Sur RadioJ. En France et Israël, "Gérard Araud accroît le nombre de ses ennemis".

Par |2019-05-01T09:13:06+02:00mai 1st, 2019|Catégories : EDITORIAL|
Partager :

Editorial. Gérard Araud par ses propos provocateurs et inadmissibles sur l’apartheid oblige l’Ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, à corriger le tir et clarifier la position de la France vis à vis d’Israël. Un job bien difficile car de nombreux malentendus et controverses inutiles ont émergé depuis deux ans entre les deux pays.

Sur RadioJ j’ai été longuement interviewé ce lundi matin sur les  propos de Gérard Araud qui m’ont surpris. Pour être honnête, mes réponses à la Radio étaient totalement « cadrées ». Etant Président (élu) de la Chambre de Commerce Israël France à Tel-Aviv, j’ai une obligation de réserve. Impossible de raconter ce que j’ai vu et entendu à Tel-Aviv et Paris. Gérard Araud a aidé Israël sur le dossier Palestinien et Libanais. Bibi le sait. C’est un fait. (J’attends la sortie de son livre en 2019 pour en parler).

Gérard Araud est un vrai personnage avec ses qualités et ses défauts. Ses relations avec Israël sont passionnées. Il n’est pas du tout antisémite où antisioniste. Bien au contraire! Il connait, mieux que de très nombreux diplomates Français, la réalité très, très complexe de la région. Il sait parfaitement qu’Israël ne pratique pas l’apartheid. Il a visité le pays du Nord au Sud, rencontré de très nombreux interlocuteurs, admiré les grandes Universités israéliennes…

Sa connaissance du dossier Iranien est celle d’un érudit. Il s’oppose au duo Trump-Netanyahou de manière assez violente. C’est son style. Autorisé à voyager en Israël, son prochain séjour sera assez… bizarre. Beaucoup de gens qui étaient proche de lui vont lui tourner le dos. Il est allé trop fort. Too bad… (Daniel Rouach)

Selon le Figaro : « L’ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud, vient de quitter son poste et la carrière. Avant de tirer sa révérence, il a accordé une série d’entretiens dans lesquels il «se lâche». Dans le jargon des journalistes, c’est ce qu’on appelle «un bon client». Jamais en panne d’une anecdote croustillante, d’une formule choc ou d’un commentaire assassin. Fidèle à lui-même, Gérard Araud, 66 ans, ambassadeur de France aux États-Unis jusqu’au 20 avril dernier, vient de faire des adieux tonitruants à une profession aux mœurs plus feutrées.

Il faut croire que son départ à la retraite le libère de son obligation de réserve, car, avant de tirer sa révérence, il a accordé une série d’entretiens aux médias dans lesquels il «se lâche». Rien de vraiment inédit pour qui le connaît, mais des considérations jusque-là «off the record» sont désormais revendiquées par leur auteur. Le franc-tireur risque au passage d’accroître le nombre de ses ennemis, y compris au Quai d’Orsay, sa maison mère pendant trente-sept ans. Il laisse à ses collègues et à son successeur à Washington le soin de recoller la porcelaine cassée ».
DANS COURRIER INTERNATIONAL. L’ex-ambassadeur de France à Washington se livre : “Trump est une grande gueule”

L’ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud a quitté ses fonctions le 19 avril dernier. Il fait part de ses opinions notamment sur le président américain Donald Trump, Emmanuel Macron, l’incendie de Notre-Dame de Paris et la politique américaine, dans cet entretien accordé au New York Times.

Washington va regretter Gérard Araud, mais la réciproque n’est pas vraie. Les écureuils sont bien trop agités dans la capitale, dit-il, sans parler d’un président tout aussi agité. Dans ses interviews, l’ambassadeur de France sur le départ a fustigé sans merci Donald Trump, le dépeignant comme un Roi-Soleil capricieux, imprévisible et ignorant. Mais il a aussi reproché à la classe politique et aux médias d’être obnubilés par Trump.
“On est dans une ville qui est terrifiée et qui se sent agressée personnellement par Trump, m’a-t-il dit. À tous les dîners, on entend des anecdotes au sujet de Donald Trump. Alors que si vous quittez Washington pour aller passer deux jours à Seattle ou Chicago, là, personne ne prononce le mot ‘Trump’.”

Trump, catalyseur de nos hystéries

Pour moi, le diplomate, dont la carrière a commencé du temps de Reagan, a endossé l’habit de Tocqueville et analysé notre hystérie liée à Trump.

Je vous citerai le proverbe chinois : ‘Quand le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt et le sage la lune.’ En un sens, Trump, c’est le doigt. Je suis vraiment persuadé que Washington est par trop obsédé par le doigt et devrait considérer la crise [révélée par l’élection de 2016].”

LE PLUS. Dans I24News : »i24NEWS a révélé lundi que l’ambassadrice française en Israël avait été convoquée suite à cet incident

Le ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé mardi avoir convoqué Hélène le Gal, l’ambassadrice française en Israël, suite à des propos controversés prononcés il y a quelques jours par Gérard Araud, son homologue en poste à Washington, qui a tout récemment quitté ses fonctions.

Suite à cette interview, « la France n’a rien dit, les relations ne sont pas bonnes, elles sont en train de se dégrader chaque jour un petit peu plus », a indiqué Meyer Habib.

« Le gouvernement israélien a même interdit à tout officiel de rencontrer Gérard Araud, qui doit se rendre en Israël dans les jours qui viennent, » a poursuivi le député de la 8e circonscription des Français de l’étranger3.

Partager :
Go to Top