Feb 8

Djamel Agaoua, un Français aux commandes de Viber

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

Le géant japonais du e-commerce Rakuten annonce aujourd’hui la nomination d’un serial entrepreneur français à la tête de sa messagerie instantanée, rachetée voilà trois ans.

Un Français à la tête de Viber, la messagerie instantanée qui revendique au moins 800 millions d’utilisateurs dans 193 pays ! Le fait est suffisamment rare pour être souligné. Mais le nouveau patron de l’application fondée en 2010 par quatre Israéliens, et rachetée voilà trois ans par le leader japonais du e-commerce Rakuten pour quelque 900 millions de dollars, ne semble pas en tirer de gloire particulière.

En jean et Converses, comme dans la Silicon Valley où il résidait depuis trois ans, Djamel Agaoua relativise : « J’ai déjà changé de milieu social, de pays et de langue, confie ce natif de Marseille, âgé de 47 ans, depuis son bureau minimaliste perché au 13ème étage d’une tour de Bnei Brak, une banlieue de Tel-Aviv. Et c’est motivant de mener une vie dans laquelle on a une diversité d’expériences ».

D’expériences, ce père de trois jeunes enfants, serial entrepreneur et investisseur à ses heures, n’en manque pas. Djamel Agaoua a vendu sa première start-up, la plate-forme d’achat virtuelle Achatpro, à des Français. Quelques années plus tard, il a cédé une seconde société, B-Process, à des Américains. Quant à sa troisième entreprise tricolore, MobPartner, spécialisée dans la publicité mobile, elle est passée, en 2015, dans le giron du chinois Cheetah Mobile, pour la coquette somme de 58 millions de dollars. « J’ai eu la chance de connaître des succès, mais je reste passionné par l’aventure entrepreneuriale, avant tout pour la dimension humaine qui va avec », poursuit-il, intarissable sur le sujet.

FAN DE ROMAIN GARY

Fils d’un père kabyle à la tête d’une pâtisserie, ce patron, féru de maths, son « premier amour de jeunesse », intègre l’Ecole Centrale de Paris. L’ingénieur fera ses premiers pas dans le monde du conseil chez Bain & Company. Là, 51% des recrues deviennent entrepreneurs… « A l’époque, on parlait toute la journée de Bill Gates et de la façon de monter des boîtes !» rappelle l’ex-consultant qui, en 1999, a fini par sauter le pas.

Djamel Agaoua parle vite, pense plus vite encore, se livre peu. Mais nul doute qu’aux manettes de Viber, cet amateur de tennis et de plongée sous-marine, fan de Romain Gary, trouvera de quoi satisfaire son goût du défi.

Sachant que la vitesse d’innovation est devenue la variable clé dans un marché ultra concurrentiel où s’affrontent aussi bien des géants tels Facebook, WeChat ou Line que des start-up véloces comme Snapchat, Rakuten a placé la barre très haut : Djamel Agaoua devra notamment accélérer « le développement de fonctionnalités innovantes » de l’application mobile ou encore « forger de nouveaux partenariats mondiaux», précise le groupe nippon dans un communiqué.

« Ma mission est clairement d’arriver à recréer la dynamique entrepreneuriale qui a fait le succès de ce service de messagerie, jusqu’au départ de ses fondateurs consécutif au rachat par Rakuten», décrypte le nouveau PDG de Viber.

« UN NOMBRE INCROYABLE DE LICORNES »

Débusqué par un cabinet de chasse de Palo Alto, il travaillera, du moins dans un premier temps, à Bnei Brak, fief de la messagerie qui abrite 200 salariés sur 350. « Je n’avais séjourné qu’une seule fois et très rapidement en Israël, un petit pays qui a produit un nombre incroyable de licornes, qu’il s’agisse de Waze ou de CheckPoint, commente l’intéressé. Et j’ai trouvé des gens excessivement ouverts d’esprit. Je trouve d’ailleurs passionnant qu’une personne prénommée Djamel se retrouve à gérer une entreprise à Tel-Aviv!»

Pour autant, ce patron avoue avoir été séduit en premier lieu par la dimension résolument internationale du projet. « C’est dans l’ADN de Viber de connecter les gens, librement et en toute sécurité. Et quand je vois que dans certains pays, on referme les frontières, cela me rend dingue ! Cela ne va pas du tout dans le sens de l’histoire».

Au lendemain de la signature du décret anti-immigration de Donald Trump, la messagerie Viber avait d’ailleurs annoncé qu’elle renonçait à la tarification des appels vers des numéros fixes ou mobiles entre les États-Unis et les sept pays concernés par le «ban» américain. Une autre façon de briser les frontières.

Par Nathalie HAMOU

Source: Les Echos

Voici 5 raisons pour lesquelles les startups israéliennes réussissent : 1. Israël, une mentalité de « survie » Située dans une région aride, pauvre en ressources naturelles et sous menaces permanentes, le pays a immédiatement été fondé dans son ensemble sous une mentalité de « survie », qui s’efforce de progresser et qui accepte de faire face à de gros dilemmes. Cette atti...

IsraelValley Desk | High-Tech

Des scientifiques israéliens ont conçu des membranes spéciales à partir de composants organiques qui sont capables de purifier l’eau en filtrant de grands et même de petits virus. Les filtres à eau sont un sujet largement évoqué aujourd'hui. Les chercheurs ont manifesté des progrès importants dans ce domaine. Selon l'article publié dans la revue Water Research (Science Direct...

Ilanit Hayut | High-Tech

Sur Europe1, Anicet Mbida offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation : "Encore une technologie surprenante ce matin, des hauts parleurs qui dirigent le son directement vers nos oreilles. C’est à peine croyable. Par exemple : vous posez votre téléphone sur la table, vous le mettez sur haut-parleur. Mais il n’y a que vous qui l’entendez. Vous pouvez bouger, v...

Eyal Koren | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ils sont sur Sdérot Rothshild, en plein coeur de la StartUp Nation. Les nombreux très jeunes chercheurs de Facebook à Tel Aviv sont concentrés sur les concepts du futur. Un excellent article est paru dans Les Echos sur les recherches du géant américain (sans citer Tel Aviv) : "Communiquer par la pensée et entendre par la peau, les nouveaux paris fous de Facebook...

Eyal Koren | High-Tech

Rien de nouveau dans le ciel de la Startup Nation. Une firme israélienne a été rachetée par un leader américain du "M-Ticketing". SeatGeek rachète la firme israélienne TopTix, leader mondial dans le domaine du software dédié aux ventes de billets. Le M-Ticketing, comme mobile-ticketing, est un concept qui permet de se servir de son téléphone mobile comme d'un ticket « papier » ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour le hightech israélien. La firme américaine Flex va embaucher des ingénieurs sytèmes en Israël. Un centre de conception va ouvrir dans la Startup Nation. HISTOIRE DE FLEX. La firme américaine avait à l'origine offert une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des application...

Dan Rosch (Paris) | High-Tech

Depuis plus de deux ans, la magazine suisse Bilan a sélectionné les plus prometteurs Baby Entrepreneurs : ces jeunes fondateurs d’entreprise romands ont osé se lancer très jeunes dans l’aventure de l’entrepreneuriat, certains avant même d’avoir fini leur cursus. En partenariat avec Procter & Gamble est né le Baby Entrepreneurs Challenge 2017 : 20 jeunes pousses parmi les plus ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Avec 2,7 milliards d'euros levés en 2016, la France s'est hissée au deuxième rang des "start-up nations" européennes, juste derrière le Royaume-Uni. Et pourtant, même si le montant est énorme à l'échelle française, il reste minuscule en comparaison des montants levés aux Etats-Unis. "Ce n'est pas grave. Les fonds ne sont pas nécessaires, estime Loïc Le Meur, entrepreneur franç...

IsraelValley Desk | High-Tech

Pascale Zonszain pour AJ : "Barkid, une start-up israélienne propose un bracelet intelligent pour permettre aux parents de savoir à tout moment où se trouvent leurs enfants. « Le fondateur de Barkid habite à Beer-Sheva et ce n'est pas un hasard. Eliav Elhadad n'a pas oublié ce jour de juillet 2014, quand un Grad du Hamas s'est abattu sur la capitale du Néguev et que les parents, terr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un article de Cyril Cohen-Solal : "Au-delà d’un énième robot qu’on voit circuler dans les salons high-tech, Elli-Q est un compagnon doté d’une Intelligence Artificielle qui est capable d’intéragir et d’apprendre de son entourage (Machine Learning). Surtout, Elli-Q est animé d’émotions, d’humour (même si ce n’est pas encore du Gad Elmaleh) et d’une capacité de sugg...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le quatrième homme le plus riche du monde, le Mexicain Carlos Slim, a affirmé récemment qu’Israël constitue un défi majeur pour les États-Unis dans l’industrie des hautes technologies. « Vous [les Américains] êtes les leaders mondiaux dans les hautes technologies mais des pays comme la Chine ou Israël défie en la matière le leadership des États-Unis », a déclaré l’homme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bonjour chers auditeurs de Radio J. Bonjour Jacquot. Je suis actuellement en Israël, et le temps est superbe. Tout d'abord, heureux Pessah à tous. Les nouvelles hightech de la semaine : 1. FRUTAROM. Le fabricant israélien d'arômes et d'additifs Frutarom Industries a annoncé l'acquisition du laboratoire français René Laurent pour 20,0 millions d'euros. Fondée en 1885 et spécialisée...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans les bureaux d'Epicenter, un regroupement suédois d'entreprises en démarrage, des employés munis de micropuces numériques implantées dans leur corps peuvent ouvrir les portes, activer les imprimantes ou même s'acheter des smoothies simplement en agitant la main. D'une grosseur comparable à celle d'un grain de riz, la micropuce proposée aux employés et membres d'Epicenter fait l'...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël, terre d'élection du véhicule intelligent ? Le pari paraissait voilà peu improbable dans un pays dépourvu d'industrie automobile, à l'exception de la production anecdotique de la Sussita, un véhicule à la carrosserie en fibre de verre fabriqué dans les années 1950 dans une usine située près du port de Haïfa… Et pourtant, il a suffi d'une petite décennie pour que la Si...

IsraelValley Desk | High-Tech

Boaz Mamo (à gauche sur la photo), fondateur d'EcoMotion, communauté israélienne des transports intelligents vient de créer Drive, un centre d'innovation doublé d'un accélérateur, lancé à Tel-Aviv en partenariat avec Honda, Volvo et la société de location Hertz. (Nathalie Hamou pour Les Echos) Les systèmes de transport intelligents (STI) (en anglais intelligent transportation sys...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech