Feb 5

Israël Réglementations. Comptes bancaires non-déclarés détenus par des étrangers.

Authors picture

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Headline image

Comptes bancaires en Israël: vers la régularisation spontanée ou obligatoire des comptes non-déclarés détenus par des résidents étrangers – Entrée en vigueur de la réforme à partir du 1er janvier 2017

Par Docteur Debborah Abitbol

Sujet au cœur des préoccupations actuelles de tout détenteur de compte en Israël, nous avons voulu faire un point sur la situation juridique actuelle compte tenu du flou qui alimente les engagements pris par la Banque d’Israël quant à la communication spontanée des données bancaires.

En effet les établissements bancaires adoptent souvent des mesures différentes face à la prochaine mise en œuvre concrète de la réforme, entre déclaration sur l’honneur à signer et compte bloqué sans condition préalable les exigences posées ne semblent aucunement répondre à une cohérence imposée par la banque d’Israël.

Face au phénomène des fraudes fiscales et en vue d’éradiquer son expansion du phénomène, Israël a choisi d’imiter les autorités fiscales mondiales choisissant le chemin de la coopération internationale.

S’alignant ainsi sur une politique de transparence, en particulier concernant le signalement aux Etats étrangers de comptes non-régularisés détenus par leurs résidents en Israël.

Retour sur une série de mesures prises depuis 2014.

Une collaboration particulière avec les Etats-Unis

Le 30 Juin 2014, Israël a signé un accord avec les Etats-Unis pour l’application du FATCA en Israël. Le FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act) est une loi américaine qui soumet les institutions financières non-américaines à transmettre aux autorités fiscales américaines des informations concernant leurs clients détenant la citoyenneté américaine.

Le 7 Septembre 2014, les autorités fiscales israéliennes ont mis en place un mécanisme draconien destiné à encourager les Israéliens ayant fait entrave à la loi et omis de déclarer leurs revenus – y compris ceux provenant de l’étranger – à effectuer une procédure de déclaration volontaire, évitant ainsi l’engagement d’une procédure juridique pénale à leur encontre. La validité de cette procédure a été prolongée jusqu’au 31 Décembre 2016.

Israël s’engage dans la lutte mondiale contre l’évasion fiscale

Le 27 Octobre 2014, Israël annonce son engagement à rejoindre le mécanisme initié par l’OCDE d’échange multinational d’informations fiscales, et ce jusque fin 2018. Cet engagement se traduit par une volonté de renforcer l’application de la loi concernant les déclarations et paiements fiscaux par les résidents israéliens, et particulièrement par ceux détenteurs de comptes bancaires et d’actifs générant des revenus à l’étranger.

L’OCDE prévoit ainsi l’échange automatique d’informations bancaires entre les pays contractants, dans le but d’améliorer la perception des impôts des personnes et des entreprises détenteurs de fonds non-déclarés. Il est néanmoins nécessaire de préciser qu’aucun transfert d’informations n’aura lieu si celui-ci pourrait nuire à la sécurité nationale Israélienne ou à tout autre intérêt essentiel de l’Etat d’Israël.

C’est le 25 Novembre 2015 qu’Israël rejoint la Convention multilatérale concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale (“Convention OCDE”), dont les directives prévoient entre autres, l’échange d’informations et d’aide entre Israël et les Etats membres. A ce jour, 106 juridictions ont adhéré à la Convention OCDE.

Citoyens étrangers en Israël : quelles implications ?

Les nouvelles mesures risquent donc d’avoir un impact conséquent sur les particuliers citoyens des principaux membres de l’OCDE et en particulier sur les nombreux étrangers disposant de comptes bancaires en Israël.

Les banques israéliennes sont, depuis le 16.03.2015, soumises aux directives publiées par le Superviseur des Banques, dont le principal objectif est de prévoir et gérer les risques découlant des activités transfrontalières des clients.

Les banques sont sujettes à une politique nationale qui risque de modifier leurs rapports aux clients, anciens comme nouveaux. La circulaire, conformément à la Convention OCDE, impose aux banques israéliennes d’identifier leurs clients et de déclarer leurs comptes à leur pays d’origine.

Les banques sont tenues dans un premier temps de procéder à une “catégorisation” de leur clientèle, et de repérer parmi ses clients ceux susceptibles de mener une activité transfrontalière à risques. Les paramètres à vérifier : l’origine du patrimoine et des revenus du client, l’origine des fonds susceptibles d’être déposés sur son compte bancaire ; l’étendue et le type d’activités du compte ; le mode de constitution du client (lorsque celui-ci est une société) ; le lien entre le client et l’Etat qui fournit les services bancaires ; l’Etat de résidence du client.

Les banques sont également priées d’être sensibles à l’identité des Etats vers lesquels et desquels sont transférés les fonds du client. Les banques sont tenues de vérifier qu’il ne s’agit pas d’Etat présentant un risque d’évasion fiscale, ou d’Etat connus comme étant des paradis fiscaux (off-shore) mais également surveiller un éventuel changement d’identité du client, susceptible d’avoir une influence sur ses obligations fiscales.

Les banques sont tenues de faire signer à leurs clients, nouveaux comme anciens, un document de “Déclaration de résidence fiscale et de renonciation à confidentialité”.

Au-delà des informations banales qu’il est demandé au client de fournir (nom, adresse, numéro d’identité), le document s’articule autour de divers articles :

Déclaration de résidence fiscale : le client est tenu de déclarer de quels Etats celui-ci est citoyen ou résident fiscal.

Engagement fiscal et transparence : le client est tenu de déclarer qu’il s’engage à respecter son obligation de déclarer les comptes et de payer les taxes qui s’y appliquent en vertu de la loi étrangère. Le client s’engage également à transmettre à la banque les copies des déclarations qui ont été présentées aux autorités fiscales du pays qui constitue son domicile fiscal.

Dans la mesure où le client a opté pour une divulgation volontaire dans le/les pays de son domicile fiscal concernant son compte bancaire, il devra le déclarer à la banque israélienne et lui soumettre les documents adéquats.

Renonciation à confidentialité – levée du secret bancaire : il s’agira d’accepter que ses informations bancaires soient transférées à l’Autorité Fiscale en Israël, qui pourra elle-même les transférer aux autorités étrangères du pays dans lequel celui-ci est citoyen ou résident, conformément aux lois applicables et aux accords internationaux existant ou à ceux qui seront conclus entre les pays.

Légalité des sanctions bancaires en cas de refus de coopérer

Afin d’appliquer les dispositions de la Convention OCDE, et en réponse à la pression internationale, les banques israéliennes ne reculent plus désormais devant des prises de sanctions drastiques. Il est à constater que établissements n’hésitent plus à bloquer les comptes de certains de leurs clients dès lors que ces derniers ne parviennent pas à justifier leur situation fiscale dans leur pays de résidence. Gel des comptes bancaires, parfois du retrait d’espèces, refus de transférer les fonds vers un autre compte, les banques activent des leviers dont la légalité reste discutable au regard du droit positif.

En effet, la Convention OCDE ne prévoit pas de sanction explicite face au refus d’un ressortissant de répondre aux exigences qui lui seraient soumises par une autorité compétente. Toutefois, l’Article 21-2-a de la Convention OCDE stipule que les dispositions de la Convention ne peuvent être interprétées comme imposant à l’Etat dont l’assistance administrative en matière fiscale est requise l’obligation de prendre des mesures contraires à sa législation ou sa pratique administrative.

Aussi, le droit bancaire israélien (Article 2 de la Loi des Banques (service clientèle) – 1981) interdit à tout établissement bancaire de refuser pour des motifs déraisonnables de fournir des services particuliers à ses clients, anciens comme nouveaux. Aussi, l’Article 3 condamne l’attitude d’un établissement bancaire qui conditionnerait déraisonnablement la dispense de ses services.

A ce jour, les termes “refus déraisonnable” et “motifs déraisonnables” ne sont définis dans aucune législation israélienne en droit bancaire.

La Circulaire du Superviseur des Banques, publiée et entrée en vigueur le 16.03.2015, définit comme “refus raisonnable” le refus d’un établissement bancaire de fournir ses services à un client s’opposant à la coopération requise dans le cadre de la politique de prévention contre les risques d’évasion fiscale. Ce refus “raisonnable” peut prendre différentes formes : du refus d’ouverture d’un compte bancaire pour un nouveau client, jusqu’à la suspension des services fournis aux clients existants (entre autres, opposition face au retrait des fonds du compte bancaire, au changement des propriétaires ou des bénéficiaires du compte, etc.).

Il convient de préciser que la Circulaire du Superviseur des Banques n’a pas valeur juridique de texte de loi officiel du législateur. Dans son rapport annuel publié le 24 Mai 2016, le Contrôleur d’Etat israélien rappelle clairement que le contenu de ladite Circulaire concernant la définition du terme “refus raisonnable” fait uniquement office d’interprétation, appelant ainsi le Parlement israélien à déterminer la situation juridique via un texte de loi officiel (Rapport annuel 66(3) de l’année 2015 et des comptes financiers de l’année 2014, p. 1476).

Le constat de la politique des différents établissements bancaires se caractérise par un manque d’uniformité au niveau national. Les établissements bancaires appliquant souvent des sanctions qui de toute évidence ne sont pas le fruit d’un dispositif législatif clair en la matière.

Aussi, notre Cabinet, enrichi de ses avocats et conseillers fiscalistes français et israéliens, s’est fixé pour mission de vous garantir une intervention de haut niveau aux fins de vous accompagner sur ces problématiques auprès des établissements bancaires israéliens.

Cabinet d’avocats ABITBOL & ASSOCIES


France +33 01 78 90 03 73
66 Av Victor Hugo – Immeuble LEONARD DE VINCI, Paris 16ᵉ


Israël +972.2.595.63.45
3 rue Shimon ben Shetah, 9414713, Jérusalem


www.abitbol-associes.com

Publié à titre d’information générale, ne constitue pas une consultation juridique personnelle.

1/ http://www.oecd.org/fr/ctp/echange-de-renseignements-fiscaux/convention-concernant-l-assistance-administrative-mutuelle-en-matiere-fiscale.htm

2/ https://www.nevo.co.il/law_html/Law01/047_016.htm

3/ http://www.mevaker.gov.il/he/Reports/Report_537/ReportFiles/fullreport_2.pdf

Source: abitbol-associes

C'est un changement assez radical dans la composition de la plus haute instance judiciaire israélienne. Quatre nouveaux juges à la Cour suprême du pays ont été désignés mercredi 22 février au soir. Des nominations intervenues après des mois de bras de fer entre la présidente de la Cour et la ministre de la Justice, Ayelet Shaked. Et finalement, les candidats retenus sont ceux soutenus...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

(Reuters) - Le gouvernement israélien a présenté jeudi un projet de loi interdisant la vente d'options binaires à l'étranger par des sociétés de courtage en ligne basées en Israël, une activité très critiquée hors du pays. Ce projet d'amendement à la loi sur les produits financiers a été rédigé en coordination avec l'autorité des marchés israéliens, a précisé le minist...

IsraelValley | Droit et fiscalité

Le divorce d’un couple soulève plusieurs questions notamment quant à la séparation des biens du couple, l’existence éventuelle d’un contrat de mariage, la compétence juridictionnelle, la procédure de divorce… Ces questions se posent d’autant plus lorsque le couple en question est un couple d’Olim Hadashim (nouveaux immigrants) qui divorce en Israël. Le contrat de mariage ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Fait rarissime pour une banque à Tel Aviv. Le patron de Deutsche Bank Israel a été arrêté "pour avoir trafiqué sur la TVA à payer" (les faits seront jugés prochainement). Il a été libéré plus tard. Deutsche Bank, est la plus importante banque allemande. Elle est fondée en 1870 et basée aujourd'hui à Francfort-sur-le-Main. Elle est 8e en Europe par sa capitalisation en 2011. Banqu...

Eyal Koren | Droit et fiscalité

L’Alyah de France propage ses effets même dans les décisions des Tribunaux des affaires familiales en Israël. Le 10 octobre 2016, un verdict a été rendu au Tribunal des affaires familiales de Tel Aviv. Dans cette affaire, un couple de nouveaux immigrants de France, arrivés en 2012, avait conclu en 2010, avant leur mariage en France un contrat établissant la séparation de biens, à ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Comptes bancaires en Israël: vers la régularisation spontanée ou obligatoire des comptes non-déclarés détenus par des résidents étrangers – Entrée en vigueur de la réforme à partir du 1er janvier 2017. 
Par Docteur Debborah Abitbol Sujet au cœur des préoccupations actuelles de tout détenteur de compte en Israël, nous avons voulu faire un point sur la situation juridique...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Ça y'est, c'est voté : les pharmaciens ayant plus de 3 ans d’expérience dans leur pays d'origine sont exemptés d'examen d’équivalence ! La Knesset a voté cet après-midi en seconde et troisième lecture de le correctif de la loi des pharmaciens. Ce correctif concerne les pharmaciens ayant une expérience de plus de 3 ans dans leur pays d'origine (durant les 4 années précédant...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le procès du soldat israélien reconnu coupable du meurtre d'un Palestinien blessé a pris en Israël une dimension symbolique et surtout politique. À Tel-Aviv, dans la salle du tribunal militaire, les trois juges viennent tout juste de condamner pour homicide le soldat Eleor Azaria, qui a achevé un assaillant palestinien blessé et à terre. Un de ses proches lance au tribunal : «...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Dray & Dray - Cabinet d'Expertise Comptable en Israël note plusieurs changements qui vont toucher la fiscalité des sociétés en Israël (et leurs actionnaires). A noter : pour les actionnaires de sociétés en Israël, la fête est finie! 1 – IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Le gouvernement a toujours voulu diminuer l’impôt sur les sociétés en Israël. Il voulait même le baisser à 1...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Les médias israéliens se sont calmés hier concernant les comptes rendus (sulfureux pour la plupart) de l'affaire de corruption qui vise le Premier Ministre. Avichai Mandelblit, Procureur général, a publié hier un texte qui restera gravé dans la mémoire du Premier Ministre israélien et de son entourage direct. A l’issue d'auditions, et à la lumière de nouveaux documents parvenus...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

L’Etat hébreu assure qu’Internet a joué un rôle clé dans l’incitation aux violences perpétrées contre les Israéliens par des Palestiniens depuis octobre 2015. Des ministres israéliens ont approuvé dimanche 25 décembre un projet de loi qui autorisera un tribunal à ordonner à des sites comme Facebook ou YouTube de supprimer certains contenus considérés comme des incitatio...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Beaucoup de parents qui ont été confrontés à la dure réalité de l’enlèvement des enfants par l’un d’eux se retrouvent perdus face à une décision unilatérale du parent qui emmène le mineur à l’étranger sans l’intention de le ramener, parfois dans le but de s’en servir comme monnaie d’échange dans le cadre d’une procédure de divorce, et d’autres fois pour dispara...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Gouvernement israélien a adopté des changements qui concernent le salaire en Israël. A partir du 1er janvier 2017 les salariés auront un meilleur salaire, encore plus de vacances et plus d’argent pour leur retraite. Mais ce n’est pas tout, il y a une nouvelle surprise qui a été votée concernant la limite des cotisations à la retraite. 1 – Le salaire minimum. Le sala...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

La commission ministérielle législative discute d’une proposition de loi visant à accorder une compensation financière pour les professions indépendantes durant les sept jours de deuil. A l’heure actuelle, une telle mesure n’existe que pour les salariés. Le texte de la loi précise que durant les sept jours de deuil, l’indépendant ferme son entreprise, perd de la clientèle e...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité