Partager :

L’année 2023 va être un « cimetière » pour de nombreuses startups, a estimé l’entrepreneuse Mäelle Gavet, qui dirige Techstars, le plus grand incubateur au monde, dans une interview accordée cette semaine au site israélien Calcalist.

« La pandémie a créé une situation anormale dans le secteur et a entraîné une accélération dans de nombreuses activités et domaines, et la valeur des entreprises a atteint des sommets déraisonnables. Il y a eu une surchauffe qui s’est soudainement arrêtée et a conduit à une remise en question », a affirmé la dirigeante française de la société Techstars qui investit chaque année dans environ 500 startups.

Selon elle, les années à venir vont être très difficiles pour l’industrie high-tech. « En 2021, nous avons vu des entreprises qui ont atteint une valeur inimaginable avec une très petite base d’activité et nous avons vu des entreprises Seed qui ont été évaluées à des dizaines de millions de dollars sans aucune contrepartie financière. Nous, les grands investisseurs en amorçage, sommes censés être heureux lorsque la valeur augmente, mais ça ne fonctionne pas comme ça. Il y a des entreprises dont les hausses de valeur sont malsaines. Nous ne savons toujours pas quand la crise prendra fin, que ce soit cet été ou dans cinq ans. Il y a beaucoup d’incertitude », a-t-elle souligné au site Calcalist.

« Malheureusement, 2023 et 2024 vont être un cimetière pour les startups. Les entreprises ont encore beaucoup d’argent. Certaines d’entre elles qui ont reçu des fonds à un stade très précoce et qui ne se sont pas construites elles-mêmes ne sont pas prêtes pour la crise. Ces entreprises devraient rencontrer pas mal de difficultés », prédit Maëlle Gavet. La dirigeante estime par ailleurs que la vague de licenciements dans la high tech en Israël de ces derniers mois n’en est qu’à ses débuts et qu’ils devraient se multiplier dans les années à venir.

I24NEWS.

Partager :