Partager :

Un peu moins d’un an après l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, vendredi dernier, durant la semaine sainte des Catholiques, Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris, a présidé une célébration de vénération de la couronne d’épine en petit comité.

Cette couronne d’épines, censé être celle posée sur la tête du Christ, est d’abord restée à Jérusalem, mais par crainte des invasions perses, puis arabes a été transportée à Constantinople. Après la chute de cette ville, elle fut possédée par différentes familles nobles avant d’être acquise par Saint Louis qui fit construite la Sainte Chapelle pour l’accueillir. Elle fut ensuite confiée au trésor de la Cathédrale Notre Dame de Paris, où elle a été arrachée des flammes lors de l’incendie de l’année dernière.

« Nous sommes dans cette cathédrale à demi effondrée pour dire que la vie est toujours là. » Tête coiffée d’un casque de chantier, qu’il a retiré pour la suite de la célébration, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, est entré en procession dans Notre-Dame de Paris pour la deuxième fois depuis l’incendie avant d’aller  vers le fond du déambulatoire où était disposée, au pied de l’immense Croix et gloire de Marc Couturier, la relique de la Couronne d’épine du Christ.

Entre plusieurs sonates de Bach jouées par Renaud Capuçon, Philippe Torreton et Judith Chemla, revêtus de combinaison blanche et de bottes de chantier, la décontamination au plomb de l’édifice n’étant pas achevée, ont lu des textes de Paul Claudel, Francis Jammes, Mère Teresa, Péguy et Marie Noël, avant une prière d’intercession finale, et le chant de l’Ave Maria de Schubert par Judith Chemla.

Nota : deux mois après l’incendie, le samedi 15 juin 2019, à l’occasion de l’anniversaire de la dédicace de la cathédrale, Mgr Aupetit avait célébré une messe dans l’édifice abîmé. Aucune autre célébration ne s’y était tenue depuis.

Partager :