Jan 11

Sciences Israël. La Lune s'est-elle formée en plusieurs morceaux ?

Authors picture

IsraelValley Desk | Science

Headline image

Un impact géant ou plusieurs collisions plus petites ? Le mystère de l’origine de la Lune n’est pas encore totalement éclairci.

Une étude publiée dans Nature Geoscience par des chercheurs israéliens de l’Institut de Technologie du Technion et de l’Institut Weizmann de Science.

Mais d’où vient donc la Lune ? Si l’on avait posé cette question à un astronome au milieu du siècle dernier, il vous aurait probablement répondu qu’elle s’est formée en même temps que la Terre, à partir des mêmes poussières cosmiques, aux origines du système solaire.

Seulement voilà. Depuis, nous sommes allés voir sur place, avec des humains qui ont ramené des échantillons, et des satellites qui ont effectué des mesures avec des instruments de plus en plus précis. En parallèle, les modélisations informatiques ont amené la puissance de calcul au service des scientifiques, et leur ont permis de vérifier d’autres théories…

3 HYPOTHÈSES ÉCARTÉES

La théorie la plus ancienne, celle de la formation simultanée, a été écartée grâce à l’analyse de la composition de la Lune : elle manque sérieusement de fer, qui existe en abondance sur notre planète. Si les deux avaient été formées à partir des mêmes débris originaux, elles auraient plus ou moins des quantités de fer similaires.

D’autres ont émis l’idée que la Lune a pu se former ailleurs, une sorte d’astre vagabond qui aurait alors été capturé par l’attraction terrestre. Là encore, la conquête spatiale a permis de rejeter l’idée. Les rochers ramenés de la Lune par les astronautes de la Nasa ont en effet permis de déterminer qu’ils avaient une composition suffisamment semblable à celles de la Terre, pour que la formation de la Lune dans un autre secteur du système solaire devienne particulièrement improbable.

Les isotopes (“variantes”) de certains éléments, comme l’oxygène et le titane, varient en effet dans les différents secteurs du système solaire, ce qui permet aux les scientifiques de déterminer une différence d’origine.

De plus, les modélisations sur les vitesses respectives nécessaires pour une telle capture ne sont pas non plus en accord avec les probables mouvements de la Terre aux débuts du système solaire.

On se retrouvait donc avec une Lune à la composition similaire aux couches extérieures de la Terre, mais sans les grandes quantités de fer présentes dans son noyau. Certains ont alors émis l’idée que la Terre des origines tournait vraiment très vite, ce qui aurait alors éjecté des matériaux de sa surface, en quantité suffisante pour que la Lune puisse ensuite se former en agrégeant le tout.

Une variante évoque même la possibilité qu’un gros morceau de Terre se soit détaché d’un coup…  Là, ce sont les modélisations d’un tel scénario qui l’ont éliminé : les données sur les mouvements de la Terre et de la Lune ne collent pas avec cette hypothèse. Entre autres, il aurait fallu que la Terre tourne à une vitesse quasi impossible pour permettre un tel détachement.

COLLISION CATACLYSMIQUE AVEC UNE PLANÈTE DE LA TAILLE DE MARS

C’est là qu’intervient la dernière théorie en date, celle de l’impact géant. L’un des gros morceaux qui ont servi à bâtir les planètes, ce que les spécialistes nomment un planétésimal, serait entré en collision avec la proto-Terre.

L’objet en question, approximativement de la taille de Mars, se serait encastré dans l’ancêtre de notre Terre. Dans ce choc cataclysmique, des morceaux auraient été éjectés, et se seraient ensuite rassemblés pour former la Lune. On a même trouvé un nom de baptême pour la petite proto-planète à l’origine du cataclysme : Theia.

Il reste cependant pas mal de détails à affiner sur ce scénario. Certains ont en effet remarqué que les fameux isotopes analysés dans les échantillons lunaires montrent une similitude trop importante avec ceux de la Terre. S’il y avait eu collision, une partie des matériaux de la Lune devrait provenir de Theia, 70% selon certains calculs.

En 2014, une étude internationale apportait une réponse : en analysant des échantillons des missions Apollo, ils notaient une faible différence entre les isotopes d’oxygène de la Lune et ceux de la Terre. Les différences étaient faibles, mais elles existaient, suffisantes pour apporter un début de réponse aux critiques.

QUAND LA TERRE AVAIT (PEUT-ÊTRE) PLUSIEURS LUNES

Aujourd’hui, c’est une nouvelle théorie qui vient s’ajouter à la liste des tentatives d’explication sur la formation lunaire. Des chercheurs de Institut de Technologie du Technion et de l’Institut Weizmann de Science viennent en effet de publier une étude dans “Nature Geoscience” qui remet en question l’impact géant.

Selon ces chercheurs, ce ne serait pas un impact mais plusieurs qui seraient à l’origine de notre satellite. “Notre modèle suggère que l’ancienne Terre a eu un jour une série de lunes, chacune formée par une différente collision avec la proto-Terre”, explique Agai Perets, l’un des auteurs de l’étude.

“Il est probable que de telles petites lunes ont ensuite été éjectées, ou sont entrées en collision avec la Terre, ou les unes avec les autres pour former de plus grandes lunes.”

En modélisant les différents impacts possibles en ces débuts chaotiques du système solaire, ces scientifiques ont conclu que leur théorie était en accord avec ce que nous connaissons de la formation de la Terre. "Dans les dernières étapes de sa croissance, la Terre a subi de nombreux impacts géants avec d’autres corps célestes.

Chacun de ces impacts a amené davantage de matériaux à la proto-Terre, jusqu’à ce qu’elle atteigne sa taille présente", précisent les chercheurs. Et la Lune, alors ? Selon les auteurs de l’étude :

“Il est probable que les petites lunes qui se sont formées dans ce processus puissent se croiser, entrer en collision et fusionner. Une longue série de telles collisions entre lunes peut avoir graduellement construit une lune plus grande. La Lune que nous voyons aujourd’hui.”

Cette thèse va donc relancer les débats sur l’origine de la Lune. Cependant, il faudra probablement de nombreuses autres études (et peut-être de nouveaux échantillons lunaires ?) pour trancher entre l’impact géant et les gros impacts en série.

Par Jean-Paul Fritz

Source: Tempsreel.nouvelobs

L’Université de Tel-Aviv et son département de neurosciences, la Sagol School of Neuroscience, a publié dernièrement sa recherche sur des lunettes 3D capables de stimuler la mobilité des personnes atteintes d’hémiplégie. Menée par le Professeur Roy Mukamel et ses étudiants, l’étude a permis d’effectuer un pas en avant conséquent sur le traitement des membres paralysés, ...

IsraelValley Desk | Science

La protéine qui aide le sperme et l'ovule à fusionner dans la reproduction sexuelle peut également fusionner des cellules saines ensembles. Des recherches récentes menées par une équipe de chercheurs en biomédical du Technion, l'Institut technologique Israélien, en Argentine, en Uruguay et aux États-Unis montrent que cette protéine fait partie d'une plus grande famille de protéines q...

Muriel Touaty | Science

À travers l’Agence israélienne pour la Coopération internationale au Développement (Mashav), l’État hébreu entend apporter son expertise au Cameroun pour la transformation agro-alimentaire, et précisément avec la filière mangue, sur proposition du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (Minader). En effet, le directeur adjoint de Mashav, Yuval Fuchs, a présenté,...

IsraelValley Desk | Science

Le Dr. Nitzan Rimon-Zarfaty et le Dr Lea David, les anciens étudiants de doctorat à de l'Université Ben-Gourion du Néguev du Département de sociologie et d'anthropologie ont obtenu de prestigieuses bourses individuelles Sklodowska-Marie Curie du programme Horizon 2020 de l'Union européenne en recherche et d'innovation. Les actions Marie Skłodowska-Curie (MSCA) du programme Horizon 202...

Aharon Kahn | Science

L'affaiblissement du champ magnétique qui protège la terre contre le rayonnement cosmique et le vent solaire n'est pas un phénomène nouveau, et il n'y a aucune raison de supposer qu'il indique une inversion de ses pôles qui mettrait l'humanité en péril, comme le craignent certains chercheurs. C'est ce qui ressort d'une nouvelle étude originale multidisciplinaire, menée par le Dr. E...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Une équipe dirigée par le Dr. Guy Stiebel de l'Institut d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv a repris les fouilles qui avaient cessé depuis 2006 sur le célèbre site de l'héroïsme juif. La mission archéologique, qui comprend des étudiants de BA et MA de l'Université de Tel-Aviv, ainsi que de nombreux volontaires étrangers, se déroule en ce moment, du 5 février au 3 mars, et a...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Deux satellites civils israéliens développés en coopération avec l'Agence spatiale d'Israël seront lancés dans l'espace demain (mercredi), par l'intermédiaire de l'Organisation Indienne de recherche spatiale, à Bangalore, en Inde. Ces satellites Israéliens miniatures sont conçus pour aider à la recherche des phénomènes climatiques et ils effectueront également des expériences mé...

IsraelValley Desk | Science

Char d’assaut, corruption, agents dormants… Les stratégies de ces virus qui s'attaquent aux bactéries sont bien plus complexes et variées qu’on ne le soupçonnait. Les bactériophages ou phages, des virus qui n’infectent que les bactéries, ne mesurent que quelques dizaines de nanomètres. Pourtant, leur ingéniosité n’a pas fini de surprendre. Trois stratégies récemment mis...

IsraelValley Desk | Science

Protecteur de l’environnement ou non, l’étude publiée par le Dr.Tamir Klein et son équipe de l’Institut Weizmann ne pourra laisser personne indifférent face au potentiel de la faune, notamment des arbres. Pour cause, si l’interaction des arbres a déjà sa théorie, leurs moyens de communication et le partage de leurs ressources constituent une découverte. Il est communémen...

IsraelValley Desk | Science

L'École des Neurosciences de l'Université de Tel-Aviv a lancé deux centres internationaux de recherche et d'entreprenariat pour permettre aux jeunes chercheurs de développer et mettre en œuvre leurs idées pionnières dans le domaine du traitement des maladies et lésions cérébrales ainsi que des méthodes d'apprentissage avancées. Une première en Israël et dans le monde. Le premie...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Le mercure (Hg) est un polluant mortel, très toxique pour l’homme, qui contamine la chaîne alimentaire aquatique, source de nourriture pour des milliards d’organismes. Le mercure est émis dans l’atmosphère par les gaz de combustion polluants de nombreuses industries. La société israélienne MercuRemoval, développeur de solutions de traitement de gaz, vient d’annoncer des résulta...

IsraelValley Desk | Science

Utiliser la science pour rapprocher des pays ennemis: c’est l’objectif de SESAME, un accélérateur de particules qui vient d’être achevé près d’Amman en Jordanie. Rencontres avec ses utilisateurs israéliens, palestiniens, iraniens, pakistanais Au crépuscule, l’hiver, alors que résonne le dernier appel du muezzin à la prière, la myriade de maisons cubiques adossées aux 19...

IsraelValley Desk | Science

Tous les ans, plus de 9 milliards de poussins dans le monde sont directement envoyés dans des broyeurs par le simple défaut d’être des mâles. La start-up israélienne Novatrans Group a réussi à détecter le genre du futur volatile directement dans l’œuf ce qui pourrait être une vraie révolution dans le domaine. Il est difficile d’imaginer que, chaque année, la moitié des poussi...

IsraelValley Desk | Science

En route vers mars: une veste de protection développée par la société israélienne StemRad sera testée dans l’espace dans le cadre d’un accord entre les agences spatiales israélienne et allemande L’accord a été signé le 31 janvier, lors de la semaine de l’espace organisée en Israël, par les directeurs des deux agences. Il prévoit l’envoi d’une veste innovante de pro...

IsraelValley Desk | Science

Un nombre croissant d'études montrent un recul généralisé du QI moyen. Un phénomène multifactoriel, qui met notamment sur la sellette les perturbateurs endocriniens. De plus en plus d'études pointent la même inquiétante tendance : à peu près partout dans le monde occidental, le quotient intellectuel moyen de la population baisse dangereusement depuis une quinzaine d'années. Cett...

IsraelValley Desk | Science