Jan 8

Israël: Tsahal s'arme pour affronter les défis de la cyberguerre

Authors picture

IsraelValley Desk | Défense

Headline image

L’armée israélienne est depuis quelques années à la pointe du combat numérique.

Israël est entré dans un nouveau type de bataille: la guerre cybernétique. Il s’y est préparé depuis de nombreuses années. Tsahal nous avait exposé ses projets à l’occasion d’une visite exclusive dans le nœud stratégique de l’armée, le quartier général des «généraux plasma», expression inventée par les combattants sur le terrain pour se distinguer de ceux qui font la guerre derrière leur écran informatique.

Ce contact nous avait alors laissés sceptiques tant la matière paraissait surnaturelle, dans une sorte de guerre des étoiles nouvelle version. Entrer dans le saint des Saints était déjà une gageure.

S’il ne néglige pas la guerre conventionnelle en créant de nouveaux régiments pour s’opposer aux miliciens du Hezbollah terrés dans les tunnels du sud-Liban, Tsahal a engagé la cyberguerre contre un ennemi virtuel qui agit aux quatre coins du monde.

Une véritable révolution interne a été enclenchée pour créer les soldats de demain, les cybers soldats qui appartiennent à l’unité célèbre 8200 de l’Armée de défense d’Israël. Ils sont responsables du renseignement d’origine électromagnétique et du décryptage de codes.

PAS DES HACKERS

Les jeunes officiers de 8200, ne dépassant pas la trentaine, n’appartiennent pas aux renseignements proprement dits parce qu’ils ne sont ni espions et ni analystes. Ils ont appris à détecter les points faibles de l’ennemi, sans jamais l’avoir vraiment côtoyé.

Le cyber espace devient leur nouveau champ de bataille puisqu’ils sont capables de lancer, depuis leur bureau, un «missile» vers une cible donnée. Les meilleurs éléments sont incorporés, souvent après avoir été repérés dès le lycée par des officiers experts en recrutement qui sillonnent le pays pour détecter les «génies» en tous genres.

Ils s’offusquent lorsqu’on les traite de pirates informatiques ou de hackers parce qu’ils s’estiment en mission commandée pour exploiter au mieux les technologies nouvelles au bénéfice de leur pays.

Leur rôle est de fortifier la cyberdéfense de l’armée, grâce à des technologies de pointe, pour contrecarrer les menaces de pirates agissant depuis l’étranger.

Nous avons été briefés par les généraux de la division Lotem-C4i (Command, Control, Communications, Computers, Intelligence-renseignement militaire), chargée de la cyberdéfense et composée des plus grands experts de l’armée et du monde universitaire. Ces soldats viennent de tous les domaines: ingénierie, mathématiques et technologies de l’information.

Ils sont capables de sélectionner une cible ou des dizaines, d’identifier l’ennemi en temps réel et de le viser sur le plan militaire au bon moment. C’est eux qui ont aussi mis au point un nouveau système capable de détecter les tunnels de terroristes le long de la frontière avec Gaza, grâce à des capteurs et des appareils de détection.

PROTÉGER LES SYSTÈMES

La division Lotem innove en permanence en utilisant les techniques de Google Glass, ou dispositif de réalité augmentée, pour détecter les caractéristiques physiques des objets sur le terrain. Cette technologie est à présent utilisée sur le champ de bataille pour limiter les accidents corporels.

Mais l’armée israélienne s’inquiète des menaces de piratage et de terrorisme virtuel. La cyberguerre est une guerre calme et discrète, sans chars ni avions, avec une impossibilité de déterminer l’origine de l’attaque à haut niveau de sophistication.

L’impact d’internet sur la situation au Moyen-Orient est tel à présent que l’armée de l’air a décidé de jouer un nouveau rôle sur le web en coopérant avec les divisions de défense informatique de Tsahal.

De nombreuses attaques ont déjà eu lieu dans le monde. La plus célèbre a touché en 2007 l’Estonie durant laquelle tout le service internet a été perturbé et piraté. Depuis lors, l’armée de l’air a reçu mission de protéger les systèmes.

Le général de Division Amos Yadlin, qui avait servi en tant que chef des Renseignements et qui avait déjà mis en place les bases de la lutte contre les menaces cybernétiques, est convaincu que l’enjeu d’internet ne peut plus être ignoré.

NOUVELLE DIMENSION

L’histoire est chargée d’exemples d’attaques cybernétiques. Le virus Stuxnet, attribué à Israël, a bloqué et même détruit les centrifugeuses iraniennes. Les ordinateurs de Lockheed Martin ont été piratés. Enfin, un pirate saoudien avait récupéré des informations bancaires confidentielles de citoyens israéliens. Des milliards d’informations sont publiées sur internet, certaines confidentielles.

Et comme des millions d’ordinateurs sont reliés entre eux, une attaque sur un système se diffuse sur la totalité du réseau connecté. On songe donc aux dégâts que peut causer une pénétration du système informatique de la tour de contrôle d’un aéroport, générant des accidents avec de nombreuses victimes.

C’est pourquoi, en Israël, le monde cybernétique a pris une dimension militaire. Les événements des révolutions arabes et les attentats du 11 septembre 2001 n’auraient pas pu avoir lieu sans internet. Tous les pays l’ont compris et se sont donc mobilisés à différents degrés, chacun à sa façon.

Les Chinois ont imposé une cyber-formation au sein de leurs armée. Le Pentagone a créé un commandement spécial pour la sécurité internet. Tsahal n’a divulgué qu’une partie des mesures qu’il a prises.

Cependant le fait que les décisions soient prises à présent à très haut niveau démontre que la préoccupation des militaires est grande. Les Israéliens sont entrés dans la nouvelle dimension et ont décidé d’intégrer cette nouvelle arme dans leurs missions.

24 HEURES SUR 24

L’inquiétude des dirigeants israéliens s’explique parce que la défense de Tsahal repose en grande partie sur les systèmes informatiques, aussi bien au jour le jour qu’en période de crise ou d’opérations exceptionnelles.

La division C4i est le centre de commandement et de contrôle qui est la force motrice pour guider les opérations au sol. Dans le cadre des opérations militaires, les blindés et les fantassins se déplacent selon les instructions transmises par les officiers derrière leurs écrans, qui ont une vue complète du champ de bataille. Les initiatives personnelles n’ont plus cours. C’est pourquoi le général commandant C4i est convaincu que l’armée ferait face à de sérieuses difficultés en cas de système en panne.

Tsahal a donc créé en 2011 une division de cyberdéfense mobilisée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pour faire face aux menaces. Des officiers de cette division sont présents dans tous les régiments pour apporter leur expertise.

Deux grandes entreprises informatiques ont été intégrées à l’armée sous l’intitulé Commandement de l’Armée pour le Contrôle et la Gestion des Systèmes. Cette unité a permis de faire d’énormes progrès dans la cyberdéfense avec une capacité décuplée pour frapper des cibles. La fiction devient une véritable réalité.

SUR ÉCOUTE

Israël a été le premier pays à avoir dédié une division pour la guerre informatique afin de constituer la base opérationnelle de Tsahal avec l’objectif d’assurer la continuité des systèmes informatiques sur terre, mer et air. L’armée a développé des simulateurs qui mettent en scène de fausses attaques et un nouveau système d’identification des incidents de fuite d’informations sur internet.

Ce système est capable de localiser des fuites potentielles sur le web, analysant de nouveaux sites internet et les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter. Dès qu’un incident se produit, le système alerte l’unité de sécurité de l’information qui intervient dans les plus brefs délais.

Pour cette cyberdéfense, l’armée utilise les travaux du professeur Ami Moyal de l’université d’Afeka, au nord de Tel-Aviv. Sa start-up développe des solutions innovantes de décodage de la parole et du texte, dans toutes les langues mondiales.

Ses travaux portent sur la reconnaissance vocale, le repérage de mots-clés et la reconnaissance des phonèmes, toutes les techniques indispensables aux grandes oreilles internationales. Ses logiciels sont utilisés par Tsahal et par les États-Unis car ils permettent le décodage de textes, de sons et de vidéos sans intervention humaine.

Le professeur est conscient que son concept permet une intrusion dans tous les domaines de la vie privée, sécuritaire et politique mais il ne s’estime pas responsable de l’usage qui est fait de ses logiciels.

Les Israéliens ne se privent donc pas pour analyser les communications arabes et iraniennes depuis leurs satellites, leurs navires ou leurs sous-marins espions, avec l’aide de l’unité militaire 8200.

Ils sont donc à l’écoute des communications échangées dans le monde entier entre civils et organisations militaires. Ils sont capables d’extraire de plusieurs heures de dialogue quelques éléments significatifs sur la base de quelques mots clés.

Pour se dédouaner Ami Moyal a expliqué que c’était la rançon du nouveau monde virtuel mais que ses recherches concernaient aussi des solutions pour l’amélioration des conditions de vie des humains, et des handicapés en particulier.

Cette motivation l’encourage à continuer à travailler pour le NSA américain. La cyberguerre est devenue une guerre mondiale.

Par Jacques Benillouche

Source: Slate

"Les forces armées d'Arabie saoudite demeurent les mieux équipées de tous les Etats de la région excepté Israël", souligne l'International Institute for Strategic Studies (IISS), un think-tank basé à Londres. Les besoins militaires du royaume sont allés croissants en raison de l'engagement depuis 2014 de son armée, traditionnellement dévolue à la défense des frontières du roya...

IsraelValley Desk | Défense

Israel Aerospace Industries (IAI) a signé un contrat pour un montant de 630 millions de dollars avec la société aérospatiale appartenant à l'État Indien Bharat Electronics Limited (BEL). Dans le cadre cet accord, IAI fournira au groupe BEL la version navale du système de défense aérienne Barak 8 pour quatre navires de la Marine Indienne. L'accord faisait partie du programme Indie...

IsraelValley Desk | Défense

Le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace est organisé par le SIAE, filiale du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS). La 52e édition du salon aura lieu au Parc des Expositions du Bourget du 19 au 25 juin 2017 et réunira de nouveau l’ensemble des acteurs de l’industrie mondiale autour des dernières innovations technologiques. Les...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Défense

Jean-Yves Le Drian est à présent au Quai d’Orsay. Il avait été interpellé au Parlement en décembre 2016 à propos de manœuvres aériennes conjointes entre la France et Israël en Corse, sur la Base 126 de Solenzara. Voici sa réponse écrite au Député Candelier : « Dans le cadre de cet exercice, cinq appareils F15 israéliens ont été déployés aux côtés de Rafale français ...

IsraelValley Desk | Défense

Les discussions sont actuellement en cours entre la société Israélienne de cybersécurité CyGov et le gouvernement de Zambie, pour la mise sur pied d’un Institut de cybersécurité dans le pays. Lors de sa rencontre avec le ministre des Transports et des Communications, Brian Mushimba, le 15 mai 2017 à Lusaka, le général Eli Ben-Meir, directeur stratégique de CyGov, a souligné qu...

IsraelValley Desk | Défense

Etienne Monin pour Radio France : "Au moins 150 pays ont été touchés par la cyberattaque mondiale sans précédent lancée vendredi 12 mai. Parmi les rares pays épargnés : Israël. L'Etat hébreu a fait de la cybersécurité l'une de ses priorités en dotant son armée d'une unité d'élite consacrée à l’informatique et tournée vers la cybersécurité : l’unité 8200. Les futurs exp...

IsraelValley Desk | Défense

L’entreprise israélienne Cellebrite aurait aidé le FBI à déverrouiller le téléphone de l’un des deux terroristes de San Bernardino. Elle travaille avec les polices du monde entier. Le FBI aurait payé environ $900 00 pour casser un code secret. Selon Le Monde : "Un Cellebrite UFED, outil qui permettrait aux enquêteurs d’extraire les données d’un téléphone portable. En ce de...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Défense

L'immeuble est très discret et se trouve à Tel Aviv. IsraelValley a eu l'occasion de rencontrer cette semaine les leaders du CBN en charge des cyberarmes. Les compétences du Cyber Bureau National (CBN) sont larges. Créé il y a plus de deux ans et doté d’un budget annuel de départ de 55 millions de dollars, il dépend du bureau du Premier ministre. Il est chargé d’édicter des dir...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Défense

L'armée israélienne a accusé mercredi l'ONG B'Tselem d'avoir "fabriqué un incident". Dans un film, on peut voir l'un des photographes palestiniens de l'organisation et deux autres personnes s'approcher d'un officier et de ses soldats, qui disent aux trois hommes de ne plus avancer. Le film se poursuit avec une brève altercation essentiellement verbale entre le photographe et l'officier,...

i24News | Défense

DEFENSE. Elbit Systems a annoncé avoir signé un important contrat de "Brazilian Marine Corps". L'objet du contrat de défense (très confidentiel) : la vente de systèmes de communications très sophistiqués. La Marine brésilienne (portugais : Marinha do Brasil) est la branche navale des forces armées brésiliennes. Avec 48 000 hommes et femmes (dont 3 200 appelés), elle met en œuvre ...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Défense

Une base militaire israélienne s'est équipée en technologies de réalité virtuelle (VR) pour entraîner ses soldats au combat. Les casques 3D servent à reproduire les conditions d'une attaque dans les tunnels creusés à la frontière avec la bande de Gaza. LE PLUS. L'expression « réalité virtuelle » (ou multimédia immersif ou réalité simulée par ordinateur) renvoie typiqueme...

IsraelValley Desk | Défense

L'ex-Monsieur renseignement de Donald Trump, Mike Flynn, devient conseiller de NSO, le champion israélien des logiciels espions selon Intelligence onLine. JSS News : "Mike Flynn a intégré la société israélienne NSO Group, l’un des leaders mondiaux des malwares et logiciens espions. C’est NSO Group, qui avait réussi a pirater un iPhone – prouvant ainsi que « des failles existent...

IsraelValley Desk | Défense

A l’occasion de son salon dédié à l’innovation, la Direction générale de l’armement en France a réuni plusieurs experts pour s’interroger sur l’utilisation potentielle de la technologie blockchain dans le domaine de la Défense. En Israël depuis déjà des mois les services de recherche de Tsahal et les industriels de la défense s'intéressent également à ce domaine qui fasc...

IsraelValley Desk | Défense

Israël a diffusé lundi une mise en garde « sérieuse » à ses citoyens leur enjoignant à ne pas se rendre sur l’île tunisienne de Djerba, où des centaines de pèlerins juifs célèbreront la fête de Lag Ba’Omer mi-mai. LE PLUS. DANS "JEUNE AFRIQUE" EN 2016. Le pèlerinage juif de la Ghriba, sur l'île tunisienne de Djerba, dans le sud du pays, a débuté mercredi sous haute surve...

IsraelValley Desk | Défense

Les forces de défense israéliennes conduisent depuis plusieurs années l’intégration d’éléments autistes au sein du programme Roim Rachok (« voir loin, prévoir »). Sélectionnés en raison même de leur singularité cognitive, de leur tendance à l’obsession, à la répétition, au perfectionnisme, de leur capacité à s’isoler de l’environnement pour se livrer intégraleme...

Benjamin Wirtz | Défense