Partager :

Le député Meyer Habib, président de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Sarah Halimi, s’est présenté aux journalistes lors d’une conférence de presse aux côtés des députés Constance Le Grip et François Pupponi.

Les trois députés ont refusé de voter en faveur du rapport final de cette instance dans laquelle ils ont siégé durant plusieurs mois.

« Je n’ai pas voté ce rapport parce que c’est un scandale. Je suis en colère. Ce n’est pas une affaire politique. On a tué une femme française parce qu’elle était juive. Les représentants de la Nation ont refusé d’écrire la vérité, ont refusé de venir avec nous sur place, se mettre dans les conditions pour savoir si oui ou non la dizaine de policiers qui nous disent qu’ils n’ont pas entendu un seul cri d’une femme massacrée à mort pendant 14 minutes dont tous les voisins sont réveillés mentent ou pas. Et oui, ils mentent », a affirmé l’élu sur Radio J.

« Ils n’ont pas mis le témoignage des témoins dans le rapport, des témoins, des témoins qui ont tout vu, qui ont été eux mêmes à la police », a-t-il accusé.

« Ca fait des mois que je me tais, aujourd’hui je n’en peux plus. C’est une seconde affaire Dreyfus l’affaire Sarah Halimi. Sa famille ne peut pas faire son deuil. J’étais sur sa tombe avec William Attal, avec les enfants, avec Jonathan, c’est une femme tellement extraordinaire », a-t-il fustigé.

« Je suis déçu de ce pouvoir, je suis déçu d’Emmanuel Macron, je suis déçu de ces députés et de la façon dont ils se sont comportés dans cette affaire. Le président à Jérusalem avait pourtant émis un espoir. L’affaire n’est pas terminée. La suite à présent ? Moi, je ne lâcherai pas tant que justice ne sera pas faite », a-t-il conclu.

La Rédaction Le Monde Juif .info

 

 

Partager :