Dec 30

La véritable histoire de Hanoucca, d’après le Département d’Archéologie de l’Université de Tel-Aviv

Authors picture

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Headline image

Intrigues, corruption et rébellion populaire, quels sont les véritables dessous de la Fête  des Lumières ? Sans déflorer le récit que nous aimons tous, voici quelques mises au point historiques du Département d’Archéologie et des anciennes Cultures orientales de l’Université de Tel-Aviv, à la veille de l’allumage des dernières bougies de Hanoucca.

«Tout a commencé vers 160 avant notre ère», raconte Naama Walzer, qui rédige son mémoire de maitrise sur l’âge du bronze dans la Shfelah sous la direction du Prof. Israël Finkelstein. «Lors de la montée au pouvoir d’Antiochos Epiphane, Jason, frère du Grand prêtre de Jérusalem, lui promet un pot-de-vin ainsi qu’une augmentation de la taxe annuelle payée par la Judée à l’Empire séleucide pour obtenir le poste convoité de son frère, qui comportait pouvoir et autorité ».

LESANCIENSCONTRE LESMODERNES

Jason devient donc Grand Prêtre et tente d’ouvrir Jérusalem au reste du monde grec. Les villes de la Méditerranée se caractérisaient alors par des relations basées sur le commerce, la culture, l’éducation et les divertissements. Dans tout le bassin de la Méditerranée orientale, les religions et les cultures antérieures à la conquête grecque continuent de coexister avec le nouveau monde culturel dominant. Jason pensait que le judaïsme devait suivre le même chemin. Aussi transforma-t-il Jérusalem en polis de type grec.

Mais ses tentatives d’hellénisation sont mal acceptées par les diverses factions de Judée. Cependant, il est supplanté à son tour par Ménélas, qui profite d’une mission auprès d’Antiochos pour se faire nommer à sa place. « Le gouvernement du petit royaume de Jérusalem continue d’être instable » explique Naama Walzer. « Son contrôle passe de mains en mains avec beaucoup d’interférences extérieures et une utilisation constante des trésors du Temple pour promouvoir les ambitions politiques ».

Antiochos, qui doit faire face à des problèmes constants pour protéger son empire, perd patience face au chaos régnant dans la petite ville de Jérusalem. Il y envoie les troupes grecques, pille le temple et institue de nouvelles lois qui rendent impossible la pratique du culte juif.

DE LA RÉBELLION DES MACCABÉES AU ROYAUME DES HASMONÉENS

L’invasion physique et culturelle du monde grec en Judée, avec notamment les jeux du gymnase (auxquels participaient les Juifs), avait provoqué de plus en plus de conflits entre les « modernes » qui étaient ouverts à la culture grecque et à l’adoption de comportements compatibles selon eux avec la torah, et les traditionnalistes qui voulaient préserver leurs coutumes et poursuivre le mode de vie de leurs ancêtres. Les lois d’Antiochos ajoutèrent de l’huile sur ce feu et provoquèrent l’explosion.

La rébellion contre les lois séleucides ne vint pourtant pas de la capitale, mais de la campagne. Une famille juive, menée par Juda Macchabée, réussit à déjouer l’armée séleucide par une tactique de guérilla. Les troupes envoyées par Antiochos sont successivement battues.

Juda Macchabée s’empare de Jérusalem, purifie le Temple et y restaure le culte juif. Après sa mort, la dynastie hasmonéenne continuera de régner dans la ville, non plus au moyen de Grands prêtres, comme ce fut le cas jusque-là, mais par des rois dans un royaume autonome détaché de la Grèce.

Comment les archéologues connaissent-ils les détails de cette histoire? «De manière intéressante, nos connaissances sur la rébellion n’ont pas été préservée dans des sources juives, mais à travers les livres des Maccabées et les lettres de Flavius Josèphe.

Les livres des Maccabées n’ont pas été inclus dans le canon juif, mis en place au cours du premier siècle après JC. Il est possible que les sages juifs (Hazal), n’aient pas voulu conserver le souvenir de cette rébellion à cause d’un événement plus tardif, la révolte de Bar Kokhba, qui elle, fut réprimée par les Romains et provoqua la ruine de Jérusalem. Il est possible que Hazal, par leur décision, ai tenté d’empêcher une autre rébellion juive armée contre une présence étrangère en Israël ».

Corruption, conflits politiques internes et combat pour  de la liberté, tels sont donc les maitres mots derrière la fête des lumières et de la bravoure parvenue jusqu’à nous.

Source: Ami-universite-telaviv

SPECIAL ISRAELVALLEY. Il existe des concepts de franchise de restaurants, magasins, qui marchent partout ailleurs... sauf en Israël. IsraelValley a beau sillonner la Startup Nation, nous n'avons toujours pas trouvé d'Anticafe. Au fait, de quoi s'agit-il? Selon (1) : "A quelques pas de la place République, au cœur de Paris, un Anticafé. Le nom, original, sied tout à fait à ce nouveau c...

Dan Rosch (Tel Aviv) | Culture

1. Notre égérie : le Knafeh Loin d’être un simple ersatz du cheesecake, cette pâtisserie d’origine arabe fourrée au fromage est composée de deux fines couches croustillantes de nouilles kadaif (petites vermicelles très populaires dans la pâtisserie orientale, appelées aussi “cheveux d’anges”, pensez baklava), enrobant délicatement un fromage frais, nappées de sirop et saup...

IsraelValley Desk | Culture

Les cérémonies officielles de Yom Hashoah débuteront ce soir en Israël et se termineront demain à la tombée de la nuit. Le jour de la Shoah commémore le génocide de près de 6 millions de Juifs par les nazis. À cette occasion, des sirènes retentissent dans le pays, invitant les Israéliens à se recueillir en silence pendant une minute. Soudain, tout s’arrête, on descend même de v...

IsraelValley Desk | Culture

Vrai? Faux? Une information assez étrange. Une sculpture de Menashe Kadishman plantée à Ramat Gan aurait un pouvoir pour accroître la fertilité des femmes. Le site de Ramat Gan attire un flot permanent de femmes qui souhaitent avoir des enfants. LE PLUS. Menashe Kadishman (né en Palestine mandataire le 21 août 1932, et mort en Israël le 8 mai 2015 (à 82 ans) est un plasticien, sculp...

Eyal Koren | Culture

La mimouna est une fête populaire observée depuis environ trois siècles par les communautés juives originaires d’Afrique du Nord au sortir du dernier jour de Pessa'h. Elle a pris une ampleur particulière en Israël, où elle atteint des proportions quasi nationales. Elle célèbre les retrouvailles entre voisins qui, au vu des nombreuses opinions et coutumes concernant l’interdictio...

IsraelValley Desk | Culture

“Israel Calling 2017” a permis pour la deuxième fois que la majorité des participants à Eurovision Song Contest puissent visiter Israël. Le projet est organisé en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère du Tourisme, le Ministère de Jérusalem et du Patrimoine, le Fonds National Juif, les Entreprises de StandWithUs et les municipalités de Herzliya ...

IsraelValley Desk | Culture

Un article du Grand Rabbin de France. "Pessah nous permet de nous remémorer notre sortie d’Egypte, le retour pour les Hébreux de la liberté et la naissance du peuple juif. C’est aussi le temps où le cœur endurci de Pharaon et de son peuple ne peut plus trouver de prétexte afin de justifier les plaies qui les frappent. La vérité enfin apparaît pour eux et s’accomplit alors la p...

Haïm Korsia (AJ) | Culture

Des statistiques publiées à la veille de Pessah (ce soir premier jour) montrent qu'environ 92 % des foyers juifs israéliens vont fêter le seder de Pessah, 80 % ne vont pas manger de pain pendant cette semaine et 60 % ne vont manger que des produits cacher pour Pessah. A SAVOIR. FIN DE PESSAHE. CELEBRATION, LA MIMOUNA. En Israël, la Mimouna est devenue une fête pour tous et de nombreu...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

SPECIAL WEEK-END. Boulangerie Abulafia. Située au coeur du vieux Jaffa, la boulangerie Abulafia est un arrêt obligé pour se restaurer en ce milieu de journée, que ce soit pour un de ses immenses bagels garnis de fromages, d'olives, d'oeufs et de légumes ou pour un délicieux pita au zaatar, un mélange de thym, de sumac et de sésame. Ces denrées sont toujours fraîchement sorties du four...

IsraelValley Desk | Culture

SPECIAL WEEK-END. Un schnitzel? Si les Israéliens et les Palestiniens sont connus pour leurs excellents falafels et shawarmas, le sandwich au schnitzel, une escalope de poulet panée, est un autre classique telavivien. On le déguste dans un pita ou une baguette, agrémenté de marinades, d'houmous, de tahini ou d'une sauce aux aubergines. Albert's Schnitzel 59, rue Ben Yehuda LE PLUS. ...

IsraelValley Desk | Culture

Depuis le 13eme siècle, un décret religieux interdit aux juifs ashkénazes de manger du riz, des légumes secs et du maïs pendant la semaine de pessah, la pâque juive. Etrangement, le cannabis est aussi considéré comme faisant partie de ce groupe d'aliments traditionnellement interdits. Or juste avant le début de pessah de 2016, un rabbin orthodoxe en Israël a déclaré que fumer ou ...

IsraelValley Desk | Culture

Dans quelques jours, les Schtroumpfs costaud, maladroit et à lunettes partirons à la recherche d'un mystérieux village en compagnie de la Schtroumpfette, comme les bandes-annonces et affiches nous l'ont clairement fait comprendre. Sauf à Bnei Brak, enclave ultra-orthodoxe en périphérie de Tel Aviv (Israël), où le seul personnage féminin des bandes-dessinées créées par Peyo a dé...

IsraelValley Desk | Culture

Maintenant que vous avez travaillé dur pendant ces dernières semaines pour préparer la fête de Pessa’h, le moment est venu de profiter de la Fête de la Liberté avec famille et amis, autour de la table du Seder. Evidemment, servir le meilleur tout au long de la soirée implique de savourer de grands crus et de savourer chaque gorgée, de la première coupe à la dernière. Les Sages ...

Par Ken Stephens | Culture

Enfin, le Nobel de littérature a été remis à son lauréat surprise d’octobre dernier. Après des mois de suspense, Bob Dylan a finalement reçu samedi à Stockholm son prix lors d’une rencontre à huis clos avec les académiciens suédois qui l’ont distingué pour sa poésie. Thomas Mann, Albert Camus, Samuel Beckett, Gabriel Garcia Marquez ou Doris Lessing : à 75 ans, il est le p...

IsraelValley Desk | Culture

Au sentier à Paris un commerçant chinois va voir son voisin Élie pour se plaindre qu'il s'est encore fait cambrioler pour la 37ème fois ce trimestre alors que tous les autres commerçants juifs eux presque pas. Élie le console comme il peut et lui dit: - Mais qu'est ce que je peut faire pour toi ? En quoi puis je t'aider ? Le chinois répond : - Tu me vends Mezouza ! Il faut Me...

IsraelValley Desk | Culture