Partager :

La Grande-Bretagne et Israël ont signé hier à Londres un pacte commercial et de défense d’une durée de 10 ans, promettant une coopération sur des questions telles que la cybersécurité et un engagement commun à empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires.

L’accord a été annoncé par Liz Truss, la ministre des affaires étrangères, et son homologue israélien Yair Lapid, malgré les preuves que des logiciels espions fabriqués par la société israélienne NSO Group avaient probablement été utilisés pour espionner deux avocats britanniques conseillant l’ex-épouse du souverain de Dubaï, la princesse Haya.

Dans un article commun publié dans le Daily Telegraph, Mme Truss et M. Lapid ont déclaré que l’accord équivalait à « un nouveau plan stratégique pour la prochaine décennie couvrant les domaines de la cybernétique, de la technologie, du commerce et de la défense », tandis que les deux pays « travailleront jour et nuit pour empêcher le régime iranien de devenir une puissance nucléaire ».

Les ministres ont ajouté que les deux pays allaient « travailler plus étroitement » pour se défendre dans le cyberespace, tandis qu’Israël deviendrait un partenaire cybernétique de premier plan pour le Royaume-Uni et aurait un meilleur accès au marché britannique. « Notre partenariat nous permettra de rester à l’avant-garde de la révolution technologique », ont ajouté Mme Truss et M. Lapid.

Il y a un peu plus d’une semaine, Priti Patel, la ministre de l’intérieur, a annoncé que le Royaume-Uni allait proscrire la branche politique du groupe politique palestinien Hamas, alignant ainsi le Royaume-Uni sur les États-Unis et l’UE. « Le Hamas est fondamentalement et rageusement antisémite », a déclaré Mme Patel dans un discours prononcé à Washington DC.

Pendant ce temps, les négociations avec l’Iran pour sauver l’accord nucléaire de 2015 reprennent lundi à Vienne après une pause de cinq mois, bien qu’il y ait peu d’espoir d’une percée qui permettrait aux États-Unis de réintégrer l’accord compte tenu des exigences de négociation de Téhéran.

Néanmoins, dans la déclaration commune des ministres des affaires étrangères, la Grande-Bretagne cherche à rassurer Israël sur le fait qu’elle restera vigilante sur cette question. « Nous travaillerons également nuit et jour pour empêcher le régime iranien de devenir un jour une puissance nucléaire. L’horloge tourne, ce qui accentue la nécessité d’une coopération étroite avec nos partenaires et amis pour contrecarrer les ambitions de Téhéran », ont déclaré Truss et Lapid.

Source : The Guardian & Israël Valley

Partager :