Feb 13

Start-up en Israël : la communauté francophone a le vent en poupe

Authors picture

i24news | High-Tech

Headline image

Des profils différents, des activités diverses mais un point commun : le désir de réussir »

Avec un nombre de start-up par habitant supérieur à n’importe quel autre pays, Israël incarne aujourd’hui la “start up nation” par excellence.
Selon l’économiste américain George Gilder, la technologie israélienne a contribué à faire de l’État hébreu un allié indispensable des États-Unis, notamment dans la lutte contre le terrorisme islamiste.

En 2016, une société de sécurité informatique (Intsights) a réussi à pirater une conversation sur la messagerie Telegram entre des terroristes qui planifiaient des attaques visant plusieurs cibles stratégiques.

De même, l’invention israélienne “Faception”, qui associe aux traits d’un visage des caractéristiques comportementales, a particulièrement attiré l’attention des médias pour sa méthode qui a suscité de vifs débats.

La cyber-sécurité fait partie de la spécialité israélienne, comme l’a récemment rappelée la conférence annuelle internatio­nale CyberTech 2017 qui s’est tenue fin janvier à Tel-Aviv. L’une des principales entreprises dans ce domaine, Elbit, a d’ailleurs signé le mois dernier un contrat avec un pays membre de l’OTAN estimé à 17 millions de dollars.

Actuellement, l’Etat hébreu compte 362 entreprises dans le domaine de la cyber-technologie et attire 15% des fonds mondiaux du secteur, ce qui place Israël en deuxième position derrière les Etats-Unis.

Malgré la taille du pays, les guerres et les récessions économiques, certaines start-up “made in Israel” ont révolutionné le monde de la technologie ces dernières années.

Les géants du web s’arrachent les inventions développées dans l’Etat hébreu pour des sommes astronomiques comme le groupe japonais de services en ligne Rakuten, qui a racheté en 2014 la société israélienne Viber pour 900 millions d’euros. Plus impressionnant encore, la société Waze a été vendue à Google pour un montant estimé à 1,3 milliard de dollars en 2013.

Si de nombreux israéliens essaient d’apporter leur pierre à l’édifice, de nombreux français installés en Israël ont également pris part à la grande aventure “cyber” de l’Etat hébreu. Des profils différents, des activités diverses mais un point commun: le désir de réussir malgré un chemin parfois semé d’embûches.

Créer une société n’est jamais une sinécure, mais Israël tend la main à ses entrepreneurs afin qu’ils concrétisent leur projet, notamment grâce à des événements professionnels.

“ISRAËL PAR AMOUR »

Israël, et Tel-Aviv en particulier, offrent une atmosphère singulière propice à l’entrepreneuriat et à l’innovation.

“Nous avons décidé de créer une filiale d’Hub-Square en Israël pour deux raisons” explique Michaël Ruben, père de famille et fondateur d’une société positionnée sur le marché du Cloud Computing et de la virtualisation.

“Tout d’abord parce que c’est réellement la ‘start-up nation’ : il y a un véritable élan ‘pro-start-up’ de la part des organisations gouvernementales et locales. De nombreux événements offrent la possibilité de rencontrer des investisseurs, des clients et des relais commerciaux et/ou technologiques”, confie-t-il à i24NEWS.

“La ville de Tel-Aviv en particulier est cruciale : ultra-dynamique et à ‘taille humaine’, des opportunités se présentent chaque semaine et il y est beaucoup plus facile de rencontrer les personnalités clés que partout ailleurs. Les institutions françaises sont d’ailleurs bien représentées, comme Business France qui est très active auprès des sociétés françaises déjà installées ou prévoyant de s’implanter en Israël”, explique le titulaire d’un diplôme en Économie et Finance à la Sorbonne.

“Dans un second temps, pour des raisons de ressources humaines : l’alyah française étant assez importante ces dernières années, il est plus aisé pour des sociétés françaises souhaitant s’installer en Israël de trouver des collaborateurs francophones avec l’expérience et l’expertise recherchées et à forte valeur ajoutée”, ajoute-t-il.

“J’ai choisi Israël en 2009 par amour”, déclare de son côté Yoel Zirah, 26 ans, fondateur du site Zabilo, plateforme israélienne de commerce en ligne. "On sait que l’on est amoureux quand on veut tout faire pour que ça marche, même accepter les défauts et ne pas regarder ailleurs ».

“Zabilo a la particularité de ne s’adresser qu’aux personnes résidentes en Israël. Quand l’écrasante majorité des start-up israéliennes tentent de vendre leur technologie à l’extérieur des frontières et d’attirer ainsi des capitaux étrangers, nous avons fait le pari du marché local”, souligne-t-il.
Surnommé le “petit frère israélien d’Amazon” quelques mois à peine après sa création, Zabilo.com est la première marketplace multilingue en Israël, explique le passionné de marketing.

“Comment ne pas choisir Israël ?”, s’interroge de son côté Ilan Dahan, 24 ans, fondateur de la start-up Car Adviser qui a pour but de révolutionner le processus d’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion.

BIEN S’ENTOURER”

Afin d’optimiser les chances de réussite, la création d’une start-up doit toujours être accompagnée d’un professionnel, expliquent les intéressés, car les entrepreneurs doivent prendre connaissance des différents statuts et des démarches.

“L’entrepreneur israélien doit être accompagné par son avocat dans pratiquement toutes les démarches, surtout pour créer une structure équivalent à une SARL ou SAS française. Pour aller plus vite, les indépendants peuvent créer une structure équivalente au statut ‘d’autoentrepreneur’ français”, précise M. Ruben.

“Les impôts et les charges patronales sont un peu moins élevées qu’en France (25% contre 33,3% pour l’IS par exemple) mais cela ne doit pas être le principal moteur pour ouvrir une filiale en Israël”, explique-t-il.
Le directeur de Car Adviser a un avis plus mitigé sur la question : "Il faut bien choisir le statut de sa société en fonction de l’activité de votre start-up. Pour ce faire, il faut trouver un bon expert-comptable ou un bon avocat afin de connaître tous les droits et devoirs liés à l’ouverture de votre structure. »

“Nous avons été agréablement surpris de la simplicité des démarches administratives. En s’entourant bien et en prenant conseil auprès de professionnels, il n’y a pas d’embûches”, assure Liora Bibas, fondatrice de la librairie francophone en ligne Bibooks.

DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS OU RESTER INDÉPENDANT?

Selon un rapport publié par Israel Venture Capital (IVC), plus de 300 entreprises en 2015 ont bénéficié des fonds de capital-risque les plus actifs du pays. Peu dérogent à la règle.

“Dans le cadre d’une levée de fonds, nous avons eu recours à des investisseurs français et israéliens qui sont, pour la plupart, actifs en se positionnant comme conseillers technologiques ou relais commerciaux”, affirme M. Ruben.

“Oui, une société d’import nécessite des investissements assez importants. L’achat du stock, les frais de douane et d’import, la création d’un site web et sa maintenance, ainsi que les frais administratifs représentent un investissement financier non négligeable”, souligne Liora Bibas.

Présenté comme un eldorado pour les nouvelles technologies dans un pays où l’économie est florissante et où le taux de chômage est descendu à 5,3 % , “la force de ce petit pays est qu’elle regorge de jeunes entrepreneurs, très ambitieux avec des idées qui révolutionnent le quotidien des gens et qui font évoluer la technologie mondiale”, souligne Ilan Dahan.

Ouverte en 2016, l’école de management TAL Business School, basée à Tel-Aviv et inspirée du modèle français des Grandes Ecoles, a organisé le 26 janvier sa première soirée intitulée “Pimp My Start-Up”, qui réunit un jury de professionnels et d’investisseurs autour de projets de création de start-up.

Une initiative originale qui s’est intégralement déroulée en français afin de s’ouvrir davantage aux francophones, tout en s’inscrivant dans l’esprit israélien : celui où chacun peut présenter ses idées et concrétiser son rêve.

Selon le site des Amis français de l’université de Tel-Aviv, celle-ci se classe huitième dans la liste des 10 plus grandes universités dans le monde pour le nombre de ses diplômés ayant fondé des “licornes”, des sociétés valorisées à plus d’un milliard de dollars, a rapporté le magazine Forbes.
Une chose est sûre : le monde des start-up en Israël a encore de beaux jours devant lui.

Par Michaël Assous

Source: i24news

Voici 5 raisons pour lesquelles les startups israéliennes réussissent : 1. Israël, une mentalité de « survie » Située dans une région aride, pauvre en ressources naturelles et sous menaces permanentes, le pays a immédiatement été fondé dans son ensemble sous une mentalité de « survie », qui s’efforce de progresser et qui accepte de faire face à de gros dilemmes. Cette atti...

IsraelValley Desk | High-Tech

Des scientifiques israéliens ont conçu des membranes spéciales à partir de composants organiques qui sont capables de purifier l’eau en filtrant de grands et même de petits virus. Les filtres à eau sont un sujet largement évoqué aujourd'hui. Les chercheurs ont manifesté des progrès importants dans ce domaine. Selon l'article publié dans la revue Water Research (Science Direct...

Ilanit Hayut | High-Tech

Sur Europe1, Anicet Mbida offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation : "Encore une technologie surprenante ce matin, des hauts parleurs qui dirigent le son directement vers nos oreilles. C’est à peine croyable. Par exemple : vous posez votre téléphone sur la table, vous le mettez sur haut-parleur. Mais il n’y a que vous qui l’entendez. Vous pouvez bouger, v...

Eyal Koren | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ils sont sur Sdérot Rothshild, en plein coeur de la StartUp Nation. Les nombreux très jeunes chercheurs de Facebook à Tel Aviv sont concentrés sur les concepts du futur. Un excellent article est paru dans Les Echos sur les recherches du géant américain (sans citer Tel Aviv) : "Communiquer par la pensée et entendre par la peau, les nouveaux paris fous de Facebook...

Eyal Koren | High-Tech

Rien de nouveau dans le ciel de la Startup Nation. Une firme israélienne a été rachetée par un leader américain du "M-Ticketing". SeatGeek rachète la firme israélienne TopTix, leader mondial dans le domaine du software dédié aux ventes de billets. Le M-Ticketing, comme mobile-ticketing, est un concept qui permet de se servir de son téléphone mobile comme d'un ticket « papier » ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour le hightech israélien. La firme américaine Flex va embaucher des ingénieurs sytèmes en Israël. Un centre de conception va ouvrir dans la Startup Nation. HISTOIRE DE FLEX. La firme américaine avait à l'origine offert une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des application...

Dan Rosch (Paris) | High-Tech

Depuis plus de deux ans, la magazine suisse Bilan a sélectionné les plus prometteurs Baby Entrepreneurs : ces jeunes fondateurs d’entreprise romands ont osé se lancer très jeunes dans l’aventure de l’entrepreneuriat, certains avant même d’avoir fini leur cursus. En partenariat avec Procter & Gamble est né le Baby Entrepreneurs Challenge 2017 : 20 jeunes pousses parmi les plus ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Avec 2,7 milliards d'euros levés en 2016, la France s'est hissée au deuxième rang des "start-up nations" européennes, juste derrière le Royaume-Uni. Et pourtant, même si le montant est énorme à l'échelle française, il reste minuscule en comparaison des montants levés aux Etats-Unis. "Ce n'est pas grave. Les fonds ne sont pas nécessaires, estime Loïc Le Meur, entrepreneur franç...

IsraelValley Desk | High-Tech

Pascale Zonszain pour AJ : "Barkid, une start-up israélienne propose un bracelet intelligent pour permettre aux parents de savoir à tout moment où se trouvent leurs enfants. « Le fondateur de Barkid habite à Beer-Sheva et ce n'est pas un hasard. Eliav Elhadad n'a pas oublié ce jour de juillet 2014, quand un Grad du Hamas s'est abattu sur la capitale du Néguev et que les parents, terr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un article de Cyril Cohen-Solal : "Au-delà d’un énième robot qu’on voit circuler dans les salons high-tech, Elli-Q est un compagnon doté d’une Intelligence Artificielle qui est capable d’intéragir et d’apprendre de son entourage (Machine Learning). Surtout, Elli-Q est animé d’émotions, d’humour (même si ce n’est pas encore du Gad Elmaleh) et d’une capacité de sugg...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le quatrième homme le plus riche du monde, le Mexicain Carlos Slim, a affirmé récemment qu’Israël constitue un défi majeur pour les États-Unis dans l’industrie des hautes technologies. « Vous [les Américains] êtes les leaders mondiaux dans les hautes technologies mais des pays comme la Chine ou Israël défie en la matière le leadership des États-Unis », a déclaré l’homme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bonjour chers auditeurs de Radio J. Bonjour Jacquot. Je suis actuellement en Israël, et le temps est superbe. Tout d'abord, heureux Pessah à tous. Les nouvelles hightech de la semaine : 1. FRUTAROM. Le fabricant israélien d'arômes et d'additifs Frutarom Industries a annoncé l'acquisition du laboratoire français René Laurent pour 20,0 millions d'euros. Fondée en 1885 et spécialisée...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans les bureaux d'Epicenter, un regroupement suédois d'entreprises en démarrage, des employés munis de micropuces numériques implantées dans leur corps peuvent ouvrir les portes, activer les imprimantes ou même s'acheter des smoothies simplement en agitant la main. D'une grosseur comparable à celle d'un grain de riz, la micropuce proposée aux employés et membres d'Epicenter fait l'...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël, terre d'élection du véhicule intelligent ? Le pari paraissait voilà peu improbable dans un pays dépourvu d'industrie automobile, à l'exception de la production anecdotique de la Sussita, un véhicule à la carrosserie en fibre de verre fabriqué dans les années 1950 dans une usine située près du port de Haïfa… Et pourtant, il a suffi d'une petite décennie pour que la Si...

IsraelValley Desk | High-Tech

Boaz Mamo (à gauche sur la photo), fondateur d'EcoMotion, communauté israélienne des transports intelligents vient de créer Drive, un centre d'innovation doublé d'un accélérateur, lancé à Tel-Aviv en partenariat avec Honda, Volvo et la société de location Hertz. (Nathalie Hamou pour Les Echos) Les systèmes de transport intelligents (STI) (en anglais intelligent transportation sys...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech