Jan 5

Israël Voiture autonome: Shai Agassi de Better Place, je ne regrette rien !

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

La course folle vers la voiture autonome passe de plus en plus par les stands israéliens. Difficile de ne pas retrouver à Tel-Aviv ou Jérusalem un acteur de ce nouveau marché. Marques traditionnelles et géants de la technologie y puisent leurs idées et y consacrent des centaines de millions de dollars.

Shai Agassi tient son auditoire. Charismatique, les yeux vifs et le sourire complice, cet ancien entrepreneur de Better Place loue le goût du risque et les vertus de l’échec.

Ce surdoué de la high-tech israélienne avait mis en place, dès 2008, un système de rechargement pour voiture électrique. Adoubé par les plus hautes instances de l’Etat d’Israël, subventionné à coups de centaines de millions de dollars, son rêve d’une mutation technologique inédite s’était crashé en catastrophe financière.

Aux Awards des meilleures jeunes pousses de l’année, devant le gratin de la high-tech israélienne, l’homme qui a perdu près d’un milliard de dollars ne regrette rien. « De cet échec naîtra ma prochaine réussite » assure-t-il. Un leitmotiv de l’esprit “start-up nation”, aux yeux duquel l’audace est un gage de succès, peu importe les désillusions.
 
Si la réussite de Shai Agassi se fait encore attendre, les spécialistes du secteur reconnaissent que son expérience « a attiré l’attention mondiale sur le potentiel israélien dans le développement de technologies de véhicules avancés ».  

C’est l’avis de Dubi Ben-Gedalyahu, éditorialiste du très sérieux quotidien économique israélien Globes. Il ajoute que « Better Place a également servi d’incubateur pour les développeurs de premier plan et les professionnels qui, plus tard, ont créé des nouvelles start-up ou des grandes sociétés en technologie automobile ».

ISRAËL CAPITALISE SUR SON EXPÉRIENCE MILITAIRE
 
Fort de son expérience militaire, Israël a développé des technologies particulièrement adaptées aujourd’hui à la voiture autonome. Détection 3D, vision artificielle, traitement vidéo et de l’image, prise de décision en temps réel, cartographie, cyber-sécurité, autant de domaines expérimentés par l’armée et développés par les start-ups dans le civil.

Déjà expert sur les applications réseaux et mobiles, Israël a vite mobilisé son écosystème dans le domaine de la voiture connectée, profitant du tournant technologique de cette industrie.

« C’est un énorme défi pour les marques traditionnelles car elles doivent changer la façon dont elles construisent des voitures avec tous ces nouveaux produits électroniques », confie Monique Lance, directrice marketing de la start-up Argus. «Israël est un pays qui peut les aider», glisse à l’Usine Digitale cette spécialiste de la cyber-sécurité automobile.
 
Au fil des ans, Israël s’est déjà taillé une belle réputation. L’application GPS Waze a déjà réussi l’exploit d’être rachetée en 2013 par Google pour plus d’un milliard de dollars. Autre fleuron de cette nouvelle industrie : Mobileye. L’entreprise, basée à Jérusalem, a multiplié les partenariats avec les plus grands constructeurs mondiaux. A l’origine, sa technologie était basée sur des systèmes anti-collusion, aujourd’hui ses connaissances et ses acquisitions lui ouvrent un nouvel horizon.

Avec son nouveau partenaire américain Delphi Automotive PLC, Mobileye a pour projet de sortir une première série de voitures autonomes en 2019, grillant ainsi la politesse à de nombreux concurrents.

Mobileye s’est aussi associé à BMW et Intel dans la production dès 2021 d’un autre modèle de voiture autonome. Acteur incontournable du marché, l’entreprise fondée en 1999 a choisi de rester indépendante et de ne pas se faire racheter par le plus offrant. Un changement de stratégie pour la high-tech israélienne, qui est arrivée à une nouvelle étape de son développement et ne rêve plus nécessairement de retraite dorée.   
 
LES GRANDES MARQUES FONT D’ISRAËL LEUR HUB TECHNOLOGIQUE
 
« Tesla, Uber, Apple, Google, ou plusieurs grandes marques de l’industrie européenne et asiatique viennent toutes ici pour obtenir un morceau du savoir-faire israélien pour des besoins spécifiques dans le véhicule autonome », affirme Emmanuel Timor de Vertex Ventures, un fonds d’investissement basé à Tel-Aviv. Poussés dans cette nouvelle quête technologique, Renault et Daimler ont créé cette année des centres de R&D en Israël.

D’autres comme General Motors, déjà présent depuis 2010, ont décidé en 2017 de doubler leurs effectifs dans les années à venir et d’acquérir des start-up. Le géant américain a notamment mis la main sur Powermat et Sital Technologies. 

De « simples » investissements peuvent aussi permettre de mettre un pied au Proche-Orient. Volkswagen a ainsi injecté 300 millions de dollars dans l’entreprise israélienne Gett Inc, concurrente directe de Uber dans le transport à la demande. Un financement en forme de port d’attache pour développer, là encore, la voiture de demain.
 
Selon plusieurs estimations, 30% d’une voiture moderne doit aujourd’hui son coût à l’électronique, un ratio qui devrait augmenter pour atteindre un chiffre d’affaires de 100 milliards de dollars dans les années à venir.

Israël est très bien placé pour obtenir sa part du gâteau et voir émerger peut-être, dans ses rangs, un nouveau géant de l’automobile. A moins que la start-up nation ne se contente d’être le passage obligé d’un marché ultra-compétitif, où les rois d’hier laisseraient leur place aux nouveaux monarques de demain. Tout de même une place de choix pour un petit pays de huit millions d’habitants sans tradition automobile.

Par Anthony LESME

Source: L'Usine Digitale

Des scientifiques israéliens ont conçu des membranes spéciales à partir de composants organiques qui sont capables de purifier l’eau en filtrant de grands et même de petits virus. Les filtres à eau sont un sujet largement évoqué aujourd'hui. Les chercheurs ont manifesté des progrès importants dans ce domaine. Selon l'article publié dans la revue Water Research (Science Direct...

Ilanit Hayut | High-Tech

Sur Europe1, Anicet Mbida offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation : "Encore une technologie surprenante ce matin, des hauts parleurs qui dirigent le son directement vers nos oreilles. C’est à peine croyable. Par exemple : vous posez votre téléphone sur la table, vous le mettez sur haut-parleur. Mais il n’y a que vous qui l’entendez. Vous pouvez bouger, v...

Eyal Koren | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ils sont sur Sdérot Rothshild, en plein coeur de la StartUp Nation. Les nombreux très jeunes chercheurs de Facebook à Tel Aviv sont concentrés sur les concepts du futur. Un excellent article est paru dans Les Echos sur les recherches du géant américain (sans citer Tel Aviv) : "Communiquer par la pensée et entendre par la peau, les nouveaux paris fous de Facebook...

Eyal Koren | High-Tech

Rien de nouveau dans le ciel de la Startup Nation. Une firme israélienne a été rachetée par un leader américain du "M-Ticketing". SeatGeek rachète la firme israélienne TopTix, leader mondial dans le domaine du software dédié aux ventes de billets. Le M-Ticketing, comme mobile-ticketing, est un concept qui permet de se servir de son téléphone mobile comme d'un ticket « papier » ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour le hightech israélien. La firme américaine Flex va embaucher des ingénieurs sytèmes en Israël. Un centre de conception va ouvrir dans la Startup Nation. HISTOIRE DE FLEX. La firme américaine avait à l'origine offert une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des application...

Dan Rosch (Paris) | High-Tech

Depuis plus de deux ans, la magazine suisse Bilan a sélectionné les plus prometteurs Baby Entrepreneurs : ces jeunes fondateurs d’entreprise romands ont osé se lancer très jeunes dans l’aventure de l’entrepreneuriat, certains avant même d’avoir fini leur cursus. En partenariat avec Procter & Gamble est né le Baby Entrepreneurs Challenge 2017 : 20 jeunes pousses parmi les plus ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Avec 2,7 milliards d'euros levés en 2016, la France s'est hissée au deuxième rang des "start-up nations" européennes, juste derrière le Royaume-Uni. Et pourtant, même si le montant est énorme à l'échelle française, il reste minuscule en comparaison des montants levés aux Etats-Unis. "Ce n'est pas grave. Les fonds ne sont pas nécessaires, estime Loïc Le Meur, entrepreneur franç...

IsraelValley Desk | High-Tech

Pascale Zonszain pour AJ : "Barkid, une start-up israélienne propose un bracelet intelligent pour permettre aux parents de savoir à tout moment où se trouvent leurs enfants. « Le fondateur de Barkid habite à Beer-Sheva et ce n'est pas un hasard. Eliav Elhadad n'a pas oublié ce jour de juillet 2014, quand un Grad du Hamas s'est abattu sur la capitale du Néguev et que les parents, terr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un article de Cyril Cohen-Solal : "Au-delà d’un énième robot qu’on voit circuler dans les salons high-tech, Elli-Q est un compagnon doté d’une Intelligence Artificielle qui est capable d’intéragir et d’apprendre de son entourage (Machine Learning). Surtout, Elli-Q est animé d’émotions, d’humour (même si ce n’est pas encore du Gad Elmaleh) et d’une capacité de sugg...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le quatrième homme le plus riche du monde, le Mexicain Carlos Slim, a affirmé récemment qu’Israël constitue un défi majeur pour les États-Unis dans l’industrie des hautes technologies. « Vous [les Américains] êtes les leaders mondiaux dans les hautes technologies mais des pays comme la Chine ou Israël défie en la matière le leadership des États-Unis », a déclaré l’homme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bonjour chers auditeurs de Radio J. Bonjour Jacquot. Je suis actuellement en Israël, et le temps est superbe. Tout d'abord, heureux Pessah à tous. Les nouvelles hightech de la semaine : 1. FRUTAROM. Le fabricant israélien d'arômes et d'additifs Frutarom Industries a annoncé l'acquisition du laboratoire français René Laurent pour 20,0 millions d'euros. Fondée en 1885 et spécialisée...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans les bureaux d'Epicenter, un regroupement suédois d'entreprises en démarrage, des employés munis de micropuces numériques implantées dans leur corps peuvent ouvrir les portes, activer les imprimantes ou même s'acheter des smoothies simplement en agitant la main. D'une grosseur comparable à celle d'un grain de riz, la micropuce proposée aux employés et membres d'Epicenter fait l'...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël, terre d'élection du véhicule intelligent ? Le pari paraissait voilà peu improbable dans un pays dépourvu d'industrie automobile, à l'exception de la production anecdotique de la Sussita, un véhicule à la carrosserie en fibre de verre fabriqué dans les années 1950 dans une usine située près du port de Haïfa… Et pourtant, il a suffi d'une petite décennie pour que la Si...

IsraelValley Desk | High-Tech

Boaz Mamo (à gauche sur la photo), fondateur d'EcoMotion, communauté israélienne des transports intelligents vient de créer Drive, un centre d'innovation doublé d'un accélérateur, lancé à Tel-Aviv en partenariat avec Honda, Volvo et la société de location Hertz. (Nathalie Hamou pour Les Echos) Les systèmes de transport intelligents (STI) (en anglais intelligent transportation sys...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech

La technologie radar avancée micro-puissante, les 3D algorithmes de reconstruction d’image et des techniques de traitement du signal développés par l’armée israélienne sont construits à l’intérieur des caméras de sécurité portables de Camero qui permettent aux travailleurs de recherche et de sauvetage de trouver des objets fixes et mobiles cachés de la vue. Les systèmes de...

IsraelValley Desk | High-Tech