Partager :

Tel-Aviv. Reportage spécial pour IsraelValley de Gilles G. « Rencontre de M. Bruno Le Maire, Ministre français de l’économie à l’Université de Tel-Aviv » – 6 septembre 2017
Bruno Le Maire a commencé son intervention en remerciant chaleureusement les représentants de l’Université de Tel Aviv et, plus particulièrement, François Heilbronn avec qui il a une longue complicité, puis il a renoncé à lire le discours officiel qui lui avait été préparé en préférant parler avec ses propres mots, ceux venant d’un « ami d’Israël ».
Bruno Le Maire est un admirateur d’Israël, « pays, qui de rien, a fait tout » et il a regretté que les échanges entre les deux pays ne soient pas assez développés, même si de nombreuses entreprises françaises sont déjà bien implantées en Israël. Il s’est fixé comme objectif de doubler les investissements israéliens en France, cible d’autant plus atteignable que de nombreux obstacles sont en cours d’être abattus.
Le marché du travail est en passe d’être assoupli, de par les lois en cours d’exécution et la prise de risque va être bientôt encouragée, ce qui constitue un véritable changement culturel pour la France. Le régime fiscal va également être transformé afin de favoriser les investissements, notamment dans les domaines de l’innovation et de la technologie.
Israël et la France sont deux « Start-up nations », avec des champs de spécialisation complémentaires. Une union des pays ne peut qu’être profitable aux deux. Pour Bruno Le Maire, l’ère des engagements et des coopérations croisés va s’engager.
Au-delà des échanges convenus, la rencontre de Bruno Le Maire à l’Université de Tel-Aviv a été l’occasion de discussions amicales avec Joseph Klafter, son président, mais aussi avec de ses professeurs qui ont présenté les grandes lignes et les objectifs de certaines des grands programmes de l’établissement, notamment en matière de santé et de l’internet des objets.
Avant de repartir pour la suite de son programme de la journée, Bruno Le Maire s’est vu remettre un souvenir de l’Université ainsi qu’un exemplaire original de «Terre d’amour », livre rédigé par Joseph Kessel, après sa découverte de la terre d’Israël en 1927.
 

Partager :