Jan 5

Israël Voiture autonome: Shai Agassi de Better Place, je ne regrette rien !

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

La course folle vers la voiture autonome passe de plus en plus par les stands israéliens. Difficile de ne pas retrouver à Tel-Aviv ou Jérusalem un acteur de ce nouveau marché. Marques traditionnelles et géants de la technologie y puisent leurs idées et y consacrent des centaines de millions de dollars.

Shai Agassi tient son auditoire. Charismatique, les yeux vifs et le sourire complice, cet ancien entrepreneur de Better Place loue le goût du risque et les vertus de l’échec.

Ce surdoué de la high-tech israélienne avait mis en place, dès 2008, un système de rechargement pour voiture électrique. Adoubé par les plus hautes instances de l’Etat d’Israël, subventionné à coups de centaines de millions de dollars, son rêve d’une mutation technologique inédite s’était crashé en catastrophe financière.

Aux Awards des meilleures jeunes pousses de l’année, devant le gratin de la high-tech israélienne, l’homme qui a perdu près d’un milliard de dollars ne regrette rien. « De cet échec naîtra ma prochaine réussite » assure-t-il. Un leitmotiv de l’esprit “start-up nation”, aux yeux duquel l’audace est un gage de succès, peu importe les désillusions.
 
Si la réussite de Shai Agassi se fait encore attendre, les spécialistes du secteur reconnaissent que son expérience « a attiré l’attention mondiale sur le potentiel israélien dans le développement de technologies de véhicules avancés ».  

C’est l’avis de Dubi Ben-Gedalyahu, éditorialiste du très sérieux quotidien économique israélien Globes. Il ajoute que « Better Place a également servi d’incubateur pour les développeurs de premier plan et les professionnels qui, plus tard, ont créé des nouvelles start-up ou des grandes sociétés en technologie automobile ».

ISRAËL CAPITALISE SUR SON EXPÉRIENCE MILITAIRE
 
Fort de son expérience militaire, Israël a développé des technologies particulièrement adaptées aujourd’hui à la voiture autonome. Détection 3D, vision artificielle, traitement vidéo et de l’image, prise de décision en temps réel, cartographie, cyber-sécurité, autant de domaines expérimentés par l’armée et développés par les start-ups dans le civil.

Déjà expert sur les applications réseaux et mobiles, Israël a vite mobilisé son écosystème dans le domaine de la voiture connectée, profitant du tournant technologique de cette industrie.

« C’est un énorme défi pour les marques traditionnelles car elles doivent changer la façon dont elles construisent des voitures avec tous ces nouveaux produits électroniques », confie Monique Lance, directrice marketing de la start-up Argus. «Israël est un pays qui peut les aider», glisse à l’Usine Digitale cette spécialiste de la cyber-sécurité automobile.
 
Au fil des ans, Israël s’est déjà taillé une belle réputation. L’application GPS Waze a déjà réussi l’exploit d’être rachetée en 2013 par Google pour plus d’un milliard de dollars. Autre fleuron de cette nouvelle industrie : Mobileye. L’entreprise, basée à Jérusalem, a multiplié les partenariats avec les plus grands constructeurs mondiaux. A l’origine, sa technologie était basée sur des systèmes anti-collusion, aujourd’hui ses connaissances et ses acquisitions lui ouvrent un nouvel horizon.

Avec son nouveau partenaire américain Delphi Automotive PLC, Mobileye a pour projet de sortir une première série de voitures autonomes en 2019, grillant ainsi la politesse à de nombreux concurrents.

Mobileye s’est aussi associé à BMW et Intel dans la production dès 2021 d’un autre modèle de voiture autonome. Acteur incontournable du marché, l’entreprise fondée en 1999 a choisi de rester indépendante et de ne pas se faire racheter par le plus offrant. Un changement de stratégie pour la high-tech israélienne, qui est arrivée à une nouvelle étape de son développement et ne rêve plus nécessairement de retraite dorée.   
 
LES GRANDES MARQUES FONT D’ISRAËL LEUR HUB TECHNOLOGIQUE
 
« Tesla, Uber, Apple, Google, ou plusieurs grandes marques de l’industrie européenne et asiatique viennent toutes ici pour obtenir un morceau du savoir-faire israélien pour des besoins spécifiques dans le véhicule autonome », affirme Emmanuel Timor de Vertex Ventures, un fonds d’investissement basé à Tel-Aviv. Poussés dans cette nouvelle quête technologique, Renault et Daimler ont créé cette année des centres de R&D en Israël.

D’autres comme General Motors, déjà présent depuis 2010, ont décidé en 2017 de doubler leurs effectifs dans les années à venir et d’acquérir des start-up. Le géant américain a notamment mis la main sur Powermat et Sital Technologies. 

De « simples » investissements peuvent aussi permettre de mettre un pied au Proche-Orient. Volkswagen a ainsi injecté 300 millions de dollars dans l’entreprise israélienne Gett Inc, concurrente directe de Uber dans le transport à la demande. Un financement en forme de port d’attache pour développer, là encore, la voiture de demain.
 
Selon plusieurs estimations, 30% d’une voiture moderne doit aujourd’hui son coût à l’électronique, un ratio qui devrait augmenter pour atteindre un chiffre d’affaires de 100 milliards de dollars dans les années à venir.

Israël est très bien placé pour obtenir sa part du gâteau et voir émerger peut-être, dans ses rangs, un nouveau géant de l’automobile. A moins que la start-up nation ne se contente d’être le passage obligé d’un marché ultra-compétitif, où les rois d’hier laisseraient leur place aux nouveaux monarques de demain. Tout de même une place de choix pour un petit pays de huit millions d’habitants sans tradition automobile.

Par Anthony LESME

Source: L'Usine Digitale

Selon Bloomberg, la lutte pour embaucher les meilleurs étudiants est devenue particulièrement serrée depuis que Google et Microsoft ont ouvert en Israël leurs centres de recherche et de développement. Il faut pratiquement se battre maintenant pour mettre la main sur les étudiants les plus talentueux a expliqué Bloomberg. Par ailleurs, le recrutement intervient à un stade beaucoup pl...

IsraelValley Desk | High-Tech

Dans les universités américaines et israéliennes, les salles informatiques traditionnelles ont laissé place à des espaces modulables, où les étudiants peuvent travailler aussi bien en groupe que seuls dans un canapé. Elles proposent en outre équipements divers et systèmes de prêt de matériel. Selon letudiant.fr : "Les salles informatiques ("computer labs") des campus américains,...

IsraelValley Desk | High-Tech

Au travers de sa structure T3, l'Institut Technion possède 50 sociétés dans son portfolio, auxquelles s'ajoutent 30 entreprises dont le Technion a licencié la technologie (et dans lesquelles il n'est pas actionnaire). Parmi les investissements qui ont payé, celui dans Invision Biometrics – dont le Technion avait 14% du capital, une société de capteurs 3D pour la reconnaissance gest...

IsraelValley Desk | High-Tech

Fondé en 2014, Hexadite a monté une plateforme visant à identifier les cyberattaques imminentes et a trouvé une parade rapidement. Avec un mot d’ordre : répondons aux assauts automatisés par des solutions automatisées. « Le seul moyen d’évoluer sur le terrain », estime l’éditeur. Selon itespresso.fr :"Celui-ci exploite des solutions de détection, d’analyse et de parade fa...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech

En 2016, plus de 4,7 milliards de dollars ont été investis dans la Tech israélienne au travers de 659 deals (d'après IVC), le Ministère de l'économie évalue la part des investissements étrangers «entre 60 et 80%» sur l'année. «L'opération la plus emblématique est bien sûr le rachat de Mobileye par l'Américain Intel (intervenue début 2017 ndlr) », précise le ministère. (Frenc...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Sage, une société britannique de gestion d’entreprise, l’université de Tel Aviv est l’une des 10 universités au monde à avoir diplômé le plus grand nombre de fondateurs de start-up privées dont la valeur se calcule en milliards de dollars, également appelées « licornes ». Parmi les licornes fondées par les alumni Israéliens figurent ForeScout Technologies, une entre...

Ilan Dreyfus | High-Tech

Bonjour Chers auditeurs de RadioJ. 1. Le secteur de la technologie automobile en Israël compte actuellement environ 350 startups, selon IVC Research Center, et leDirecteur de IVC estime qu’il pourrait dépasser l’industrie de la cybersécurité. A titre d’exemple, Argus Cyber Secutiy, basé à Tel Aviv, a annoncé au mois de janvier un partenariat avec Qualcomm Technologies pour prot...

IsraelValley Desk | High-Tech

Genomic Vision organisera un second R&D Day à l’automne 2017, au cours duquel la direction présentera les avantages uniques de sa technologie pour le marché des Sciences de la Vie, notamment pour le contrôle qualité de l’édition du génome et la réplication de l’ADN. Genomic Vision, société de biotechnologies spécialisée dans le développement de tests diagnostic in vitro po...

IsraelValley Desk | High-Tech

Dans un excellent article publié dans Globes, le patron de Google R&D en Israël, Yossi Matias, explique la stratégie du groupe et son importance en Israël. Un chiffre en ressort : en dix ans Google Israël est passé de 1 à 700 personnes Ci-joint l'article deGlobes (Copyrights) : "Most of us know quite a bit about Google Israel, which handles the business activity of global giant Google...

Eyal Koren (Tel Aviv) | High-Tech

EXCLUSIF. Wix.com, Gilat Satellite Networks et Radware sont les trois leaders hightech d'Israël qui pourraient passer, selon des analystes, comme l'a été Mobileye, dans les mains d'investisseurs étrangers. Créée en 1992, la société Gilat Satcom fait partie du groupe Eurocom, le géant israélien des télécommunications. LE PLUS. Fournisseur de solutions de communication, Gilat Sat...

Jonathan Hess (Tel Aviv) | High-Tech

Basée en Israël, Cyber-Ark Software est une société de sécurité informatique qui développe et commercialise des coffres-forts numériques dans le but de sécuriser et gérer des informations sensibles au sein de grandes entreprises. Basée sur la technologie brevetée Vaulting Technology™, les produits de Cyber-Ark comprennent: Inter-Business Vault, infrastructure sécurisée p...

Eyal Aviv | High-Tech

De la Russie à l'Espagne et du Mexique au Vietnam, des dizaines de milliers d'ordinateurs, surtout en Europe, ont été infectés par un logiciel de rançon exploitant une faille dans les systèmes Windows. Israël, très bien préparé à des attaques de grande envergures, a pour l'instant été épargné. Aucune banque où Institution publique n'a signalé une attaque massive. Selon i24N...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

C'est un fait indéniable. Les relations entre le Canada et Israël sont exceptionnelles. Philippe Couillard et une très importante délégation du Québec sera dans quelques jours en Israël. BIO-EXPRESS. Philippe Couillard de Lespinay, dit Philippe Couillard né le 26 juin 1957 à Montréal (Québec), est un homme politique canadien, Premier ministre du Québec depuis avril 2014. Médecin...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Incroyable succès, malgré des périodes dramatiques. Amdocs,qui annonce une croissance de ses ventes en 2017, est née en Israël. Elle est spécialisée dans le logiciel et les services pour les fournisseurs de services de communication, de média et des fournisseurs de service financiers ainsi que pour les entreprises du numérique. Ses offres comprennent : business support system (BSS)...

Dan Rosch (Tel Aviv) | High-Tech

Une étude récente démontre que seuls 4% des start-ups israéliennes réussissent (IVC Research Center et REVERSEXIT dans Globes) et seulement 4 sur 500 parviennent à grandir de manière indépendante, sans passer par la case rachat. (1) LE PLUS. Les causes principales d’échec des startups (2) (Source (2) http://1001startups.fr/startup-causes-principales-echec/) # 1 – Ne pas ci...

IsraelValley Desk | High-Tech