Partager :

Le député français Meyer Habib est intervenu dans l’hémicyle de l’Assemblée nationale pour dénoncer la visite programmée en Israël d’une délégation de ‘France Palestine Solidarité’ à laquelle devaient prendre part des députés, sénateurs et maires communistes français ainsi que de la France Insoumise.
Le député justifiait la décision du gouvernement israélien d’interdire l’entrée de cette délégation en Israël en raison de son intention de rendre visite en prison à Marwan Barghouti et au franco-palestinien Salah Hamouri.
Meyer Habib rappelait à ses collègues que Marwan Barghouti et Salah Hamouri n’étaient pas de simples « prisonniers politiques » comme l’affirment les membres de la dite délégation mais des terroristes dont l’un est responsable de la mort de dizaines de civils israéliens et l’autre, membre du FPLP, qui avait projeté l’assassinat du grand rabbin d’Israël Ovadia Yossef.
Le député a pourfendu « les députés islamo-gauchistes » du PCF et de la France Insoumise – unis pour l’occasion et qui ont quitté l’hémicycle de manière démonstrative pendant son intervention – rappelant la haine qu’ils vouent à l’ancien Premier ministre Manuel Valls après son discours au lendemain de l’attentat de l’Hypercacher, où il avait courageusement rappelé que l’antisionisme est la forme actuelle de l’antisémitisme.
Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes auprès du ministre des Affaires étrangères a répondu au député : « …il s’agit d’une décision souveraine du gouvernement israélien. Nous la respectons. Est-ce à dire que nous l’approuvons? Je ne crois pas. Parce que partout nous souhaitons que les parlementaires français aient accès auprès des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information. Nous y sommes attentifs en Israël comme partout où des élus français se rendent. Et concernant plus particulièrement la situation de Salah Hamouri, je tiens à dire ici s’agissant d’un compatriote, il a droit pleinement. comme tous les Français emprisonnés à travers le monde à la protection consulaire, conformément à la Convention de Vienne ». 
(Extrait de lphinfo.com)

Partager :