Partager :

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid étudient la possibilité qu’Israël reprenne sa participation à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, a confirmé dimanche le bureau du Premier ministre. La question aurait été abordée par plusieurs responsables américains lors de conversations avec leurs homologues israéliens, car cela faciliterait grandement le retour des États-Unis à l’agence. L’ambassadrice américaine auprès de l’ONU Linda Thomas-Greenfield a également soulevé la question lors de sa visite en Israël la semaine dernière.

Les États-Unis et Israël se sont retirés de l’UNESCO en 2019, craignant de plus en plus que l’organisation ne favorise les préjugés anti-israéliens.

L’organisation basée à Paris a été dénoncée par ses détracteurs comme un creuset de préjugés anti-israéliens à la suite d’une série de décisions déroutantes remettant en cause la présence israélienne à Jérusalem, nommant d’anciens sites juifs comme sites du patrimoine palestinien et accordant la pleine adhésion à l’Autorité palestinienne en 2011 . Le bureau de Bennett n’a pas précisé quand une décision sur la question est attendue.

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Ushpiz, a affirmé que Washington avait approché Israël pour reprendre son adhésion à l’UNESCO, mais a souligné qu’il n’était « au courant d’aucune » pression « de la part des États-Unis. Je sais que les États-Unis envisagent de réintégrer l’UNESCO. « Nous devons réfléchir à la manière dont cela fonctionne avec nos relations avec l’Autorité palestinienne, et ce n’est pas quelque chose qui peut être séparé d’une foule d’autres problèmes. Cela a un impact sur la façon dont la communauté internationale considère l’Autorité palestinienne et notre position est que l’Autorité palestinienne est pas un État », a-t-il expliqué.

Gabriel Attal

Radio J (Copyrights).

Partager :