May 1

Stef Wertheimer, artisan de l’indépendance industrielle d’Israël.

Authors picture

David Jortner | Économie

Headline image

Stef Wertheimer est l’un des Israéliens les plus riches. Mais sa vraie fierté, c’est d’avoir été l’un des principaux artisans de l’indépendance industrielle d’Israël. Par comparaison, les success-stories d’aujourd’hui semblent bien pâles.

Été 1937 : Stefan (Stef) Wertheimer – né en 1926 – a tout juste onze ans lorsqu’il arrive en Israël avec ses parents. Derrière eux, l’Allemagne nazie s’apprête à anéantir ses Juifs. Les Wertheimer sont partis à temps de leur maison de Kippenheim, dans le Bade-Wurtemberg. La famille s’installe tant bien que mal à Tel-Aviv. Pour le jeune Wertheimer, tout est nouveau : ses copains de classe, à l’école Tel Nordau, parlent une langue qu’il maîtrise mal. Il s’y fera, mais il sent que les études ne sont pas faites pour lui.

Un adolescent bricoleur

À 14 ans, alors qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, il quitte le collège. Sans aucun diplôme. Il trouve un petit job chez un vendeur d’appareils photo. On lui confie des pièces à réparer. Et le voilà qui se découvre un intérêt pour l’optométrie, qu’il se met à étudier avec passion. Il rencontre le physicien et chimiste Emanuel Goldberg : après avoir été l’un des fondateurs de la société d’optique Zeiss Ikon à Dresde, ce Juif russe a dû fuir l’Allemagne. Entre l’inventeur et l’adolescent – tous deux nouveaux immigrants – le courant passe. Nous sommes en 1943, dans ce qui s’appelle alors la Palestine. L’Angleterre – puissance mandataire – recrute tous azimuts pour participer à l’effort de guerre. La RAF (Royal Air Force) l’engage – il a 17 ans – comme technicien de maintenance des systèmes optiques embarqués.

Licencié faute de diplômes

En 1945, durant les derniers mois de la guerre, Stef Wertheimer se retrouve dans une unité spéciale que les Anglais ont préparée pour affronter les Allemands, au cas où ils envahiraient la Terre sainte. Peu après, fort de toute cette expérience, Stef Wertheimer trouve naturellement sa place dans le Palmach, puis la Haganah (brigade Yifta’h) où il aide à la mise au point de mortiers. Après les hostilités, Shlomo Gour qui vient de fonder la nouvelle unité scientifique de Tsahal (qui deviendra les usines Raphaël), l’embauche. Il y restera jusqu’en 1952 : faute de formation théorique, on lui fait comprendre qu’il n’est plus à sa place dans cette structure qui se veut le fer-de-lance des industries militaires israéliennes.

Dans une arrière-cour

Stef Wertheimer s’installe alors dans la maison familiale de ses parents à Naharyia. Dans l’arrière-cour, sur 20 m², il ouvre un atelier – ISCAR, en hébreu רקשי – et se met à produire des couteaux, des burins, des outils pour découper et polir le métal. Pour vendre ce qu’il fabrique, il enfourche sa moto et fait le tour des quincailleries du pays. Il n’a pas de mal à trouver des clients. Israël, qui est à ce moment-là un pays en voie de développement, a besoin de tout. Stef Wertheimer conçoit alors des outils pour répondre à la demande de produits métallurgiques élaborés. Devant l’importance de son portefeuille clients, Discount Investments lui avance des fonds pour se développer et embaucher du personnel.

Des usines sur la colline

Au fil des mois et des années, c’est à partir de ce segment étroit – production d’outils et accessoires pour machines-outils – qu’ISCAR va se développer, autant en Israël qu’à l’international. En 1969, pour contrer l’embargo français qui fait suite à la guerre des Six Jours, ses usines tournent à plein régime. Pour s’agrandir, il négocie, en 1982, avec la mairie de Maalot, l’achat d’un grand terrain sur la colline de Tefen, à 15 minutes de Naharyia, d’où l’on domine toute la Galilée. Le gouvernement, qui entrevoit que cette jeune pousse va booster l’emploi dans le nord, le cautionne. Dès lors, tout va s’enchaîner très vite. Contre les banquiers, il réussit à garder le contrôle de son entreprise et fonde ISCAR Blades, qui devient bientôt l’un des premiers producteurs de pales de rotors pour les moteurs à réaction.

Un patron avec une vision

Jusqu’à aujourd’hui, ses clients se nomment Pratt & Whitney, Rolls-Royce, Snecma, General Electric, MTU Aero Engines, Techspace Aero, Solar Turbines, et beaucoup d’autres. En 2006, les excellents résultats d’ ISCAR attirent l’attention du gestionnaire de fonds américain, le milliardaire Warren Buffet. Celui-ci multiplie les offres. Stef Wertheimer a alors 80 ans. Il se dit que le moment est peut-être venu de passer la main. Il est d’accord pour une transition en douceur mais à deux conditions : premièrement, l’actionnaire majoritaire ne procédera à aucun plan social. Ensuite, son fils – Eytan Wertheimer – continuera à être associé à la direction des entreprises du groupe. Warren Buffet s’incline et acquiert 80 % des parts d’ ISCAR. Un deal de 5 milliards de dollars. Une transaction qui profite aussi à la fiscalité israélienne, qui empoche 1 milliard de dollars au passage.

Aider les jeunes

En mai 2013, Buffet s’adjugera les 20 % restants pour 2 milliards de dollars de plus. Pour Stef Wertheimer, cette cession n’est pas synonyme de mise à la retraite. Aujourd’hui, dans les différentes zones industrielles qu’il a créées, en dépit de ses 90 ans, il se consacre à aider de jeunes entrepreneurs. Plus que l’argent, c’est la volonté de faire d’Israël une nation industrielle forte et indépendante qui aura motivé Stef Wertheimer toute sa vie durant.

Créer des emplois pour promouvoir la paix
« Faire travailler ensemble juifs et arabes amènera la paix au Moyen-Orient «

Cette vision conduit Stef Wertheimer à créer sept parcs industriels : à Tefen, Tel-Haï, Dalton, Lavon, Nazareth, Omer (dans le Néguev) et le dernier en Turquie. Il voyagera plusieurs fois aux Etats-Unis pour promouvoir sa vision d’un « Plan Marshall pour le Moyen-Orient ».

Source: http://www.lemag.co.il/2016/06/13/un-jour-on-enseignera-la-vie-et-loeuvre-de-stef-wertheimer-dans-les-ecoles/

D'ici à la fin juin 2018, la quasi-totalité des actifs de Patrick Drahi dans les télécoms auront adopté le nom de la maison mère Altice. Ainsi HOT Telecommunication Systems va changer de nom en Israël. Altice est un groupe multinational présent dans les télécoms, les contenus, les médias, le divertissement et la publicité. L'entreprise qui a racheté de nombreux câblo-opérateu...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Économie

La réorganisation mondiale du secteur pharmaceutique est en action. D'ici fin 2018, le groupe Teva Pharmaceutical Industries va se séparer de 500 employés à Godollo (Budapest). Sous ses deux marques, Teva et Ratiopharm, les médicaments génériques de Teva Laboratoires couvrent 94,8 % du répertoire des génériques. TEVA EN FRANCE. L’organisation en France se répartit entre le siè...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Économie

Québec investira 6 millions $ sur cinq ans à parts égales avec Israël pour soutenir des projets de recherche et d’innovation. Après une visite chez Mobileye, une filiale d’Intel spécialisée dans les véhicules autonomes à Jérusalem, le premier ministre Philippe Couillard a été reçu dimanche matin au gouvernement israélien par leur ministre de l’Économie et de l’Industr...

IsraelValley Desk | Économie

EARLYSENSE propose un système sans contact de monitoring et supervision des patients. Pulsations cardiaques, respiration, etc. Le produit permet le contrôle de divers paramètres, la prévention des escarres et des chutes grâce à des systèmes de capteurs. www.earlysense.com ERIKA CARMEL propose le LASER LLLT-808, le premier appareil laser doux portable au monde aussi puissant et fiable...

IsraelValley Desk | Économie

Le Concours International TravelPlus Airline Amenity Bag Awards, qui a eu lieu à Hambourg en Allemagne, a annoncé ses lauréats. Les prix TravelPlus, attribués par les passagers eux-mêmes, récompensent le meilleur confort à bord et les meilleurs produits dans le secteur du transport aérien, ainsi que l’innovation, le design et la créativité. Cette année, une couverture portable ...

IsraelValley Desk | Économie

Le secteur de la technologie automobile en Israël compte actuellement environ 350 startups, selon IVC Research Center, et Eli Groner estime qu’il pourrait dépasser l’industrie de la cybersécurité. A titre d’exemple, Argus Cyber Secutiy, basé à Tel Aviv, a annoncé au mois de janvier un partenariat avec Qualcomm Technologies pour protéger les voitures contre les piratages. Ot...

IsraelValley Desk | Économie

Bombardier fournit des locomotives double niveau TWINDEXX Vario pour une ligne grande vitesse en Israël. La ligne de train rapide, prévue pour le printemps 2018, reliera Tel-Aviv à Jérusalem. « Notre rôle est avant tout comme équipementier. Le projet est entre les mains d’Israel Railways », pour Marc-André Lefebvre, chargé des communications de Bombardier Transport. Bombardie...

IsraelValley Desk | Économie

Le Boeing 787, également connu par son surnom Dreamliner, est un avion long-courrier. El Al a dépensé pour $1 milliard pour renouveler sa flotte. Officiellement lancé le 26 avril 2004 pour une mise en service en mai 2008, il effectue son premier vol le 15 décembre 20091 et est certifié le 26 août 2011. La première livraison du Boeing 787-8 Dreamliner a eu lieu le 26 septembre 2011 à...

Jonathan Hess | Économie

Le Coller MBA de l'Université de Tel Aviv a lançé cette semaine un cours de "Veille Technologique et Intelligence Economique" pour 49 étudiants venus dumonde entier (tous professionnels). Le Dr Daniel Rouach, Professeur ESCP Europe et Visiting Professor à Tel Aviv University, enseigne ce cours non-conventionnel (de nombreux experts non-académiques et d'horizons très différents font ...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Économie

Inauguration de MAISON de la LITERIE Prestige à Hertzlya en présence de la ministre de l’Intégration, madame Sofa Landver, et l’ambassadrice de France en Israël, madame Hélène le Gal. Le 11 mai, MAISON de la LITERIE Prestige, inaugurait officiellement son premier magasin au 91 rue Hamedinat Hayehoudim à Hertzlya, en Israël. MAISON de la LITERIE, créée en 1980, a été élue ...

IsraelValley Desk | Économie

Le groupe israélien Delek a annoncé l'acquisition de 100 % de Ithaca Energy. Delek, qui possède des actifs d'exploration et de production en Méditerranée orientale, détenait déjà 19,7% d'Ithaca. Le marché de la mer du Nord s'est animé ces derniers mois avec la remontée du pétrole au-dessus des 50 dollars le baril. LE PLUS. Delek Group est un entreprise pétrolière israélienne....

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

La presse économique israélienne en parle, car l'homme le plus riche du pays utilise sa fortune pour... surprendre. Sami Sagol (à gauche sur la photo), ex-Propriétaire de Keter Plastic, et un des dix plus riches hommes d'Israël, a fait l'acquisition à Tel Aviv d'une maison historique pour un montant record : 10 Millions d'euros. Celle de Aharon Chelouche. Dans (1) : "Aharon Chelou...

Eyal Aviv | Économie

Si le coût de la vie est particulièrement élevé à Tel Aviv, les niveaux restent inférieurs aux standards américains ou européens. Le salaire moyen israélien s’élève à 2 241 euros, d'après les chiffres du Bureau Central des Statistiques. Les salariés du secteur High Tech, sont les mieux lotis. Un développeur gagne entre 4 183 et 4 880 euros par mois, indique l'étude de ...

IsraelValley Desk | Économie

Le numéro un des cosmétiques L'Oréal (implantée en Israël depuis des années) arrive en tête du premier classement mondial sur l'égalité homme femme au travail publié en avril 2017 par Equileap. Le Français est suivi de Pearson (Royaume-Uni) et de National Australia Bank. Deux autres Français, Sodexo (4e) et Société Générale (14e) se positionnent dans le Top 20. La France se ...

IsraelValley Desk | Économie

LE CHIFFRE DU JOUR. 4,8 milliards de dollars ont été investis dans des start-up israéliennes en 2016, soit 11% de plus qu’en 2015, selon des données reprises par Keyrus. Près de 25% des fonds ont été investis en amorçage. Les investissements réalisés par des fonds étrangers représentent 87% des levées de fonds sur l’année. Avec une start-up pour 1 800 habitants, Israël est...

IsraelValley Desk | Économie