Partager :

Tel-Aviv (Yoram Kedem). Le patron de Sodastream, Daniel Birnbaum, est un personnage haut en couleur. Très médiatique il est devenu au fil du temps, une sorte de « Superman pro-Israel » face aux BDS.
C’est une histoire qui a fait le tour du monde et qui ne plait certainement pas au BDS. 74 employés palestiniens de SodaStream, qui avaient perdu leurs emplois lorsque l’entreprise avait fermé son entreprise en Cisjordanie en raison de la violence des attaques du BDS, retournent travailler dans l’usine de l’entreprise située dans le sud d’Israël. Les permis de travail des employés, qui leur permettaient d’entrer en Israël depuis la Cisjordanie, avaient expiré au mois de février 2016.
Le BDS avait cru avoir gagné la partie lorsque Sodastream avait transféré son usine à l’intérieur d’Israël. La détresse authentique des employés palestiniens de Sodastream qui s’étaient retrouvés  au chômage avaient crevé les écrans de TV. Le BDS avait perdu face aux israéliens et face au palestiniens.
 HISTOIRE. Sodastream est une multinationale israélienne spécialisée dans la fabrication d’appareils de gazéification de boissons. C’est également la marque commerciale sous laquelle elle commercialise ses produits, servant à fabriquer des soda et de l’eau gazeuse par ajout de dioxyde de carbone.
Son siège est basé à Lod en Israël et la principale unité de production était située dans la colonie Ma’aleh Adumim en Cisjordanie, puis transféré à Léhavim dans le sud du pays. L’appareil Sodastream fabrique des boissons gazeuses par ajout de dioxyde de carbone, stocké sous pression dans un cylindre propriétaire. Outre la machine et la cartouche de gaz, l’ensemble est muni d’une ou plusieurs bouteilles réutilisables.
Sodastream est la cible d’une campagne de boycott de la part de plusieurs magasins ou associations dénonçant l’occupation de territoires en Israël, notamment Boycott, désinvestissement et sanctions. Il est reproché à l’entreprise d’avoir sa principale usine située dans la zone industrielle de la colonie israélienne de Ma’aleh Adumim.
La Cour de justice de l’Union européenne juge en 2010 que la machine à bulle de SodaStream ne peut être qualifiée de « Made in Israel », l’excluant ainsi des accords de coopération douanière entre Israël et l’Union européenne.
En 2014, l’actrice Scarlett Johansson doit renoncer à son rôle d’ambassadrice pour l’association humanitaire Oxfam pour avoir participé à une publicité de Sodastream. Celle-ci, ayant fait polémique, a de plus été déprogrammée de la finale du Superbowl.
En 2013, l’usine Sodastream de la zone industrielle de Mishor Adumim (en) en Cisjordanie, emploie 1 300 travailleurs dont 350 sont des Juifs israéliens, 450 sont des Arabes israéliens et 500 sont des Palestiniens de Cisjordanie. En octobre 2015, Sodastream est obligé de fermer son usine de Mishor Adumim et la remplace par une usine à Rahat en Israël.
Sodastream annonce qu’elle renvoie à contrecœur ses 74 derniers travailleurs palestiniens car elle n’a pas obtenu des permis du gouvernement israélien pour qu’ils puissent travailler dans sa nouvelle usine de Rahat, les autorités israéliennes ayant refusé le permis de travail aux Palestiniens à la suite de la Vague de violence israélo-palestinienne de l’automne 2015 à aujourd’hui.

Cours de l’action : SODA (TLV) 21 290,00 ILA -610,00 (-2,79 %)
10 août à 17:24 UTC+3 – Clause de non-responsabilité
PDG : Daniel Birnbaum (2007–)
Partager :