Jan 4

Exclusif. Israël privatise les festivités de son 70e anniversaire.

Authors picture

Jacques Bendelac | Économie

Headline image

En mai 2018, Israël fêtera les 70 ans de son indépendance ; curieusement, le gouvernement lance un appel à dons pour financer les festivités.

70 ans est un âge mûr pour prendre de bonnes décisions. Mais la mesure adoptée dimanche en conseil des Ministres paraîtra bien déplacée à de nombreux Israéliens : les festivités du 70e anniversaire de la création d’Israël seront financées par des donateurs privés et non par le budget de l’État.

À l’heure où le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou est l’objet d’une enquête de police pour avoir perçu des cadeaux illégaux, il semble ironique de permettre à des dons privés de financer une commémoration publique; en Israël, la collusion entre hommes d’affaires et représentants de l’Etat est source de corruption.

LOGIQUE LIBÉRALE

On sait qu’en Israël, la logique libérale est de rigueur depuis une décennie : l’État se garde d’intervenir le moins possible dans la vie économique, privilégiant l’initiative privée. D’où une politique de privatisation, de réduction des dépenses publiques et de baisse de l’impôt, ce qui laisse la voie libre aux investisseurs privés.

Or la logique libérale en Israël ne semble plus avoir de limite. Le gouvernement israélien propose aujourd’hui de se dessaisir d’un des symboles les plus importants du patriotisme israélien : la commémoration de la fête nationale.

Certes, Israël entend fêter comme il se doit le soixante-dixième anniversaire de son indépendance. Créé le 14 mai 1948, l’Etat juif célèbrera de l’année prochaine l’anniversaire qui correspondra au chiffre rond de 70.

ÉTAT MAJOR DES 70 ANS

Pour ne pas être pris de court, le gouvernement israélien a décidé de prendre les devants : il vient de mettre en place un « état-major des célébrations du 70e anniversaire de l’État d’Israël ». Un an à l’avance n’est pas de trop pour préparer les différentes célébrations officielles qui s’accompagneront sans doute de spectacles et autres cérémonies fastueuses.

Cet état-major sera mis en place et dirigé par le ministère de la Culture et des Sports. Son objectif officiel est de préparer des « évènements officiels qui marqueront le 70e jour de l’indépendance et qui symboliseront les défis et les succès d’Israël en tant qu’État juif et démocratique depuis sa création ».

1,2 MILLION D’EUROS DE DONS

Un premier budget de 5 millions de shekels est débloqué pour les dépenses immédiates. Les fonds seront prélevés sur le budget du ministère de la Culture et des Sports, mais à titre de prêt : « le financement intermédiaire sera remboursé au ministère à partir des dons collectés » indique la décision gouvernementale.

Ce n’est donc pas le gouvernement israélien qui financera les célébrations officielles du 70eme Jour de l’Indépendance : ce sont des donateurs privés. « En raison des coupes prévues dans le budget de l’État, le Premier ministre a proposé que le budget soit financé par l’intermédiaire de dons », indique le texte soumis au dernier conseil des Ministres.

PRIVATISATION RAMPANTE

Autrement dit, le gouvernement dirigé par Benyamin Netanyahou n’a pas jugé bon d’investir des fonds publics dans un évènement public ; logique libérale oblige, c’est le secteur privé qui sera mis à contribution. C’est pourquoi, la décision prise en conseil des Ministres autorise le ministère de la Culture et des Sports à « examiner et autoriser la levée et la réception de dons, en Israël et dans le monde »

Cette privatisation rampante peut surprendre : à l’heure où la Knesset a voté le budget de l’État pour 2017 et 2018, on a du mal à comprendre pourquoi il n’a pas été possible de dégager 5 millions de shekels pour les festivités du 70e anniversaire. Sur un budget total de 460 milliards de shekels en 2018, seulement 0,001% aurait suffi au gouvernement pour fêter dignement un évènement d’ampleur nationale.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Il y a entre 196 et 250 pays au monde suivant les définitions. Israël est classé 154e pour sa superficie et 97e pour sa population. Mais l’Etat juif occupe des places de premier plan dans l’innovation et la recherche. L’agence économique et financière Bloomberg établit chaque année un classement mondial appelé  Bloomberg Innovation Index  qui est particulièrement élogieu...

IsraelValley Desk | Économie

ANALYSE – Le déficit commercial israélien s'est creusé de 60% en 2016 : à qui la faute ? Les chiffres du commerce extérieur d’Israël pour 2016 ne sont pas très encourageants : le déficit commercial a été le plus élevé depuis 2012, selon l’Institut de la Statistique à Jérusalem. En 2016, la balance des marchandises (exportations moins importations) a été déficitaire de ...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de l’ouverture du congrès Cars 2017 à Eilat, l’un des grands rendez-vous de la branche automobile, l’Office israélien du Commerce a publié une proposition intéressante à l’intention du gouvernement. L’avocat Dan Carmeli, adjoint du président Ouriel Linn a proposé que la TVA soit supprimée lors de l’achat de la première voiture pour une famille. Le juri...

IsraelValley Desk | Économie

En quelques décennies, le high tech est devenu la locomotive de l’économie israélienne; aujourd’hui, la pénurie de main d’œuvre menace son avenir. La Start-up Nation serait-elle menacée par son propre succès ? Avec de milliers de startups et des centaines de centres de R&D établies par des multinationales en Israël, la poursuite du développement du secteur des hautes techno...

Jacques Bendelac | Économie

Rivulis Irrigation (Kibbutz Gvat) a fait la Une de la presse spécialisée en Grèce après avoir racheté Eurodrip (le montant de la transactionn'a pas été divulgué). La firme israélienne est spécialisée dans l’industrie de la micro-irrigation et du goutte à goutte, "en fournissant des solutions aux agriculteurs qui souhaitent optimiser leurs rendements et leurs opérations". Rivul...

Ilan Berger (Césarée) | Économie

La situation des finances publiques d’Israël s’améliore : avec quatre années d’avance, sa dette publique tombe à 60% de son PIB. L’objectif financier était prévu pour 2020 mais il a été atteint dès la fin de 2016 : la dette publique d’Israël a frôlé les 60% en 2016, exactement 60,4%. À l’origine de ce résultat inattendu : la hausse des recettes fiscales qui est lié...

Jacques Bendelac | Économie

Les exportations de produits de haute technologie ont représenté 49% de toutes les exportations israéliennes de marchandises l'an dernier. Les exportations de haute technologie ont diminué de 7,1% en 2016, par rapport à 2015, selon les chiffres publiés hier par le Bureau central des statistiques. L'une des raisons pour lesquelles les exportations de haute technologie ont chuté a é...

Aharon Kahn | Économie

L'Etat israélien n'avait pas sollicité les investisseurs obligataires en euros depuis 2014. Et son retour sur le marché, mercredi, s'est déroulé de manière plus que satisfaisante. Le pays, noté A1 /A+ a levé 1,5 milliard d'euros à 10 ans et 750 millions d'euros à 20 ans. Un total supérieur à l'objectif initialement affiché, compris entre 1 et 2 milliards d'euros. Cette aug...

IsraelValley Desk | Économie

Comme son cours de bourse continue à baisser, l'analyste UBS Marc Goodman a abaissé l’objectif de cours de la société pharmaceutique israélienne de 7$. Le cours de l'action de Teva Pharmaceutical Industries Ltd. (Nasdaq: TEVA ; TASE: TEVA ) a continué de baisser à nouveau. Dans le commerce de l'après-midi, le cours de l'action a baissé de 2,51% après avoir chuté de 2,61% sur...

Aharon Kahn | Économie

"Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël" (Netanyahou) Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré jeudi son homologue jamaïcain, Andrew Holness, lors de sa première visite en Israël. "Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël", a déclaré Netanyahou, en remerciant Holness...

i24news | Économie

Les députés israéliens continuent de mettre de l’ordre dans le secteur de la loterie : les paris sur les courses hippiques seront mis hors-la-loi. La commission des Réformes de la Knesset a discuté cette semaine de la proposition du gouvernement de limiter les jeux et paris en Israël. Après avoir interdit les machines à sous, ce sont les paris sur les courses hippiques qui seront...

Jacques Bendelac | Économie

En Israël, la compétitivité de l’industrie est en perte de vitesse : le gouvernement concocte un "plan de renforcement de l’industrie israélienne". Les industriels israéliens ont été entendus : les pouvoirs publics se penchent enfin au chevet de l’industrie qui souffre, depuis longtemps d’une perte de sa compétitivité sur les marchés internationaux. Certes, le rythme de l...

Jacques Bendelac | Économie

Les relations entre Israël et l’Inde se renforcent de jour en jour dans des domaines très divers, dans le cadre d’une coopération de plus en plus active sur le plan commercial, scientifique et militaire. Après la visite, en novembre dernier, du président Rivlin à New Dehli, c’est au tour du ministre de l’Agriculture Ouri Ariel de faire le voyage pour assister à une conférenc...

IsraelValley Desk | Économie

Les israéliens continuent de consommer à crédit alors que de plus en plus de commerçants acceptent les cartes de crédit en moyen de paiement. 272 milliards de shekels ou 65 milliards d'euros: c'est le montant fabuleux des achats à crédit que les consommateurs israéliens ont réalisé auprès de leurs commerçants en 2016. C'est 7,2% de plus que l'année précédente. Et encore ce c...

Jacques Bendelac | Économie

Netanyahou a annulé un déplacement prévu au Forum économique mondial de Davos (Suisse) le 18 janvier, a indiqué lundi son cabinet sans plus de détails. "Le Premier ministre Benyamin Netanyahou n'ira pas à Davos", a affirmé son bureau dans un communiqué laconique. Des médias ont fait état de son possible déplacement à Washington pour assister à la cérémonie d'investiture du...

IsraelValley Desk | Économie