Dec 14

Percer le mystère de la genèse

Authors picture

IsraelValley Desk | Science

Headline image

Quelle est l’origine de la vie ? Le Dr Gary Steinman, homme de foi et brillant scientifique, n’a eu de cesse de chercher la réponse à cette question

Comment la vie est-elle apparue sur terre ? Comment les acides aminés et les protéines se sont-ils développés ? Dans sa quête insatiable de réponses, le Dr Gary Steinman a mené une carrière qui illustre cette soif de connaissances : de chimiste-biochimiste il deviendra professeur, puis tour à tour astronaute, directeur de développement de produits médicaux, médecin, auteur, chef de département universitaire et enfin professeur agrégé. Au lycée, déjà, il se fait remarquer : « Une année, j’ai remporté le premier prix de l’expo de sciences pour la mise au point d’un traitement contre la polyglobulie, une maladie qui se traduit par une présence excessive de globules rouges », raconte Steinman. « La deuxième fois, j’ai gagné pour avoir développé un procédé visant à améliorer le stockage du sang dans les centres de transfusion. »

La carrière de ce chercheur, né à Détroit, n’a pas été exactement un long fleuve tranquille, et il lui faudra emprunter plus d’un chemin de traverse pour parvenir à ses fins.

Le Chabbat ou la lune

Une fois ses trophées scientifiques sagement relégués sur une étagère, Steinman fait route vers l’université du Michigan où il décroche en parallèle une licence de chimie et une maîtrise de biochimie. Il accepte ensuite l’invitation de Melvin Calvin, le lauréat 1961 du prix Nobel de chimie, et intègre son laboratoire à l’université de Berkeley, en Californie. Après avoir obtenu un doctorat en biophysique, il rejoint l’université de Penn State sur la côte est en tant que professeur adjoint au département de biochimie.

C’est alors qu’une annonce dans un journal scientifique va attirer son attention. Nous sommes en 1967 ; la NASA termine son programme Gemini et est s’apprête à lancer le programme Apollo. Jusque-là, seuls les pilotes expérimentés et les astronautes étaient habilités à prendre part aux missions de la NASA. Gary Steinman se présente avec, en poche, sa curiosité pour percer le mystère de la genèse. « Je voulais être à l’avant-garde de la recherche sur les origines de la vie. Participer à ce programme allait m’aider à poursuivre ma quête », explique-t-il.

Après avoir subi toute une batterie de tests physiques et psychologiques au Centre aérospatial de San Antonio, au Texas, notre scientifique reçoit la note suivante : « L’Ecole de médecine aérospatiale recommande la candidature du Dr Steinman, déclaré apte à remplir la mission de l’équipage spatial. » « Je faisais partie du premier groupe de scientifiques recruté par la NASA. Mon rôle : explorer les conditions prébiotiques sur la lune et d’autres planètes. » Notre astronaute juif est sur le point de prendre son envol. « C’est toujours aussi palpitant de me remémorer cette aventure », raconte Steinman, au souvenir de ces événements qui remontent à près de 50 ans. L’excitation sera pourtant de courte durée.

Juif pratiquant et respectueux du Chabbat, Steinman se rend auprès d’Alan Shepard, l’un des sept premiers astronautes de la NASA à avoir, en mai 1961, effectué le premier vol habité sur Mercury. Il lui demande : « Que se passera-t-il si le lancement a lieu un samedi ? » La réponse de Shepard n’est pas exactement ce qu’il avait espéré. « On ne peut rien y faire », lui explique-t-il. « Impossible d’y changer quoi que ce soit. »

La décision est loin d’être facile, mais Steinman décide alors d’abandonner le programme. Comme à de nombreux carrefours de sa vie, il reste très philosophe sur cette occasion manquée : « J’étais bien sûr extrêmement déçu, mais il faut savoir faire des choix dans la vie. »

De la NASA à la médecine

Six mois après avoir mis fin à sa carrière d’astronaute, le scientifique reçoit un appel en provenance d’Israël : on lui propose le poste de directeur général d’Ames-Yissum, une entreprise de recherche et développement affiliée à l’Université hébraïque afin de superviser la production de matériel de diagnostic médical. Au bout de quatre ans et 7 millions de dollars de produits exportés, le président Zalman Shazar lui décerne la médaille d’« exportateur distingué ».

Mais malgré son succès en Israël, Steinman a toujours été attiré par la médecine. Il entend alors parler d’un programme unique proposé par l’université de Miami, qui offre aux titulaires d’un doctorat d’obtenir un diplôme de médecine en 18 mois, au lieu de quatre ans. Au nombre des 20 candidats reçus sur 1 100 inscrits, Steinman termine son diplôme en Floride et complète son internat à l’Albert Einstein College of Medicine de New York. « J’ai une passion pour la médecine, la chirurgie et la psychologie », explique-t-il pour justifier son choix de devenir gynécologue obstétricien. Il ajoute que les accouchements lui procurent une immense satisfaction. Il sait de quoi il parle, puisqu’il a mis au monde quatre de ses sept enfants (et circoncis lui-même ses deux fils). C’est aussi lui qui, en 1997, a mis au monde les seuls quadruplets identiques nés sans l’aide de traitements de fertilité.

Des recherches déterminantes

Après avoir enseigné à la faculté de médecine de Touro College à New York, Steinman décide de revenir en Israël. Il intègre l’équipe de gynéco-obstétrique du centre hospitalo-universitaire Hadassah. Le chercheur qu’il est s’intéresse tout particulièrement aux jumeaux et aux autistes. « Il existe une ville au Brésil qui possède un taux élevé de naissances gémellaires. Le bruit courait que l’infâme Josef Mengele avait pratiqué des expériences sur les femmes lorsqu’il se trouvait là-bas afin de provoquer la naissance de jumeaux », relate Steinman, avant de balayer la rumeur : « En réalité, ce phénomène est à relier à la consanguinité au sein de la population : le gène des jumeaux se transmet parmi les membres de la famille. »

Les recherches du scientifique sur les jumeaux l’ont conduit à établir une connexion entre le facteur de croissance de type insuline, ou IGF, et l’autisme, qui affecte un enfant sur 68 selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies. La fonction de l’IGF est de stimuler la myéline, une gaine qui se forme autour des cellules nerveuses et qui accélère l’influx nerveux. Sans cette gaine, les nerfs sont mal raccordés. « On trouve un taux d’IGF plus élevé chez les mères de jumeaux », explique Steinman, « tandis que les enfants qui naissent autistes souffrent au contraire d’un déficit en IGF au stade fœtal. Les enfants autistes âgés d’un à quatre ans montrent également des taux d’IGF inférieurs. A l’heure actuelle, le seul espoir de réparer les nerfs endommagés passe par la recherche sur les cellules-souches.»…

La suite sur Jerusalem Post Edition Française

Source: jpost.com

Une nouvelle étude de l'Université Ben-Gourion du Negev trouve que les gens qui ont tendance à rêver, à s'absorber dans la lecture d'un livre ou regarder un film à l'exclusion de leur environnement sont ceux qui se sentiront plus fatigués en raison de la privation de sommeil et auront un temps plus difficile pour revenir à la vigilance complète, même après une nuit de huit heures de ...

Aharon Kahn (IsraelValley) | Science

Un impact géant ou plusieurs collisions plus petites ? Le mystère de l'origine de la Lune n'est pas encore totalement éclairci. Une étude publiée dans Nature Geoscience par des chercheurs israéliens de l’Institut de Technologie du Technion et de l’Institut Weizmann de Science. Mais d'où vient donc la Lune ? Si l'on avait posé cette question à un astronome au milieu du siècl...

IsraelValley Desk | Science

Une équipe d’étudiants chercheurs de l’Université Ben Gourion du Néguev (Israël) a remporté une médaille d’or et a vu son projet « PlastiCure-BGU » désigné « meilleur projet environnemental, meilleur concept », lors d’un grand concours iGem organisé fin octobre aux USA. L’iGEM, ou International Genetically Engineered Machine (Compétition internationale de machines g...

IsraelValley Desk | Science

C'est une question problématique pour tous les pays confrontés à des sécheresses régulières. Et avec le changement climatique, elle pourrait bien se poser dans de plus en plus de régions du monde. Comment maintenir son agriculture avec des ressources en eau douce limitées ? Israël, pour sa part, a fait le choix de réutiliser l'eau usagée et de dessaler l'eau de mer. Des choix globale...

IsraelVallley Desk | Science

Le spécialiste israélien des médicaments génériques Teva va verser plus d'un demi-milliard de dollars de pénalités pour des faits de corruption en Russie, Ukraine et au Mexique, ont annoncé jeudi les autorités américaines. Dans ces trois pays, Teva aurait versé des pots-de-vin afin "d'accroître ses parts de marché" et obtenir des autorisations de commercialisation de ses médica...

IsraelValley Desk | Science

Le Prof. Bernard Attali a présenté un choix des avancées médicales réalisées dans les laboratoires de l'Université de Tel-Aviv, dimanche 18 décembre lors d'une enrichissante conférence organisée par l'Association des Amis francophones de l'UTA dans les locaux de l'Université : les découvertes du Dr. Carmit Lévy sur le moyen d'arrêter la propagation du cancer de la peau, celles d...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Les think tanks israéliens sont très sensibles aux "travaux du futur" de Ericsson. En effet, les prédictions annuelles réalisées par les équipes de cette multinationale européennes ont une influence sérieuse sur les orientations stratégiques du pays. Ericsson est une entreprise suédoise de télécommunications fondée en 1876 par Lars Magnus Ericsson. (IsraelValley). A SAVOIR. Cha...

IsraelValley Desk | Science

Les espèces indigènes, comme les oursins et les escargots, sont menacées par le changement climatique Les espèces marines indigènes disparaissent des côtes israéliennes en Méditerranée à des taux alarmants, indique une nouvelle étude du Dr Gil Rilov de l'Institut israélien de recherche océanographique et limnologique. Dr Gil Rilov a constaté que les espèces indigènes, comme ...

i24news | Science

Premier Workshop Européen du Medtech Alsace (Mardi 15 et mercredi 16 Novembre 2016). Premier Workshop Européen du Medtech Alsace : Nanomédecine, la modélisation, la réalité virtuelle et la robotique appliquée à la chirurgie. Ce premier workshop, organisé par Strasbourg IHU, une fondation dédiée à la recherche, l'éducation et du transfert technologique en chirurgie guidée par...

IsraelValley Desk | Science

Le 14 novembre la pleine Lune sera à son périgée, soit au plus près de la Terre. Si le temps le permet, les amateurs pourront admirer l'une des plus impressionnantes apparitions lunaires du siècle. La Lune décrit une orbite elliptique autour de la Terre. De ce fait, elle est plus ou moins éloignée de notre planète. Le 14 novembre, elle sera plus près de notre planète qu'elle ne l...

IsraelVallley Desk | Science

Le Sous-comité de la Knesset pour la préparation du Front intérieur, affilié au Comité des Affaires étrangères et de la Défense, dirigé par le député Amir Peretz (Union sioniste) a tenu une audience mercredi pour discuter du niveau de l’Etat d’Israël pour les tremblements de terre. Peretz a ouvert la discussion en exprimant son empathie pour les victimes du dernier tremblemen...

IsraelVallley Desk | Science

Durant les célebrations de Simhat Torah, de nombreux israéliens ont pu apercevoir une trainée de feu dans le ciel. Igal Patel, directeur de l'Observatoire de Givatayim, a expliqué que cette " grande boule de feu " qui a traversé le ciel était en fait un avion militaire de transport Américain C-17 qui volait à 35.000 pieds". Igal Patel a déclaré : " Les rayons du soleil combinés au...

IsraelValley Desk | Science

Tout juste un mois après l’annonce de la réalisation d’un trou noir artificiel en laboratoire en Israël, une équipe essentiellement française des universités de Poitiers, de Paris-Sud et du CNRS vient de décrire une autre manière de faire, dans Physical ­Review Letters du 16 septembre. Elle confirme également la prédiction stupéfiante de l’astrophysicien anglais Stephen Ha...

IsraelValley Desk | Science

Isabelle Puderbeutel Journaliste - correspondante en Israël : "Une équipe de chercheurs de l'université de Tel-Aviv pourrait être à l'origine d'une véritable révolution énergétique : elle a réussi à développer des algues produisant d'importantes quantités d'hydrogène. Encore une invention israélienne qui pourrait révolutionner le monde ? La revue scientifique Plant Physiology...

IsraelValley Desk | Science