Partager :

Depuis ce mardi matin, des dirigeants monégasques et israéliens enchaînent les rendez-vous dans un hôtel de Tel Aviv. C’est l’un des intérêts des missions menées à l’étranger par le Monaco Economic Board.

Celle menée dans la capitale économique de l’Etat hébreu jusqu’à jeudi a débuté mardi matin par la signature d’un accord entre le MEB et la Fédération israélienne des chambres de commerce.
Au cours d’un Forum business, le président de cette Fédération, Uriel Lynn, a indiqué que son pays avait tout intérêt à développer des échanges économiques avec « des petits pays à forte notoriété« , à l’image de Monaco.
Pour sa part, Michel Dotta, le président du MEB, a estimé que Monaco pouvait être, pour Israël, « une plateforme pour exporter [sa] technologie vers l’Europe« .
Cette mission économique en Israël, la « Nation start-up », est aussi l’occasion pour les deux artisans de la future MonacoTech, l’incubateur monégasque de start-up qui verra le jour en septembre, de s’enrichir du fabuleux succès israélien en la matière. (Source : http://www.nicematin.com/)
D’après le classement du groupe immobilier Knight Frank et de la banque Citi Private Bank, Monaco est la ville la plus chère du monde (devant Londres et Hong-Kong) en ce qui concerne les prix de l’immobilier (près de 70 000 euros euros par mètre carré dans les quartiers les plus chics, comme le Carré d’Or à Monte-Carlo). Le prix de l’appartement le plus cher au monde qui se situe sur le toit de la tour Odéon s’élève à plus de 300 millions d’euros.
En raison d’un développement économique rapide et des choix urbanistiques du prince Rainier III, de nombreux immeubles de grande hauteur. Contrairement à beaucoup de villes densément peuplées, les immeubles de grande hauteur à Monaco sont cependant presque exclusivement résidentiels, et non pas à usage commercial. Ils sont principalement l’œuvre des deux familles d’entrepreneurs immobiliers les plus importantes de Monaco, la famille Pastor et la famille Marzocco.
Partager :