Partager :

L a semaine dernière a eu lieu à la Knesset un débat autour des avantages à accorder aux chaines étrangères qui souhaitent s’implanter en Israël.

Dans une interview donnée à Calcalist, le directeur du ministère de l’économie, Ron Malka, a expliqué que son administration était en pourparlers ces derniers temps avec plusieurs chaines en Europe, aux Etats-Unis et aux Emirats Arabes Unis en vue de leur éventuelle arrivée sur le marché des grandes surfaces alimentaires. Il aimerait pouvoir leur offrir des avantages fiscaux afin de les attirer et ainsi augmenter la concurrence en Israël, ce qui profiterait aux consommateurs.

Il cite l’exemple d’Intel qui a bénéficié de tels avantages et évoque le cas de Carrefour qui arrive, en ce moment, sur le marché israélien.  »Nous voulons que d’autres chaines s’implantent et amènent leur marque sur le territoire ». Il a précisé que ces avantages étaient à l’étude mais pas encore approuvés par le ministère des Finances.

Parmi les participants à cette commission se trouvait le directeur adjoint de Carrefour en Israël, Shay Ben Avi. Il a reconnu que les facilités à l’importation qu’avait garanties Israël avait permis à Carrefour de prendre la décision d’entrer sur le marché israélien, néanmoins, il estime qu’il faut aller encore plus loin afin que la chaine puisse élargir son offre.  »Carrefour possède 15000 produits alimentaires, des produits parapharmaceutiques, des produits ménagers à des prix défiant toute concurrence. Des réformes dans les domaines des produits de beauté mais aussi de la cacherout allègeront considérablement les contraintes de régulation. Carrefour a beaucoup à proposer, lorsque nous arriverons le marché de l’alimentaire va changer de manière dramatique », a-t-il affirmé.

Par exemple, les normes drastiques empêchent toute importation de couches, de piles ou de produits pour la lessive et les machines à laver. Le ministre auprès du Premier ministre, Abir Kara, a exprimé clairement sa volonté de voir disparaitre toutes ces régulations.
Les ministères de l’économie et de la Santé étudient les manières de mettre en oeuvre de telles réformes tout en permettant un strict contrôle et un suivi des produits qui entrent sur le marché israélien.

LPH;

Partager :