hui par métaphore comme une pandémie, bien qu’il ne s’agisse pas d’une maladie infectieuse3. L’obésité est le résultat inhérent au fait d’ingérer beaucoup plus de calories que l’on n’en dépense sur le long terme.
 

Partager :