Jan 6

Israël : l'affaire du soldat Eleor Azaria ou la fragilité de l'État de droit

Authors picture

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Headline image

Le procès du soldat israélien reconnu coupable du meurtre d’un Palestinien blessé a pris en Israël une dimension symbolique et surtout politique.

À Tel-Aviv, dans la salle du tribunal militaire, les trois juges viennent tout juste de condamner pour homicide le soldat Eleor Azaria, qui a achevé un assaillant palestinien blessé et à terre.

Un de ses proches lance au tribunal : « Vous êtes des gauchistes puants ! » Dehors, des centaines de manifestants de droite et d’extrême droite, chauffés à blanc, conseillent au chef d’état-major, le général Gadi Eizenkott, de faire attention, tout en scandant : « Gadi ! Gadi ! Rabin t’attend… »

DEMANDE DE GRÂCE

Certes, si ce jugement vient clore un procès de dix mois, la controverse qui anime le pays n’est pas près de s’éteindre. Et pas seulement dans le public mais aussi dans la classe politique. En témoignent les réactions promptes et rudes qui ont suivi l’annonce du verdict.

Le premier à dégainer : Naftali Bennet, le ministre de l’Éducation nationale et patron du Foyer juif, le parti des colons, a réclamé l’amnistie immédiate d’Eleor Azaria. Car, selon lui « le procès était vicié dès le début, et le soldat injustement condamné alors qu’il a tué un terroriste qui méritait de mourir après avoir tenté d’assassiner un (autre) soldat ».

Une demande de grâce dans laquelle se sont engouffrés nombre de ministres et de parlementaires de la coalition au pouvoir. Miri Regev, la ministre de la Culture, a franchi un pas de plus en adressant une demande officielle en ce sens à son collègue de la Défense, Avigdor Lieberman.

On attendait la réaction de Benjamin Netanyahu. Elle est intervenue en fin d’après-midi sous la forme d’un court communiqué dans lequel le Premier ministre se déclare en faveur de la grâce tout en expliquant : « C’est un jour difficile et douloureux pour nous tous et en premier lieu pour Eleor et sa famille, pour l’armée, pour beaucoup de soldats et leurs parents, et moi-même parmi eux… »

Pas un mot de soutien au chef d’état-major et aux juges militaires, en dehors d’un appel au public « pour qu’il fasse preuve de responsabilité envers l’armée, ses officiers et le chef d’état-major ».

Pourtant, la présidente du tribunal militaire, la colonel Maya Heller, ses deux assesseurs et le procureur ont reçu des menaces de mort. Leur protection personnelle a été renforcée.

UN PARALLÈLE AVEC L’AFFAIRE DREYFUS

Pour de nombreuses personnalités et organisations de droite, Azaria est donc un martyr qui n’a rien fait d’autre que de vouloir protéger tous ceux qui se trouvaient sur place et d’avoir tué un terroriste qui représentait un danger.

Un thème abondamment repris sur les réseaux sociaux, où il est comparé au capitaine Alfred Dreyfus, l’officier innocent condamné par des chefs comploteurs. En l’occurrence, l’armée aurait décidé de le sacrifier afin d’améliorer son image aux yeux du monde.

Ce genre d’arguments ne se trouve pas seulement sur Facebook ou Twitter, mais au plus haut niveau de la classe politique : Tzipi Hotobelly, la vice-ministre des Affaires étrangères, a déclaré : « Tout cela n’est qu’un procès à grand spectacle dont la conclusion était connue d’avance. »

Face à cela, les experts militaires expliquent que les chefs de l’armée devaient rétablir les grands principes des règles d’engagement : les ordres ne peuvent venir que de la chaîne de commandement et il est illégal d’achever un ennemi qui ne présente plus de danger. Toute infraction conduit en cour martiale.

En filigrane, ce procès et les réactions qu’il suscite posent deux questions. D’abord, celle des soldats en opération en Cisjordanie, coincés de plus en plus entre une mission de maintien de l’ordre, dans le cadre de l’occupation de ce territoire, et la protection des colons israéliens persuadés que cette terre est la leur pour cause de promesse divine. Une vision religieuse de plus en plus partagée en Israël même, avec son corollaire : qui a préséance ?

La loi de la rue ou l’État de droit ? Comme l’écrit l’éditorialiste du quotidien Haaretz : « Pour cette fois, c’est encore l’État de droit qui a gagné, mais il faut rester sur ses gardes.

Si le meurtre d’un terroriste déjà neutralisé passe sans une condamnation appropriée, l’éthique de Tsahal finira par disparaître et la distinction entre Israël et ses pires ennemis – les pays dans lesquels l’État de droit n’est pas le moteur de l’action – sera effacée.»

Mais qui lit aujourd’hui Haaretz, considéré par une majorité d’Israéliens, au même titre que les ONG de défense des droits de l’homme, comme un repaire de gauchistes traîtres ?

Par Danièle Kriegel, Correspondante à Jérusalem

Source: Le Point

Occupés par l'autopromotion incessante, obsessionnelle, les autorités israéliennes oublient souvent que des pays comme la France rattrapent leur retard en matière de fiscalité destinée aux startups. Selon Usine Digitale: "La France est l'un des pays où la dynamique des start-up est forte. Pourtant, notre pays est critiqué : la complexité et le poids de la fiscalité seraient des fre...

Ilan Hess (Rehovot) | Droit et fiscalité

Une commission parlementaire va s’attaquer à une question importante: le financement de voyages à l’étranger de députés par des organisations anti-israéliennes et antisémites. Selon les statuts de la Knesset, tout voyage à l’étranger d’un député dans le cadre de ses activités parlementaires doit obtenir l’aval préalable de la commission de l’Ethique. Yoav Kich (Liko...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Une loi destinée à alléger les charges fiscales pour les parents isolés sans emploi. Cette loi, qui concerne au premier chef les mères élevant seules un ou plusieurs enfants, doit les inciter à prendre un emploi. Jusqu’ici, les parents isolés bénéficiant de prestations sociales pouvaient seulement gagner un certain montant (3 200 shekels) au-delà duquel le taux d’imposition ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

REVELATIONS. Que ce soit en termes d'impôt sur le revenu, de cotisations sociales payées par l'employé et par l'employeur, Israël se retrouve par un taux deux fois plus faible que la France°. Selon Les Echos : "La France quant à elle fait figure de parent pauvre dans le paysage international. Tel est l'un des enseignements du rapport annuel sur la « taxation des salaires » publi...

Eyal Koren | Droit et fiscalité

En Israël, d'un point de vue économique, un compte joint est plus avantageux que deux comptes séparés, et permet l'économie d'environ 200-300 shekels/an en matière de frais de tenue de compte, commissions diverses. Par ailleurs, et plus les rentrées d'argents sont grandes sur le compte (et en ce sens 2 salaires sont plus importants qu'un) plus vous avez la possibilité de négocier a...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le parlement israélien vient de décider que les seniors de plus de 80 ans ne feront plus la queue. Une nouvelle loi leur permet de passer devant tout le monde pour aller directement au guichet de la banque ou de l’administration, ou encore à la caisse du supermarché. C’est Itzik Schumi de l’Union sioniste, alliance centre gauche des partis d’opposition, qui a initié cette loi. L...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Pour la première fois dans les annales de la justice israélienne, des juges et des procureurs menaceraient de faire faire grève si leurs revendications concernant les conditions de leur retraite ne sont pas satisfaites. L’information a été rapportée par le quotidien Yedioth Aharonoth. Cela n’était encore jamais arrivé. Mais à présent, le Comité central de l’association du B...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Jusqu'ici, la situation des Français d'Israël sur le plan fiscal était simple. Elle était et reste régie par la convention franco-israélienne de non double imposition de juillet 1995. Pour ce qui concerne les retraités français, après leur alya, soit ils relevaient du secteur public et assimilés (collectivités territoriales, etc...) et ils continuaient à payer des impô...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Dr Daniel Rouach (co-Fondateur d'IsraelValley) était à Berlin cette semaine. Il a été entendu en qualité de témoin le mardi 21 mars 2017 au Palais de Justice du Kammergericht, la Cour Supérieure de Berlin située à Schöneberg. Dans une atmosphère de sécurité maximale (nombreux policiers allemands armés, contrôles draconiens aux entrées du tribunal) , une audience solennell...

Eyal Aviv (Kikar Hamedina) | Droit et fiscalité

La police a estimé que la maire de Netanya Myriam Feierberg, devait être poursuivie en justice pour ‘corruption, fraude et abus de confiance’. Elle recommande aussi d’entamer des poursuites contre son ex-mari, Elie Feierberg, et son fils Tsafrir ‘pour des délits de fraude et de tentative de recevoir des pots-de-vin’. L’affaire a débuté en septembre dernier. La maire avait ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

En 2011, le ministère français des Finances avait imaginé imposer les Français résidant hors de France en assujettissant à la CSG les revenus de leur patrimoine. Ce fut le Plan Baroin. Plan auquel, alors Vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’étranger, je réussis à faire obstacle en intervenant auprès des milieux politiques arguant de l’impopularité d...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Prof. Nili Cohen, professeur en chaire à la Faculté de Droit de l'Université de Tel-Aviv, ancien recteur de l'Université et présidente de l'Académie israélienne des Sciences recevra le Prix Israël 2017 dans le domaine des études de droit "pour la vigueur de ses recherches, qui explorent et brisent les frontières de la pensée". Le  Prof. Nili Cohen a fait toutes ses études, du...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Droit et fiscalité

Naftali Benett a annoncé que le Prix Israël 5777 dans le domaine de la recherche en droit serait attribué cette année au professeur Nili Cohen dont les travaux sont connus en Israël et dans le monde. Nili Cohen, née en 1947, est considérée comme l’une des meilleures juristes d’Israël qui s’est spécialisée dans le droit civil. Elle est la présidente de l’Académie nat...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

ATS – La Suisse ne devrait plus subventionner des ONG accusées d'être impliquées dans des actions antisémites ou des campagnes de boycott d'Israël. Le National a accepté une motion UDC en ce sens. Le Conseil des Etats devra se prononcer. Des révélations mettent régulièrement en évidence les relations douteuses entretenues par des ONG bénéficiant plus ou moins directement de su...

David ILLOUZ | Droit et fiscalité

Le Parlement israélien a annoncé lundi 6 mars avoir voté une loi interdisant l’accès à l’Etat hébreu aux partisans de son boycott international. « Aucun visa ou aucune autorisation de séjour de quelque type que ce soit ne sera accordé à une personne n’étant ni un citoyen israélien ni un résident permanent si elle, ou l’organisation ou l’institution dans laquelle elle ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité