Partager :

CASTEX. Personne ne connait le nom de Jean Castex en Israël.  Cela va changer… Certainement pas en bien. Hier pour la première fois (notre recherche sur google nous montre que le nom d’Israël n’est pratiquement jamais mentionné par le 1er ministre) il a prononcé le mot « Israël » à l’Assemblée Nationale.

Sur i24News : « La France demande à Israël de « garantir l’accès rapide et sans entrave de l’aide à Gaza », après la fermeture d’un point de passage crucial, a déclaré mardi Jean Castex devant l’Assemblée nationale.

« Un convoi humanitaire a été autorisé aujourd’hui et ce mouvement doit se poursuivre », a insisté le Premier ministre, alors que la communauté internationale s’emploie à enrayer l’escalade meurtrière entre Israël et des groupes de Gaza.

« La France a appelé et appelle de façon extrêmement ferme l’ensemble des acteurs à mettre un terme immédiat à toutes les violences, à toutes les provocations, et à toute incitation à la haine pour permettre un retour au calme », a ajouté M. Castex lors de la séance de questions au gouvernement.

M. Castex a également demandé la protection du « personnel humanitaire et médical » et d’assurer « la sécurité des journalistes ».

Samedi, une frappe israélienne a pulvérisé un immeuble de 13 étages qui abritait notamment les équipes de la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera et l’agence de presse américaine Associated Press (AP).

La réponse du Premier ministre a suscité l’ire du député Meyer Habib (centre droit). Quittant l’hémicycle furieux avant la fin de la prise de parole de M. Castex, il lui a reproché de ne pas dire « un mot sur les civils israéliens », criant au « scandale ».

SELON LE TIMES OF ISRAËL

La réponse du Premier ministre a suscité l’ire du député des Français établis hors de France (8e circonscription, dont Israël) Meyer Habib (centre droit), qui se présente comme un proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Quittant l’hémicycle furieux avant la fin de la prise de parole de Castex, il lui a en effet reproché de ne pas dire « un mot sur les civils israéliens », criant au « scandale ».

Partager :