Dec 14

Percer le mystère de la genèse

Authors picture

IsraelValley Desk | Science

Headline image

Quelle est l’origine de la vie ? Le Dr Gary Steinman, homme de foi et brillant scientifique, n’a eu de cesse de chercher la réponse à cette question

Comment la vie est-elle apparue sur terre ? Comment les acides aminés et les protéines se sont-ils développés ? Dans sa quête insatiable de réponses, le Dr Gary Steinman a mené une carrière qui illustre cette soif de connaissances : de chimiste-biochimiste il deviendra professeur, puis tour à tour astronaute, directeur de développement de produits médicaux, médecin, auteur, chef de département universitaire et enfin professeur agrégé. Au lycée, déjà, il se fait remarquer : « Une année, j’ai remporté le premier prix de l’expo de sciences pour la mise au point d’un traitement contre la polyglobulie, une maladie qui se traduit par une présence excessive de globules rouges », raconte Steinman. « La deuxième fois, j’ai gagné pour avoir développé un procédé visant à améliorer le stockage du sang dans les centres de transfusion. »

La carrière de ce chercheur, né à Détroit, n’a pas été exactement un long fleuve tranquille, et il lui faudra emprunter plus d’un chemin de traverse pour parvenir à ses fins.

Le Chabbat ou la lune

Une fois ses trophées scientifiques sagement relégués sur une étagère, Steinman fait route vers l’université du Michigan où il décroche en parallèle une licence de chimie et une maîtrise de biochimie. Il accepte ensuite l’invitation de Melvin Calvin, le lauréat 1961 du prix Nobel de chimie, et intègre son laboratoire à l’université de Berkeley, en Californie. Après avoir obtenu un doctorat en biophysique, il rejoint l’université de Penn State sur la côte est en tant que professeur adjoint au département de biochimie.

C’est alors qu’une annonce dans un journal scientifique va attirer son attention. Nous sommes en 1967 ; la NASA termine son programme Gemini et est s’apprête à lancer le programme Apollo. Jusque-là, seuls les pilotes expérimentés et les astronautes étaient habilités à prendre part aux missions de la NASA. Gary Steinman se présente avec, en poche, sa curiosité pour percer le mystère de la genèse. « Je voulais être à l’avant-garde de la recherche sur les origines de la vie. Participer à ce programme allait m’aider à poursuivre ma quête », explique-t-il.

Après avoir subi toute une batterie de tests physiques et psychologiques au Centre aérospatial de San Antonio, au Texas, notre scientifique reçoit la note suivante : « L’Ecole de médecine aérospatiale recommande la candidature du Dr Steinman, déclaré apte à remplir la mission de l’équipage spatial. » « Je faisais partie du premier groupe de scientifiques recruté par la NASA. Mon rôle : explorer les conditions prébiotiques sur la lune et d’autres planètes. » Notre astronaute juif est sur le point de prendre son envol. « C’est toujours aussi palpitant de me remémorer cette aventure », raconte Steinman, au souvenir de ces événements qui remontent à près de 50 ans. L’excitation sera pourtant de courte durée.

Juif pratiquant et respectueux du Chabbat, Steinman se rend auprès d’Alan Shepard, l’un des sept premiers astronautes de la NASA à avoir, en mai 1961, effectué le premier vol habité sur Mercury. Il lui demande : « Que se passera-t-il si le lancement a lieu un samedi ? » La réponse de Shepard n’est pas exactement ce qu’il avait espéré. « On ne peut rien y faire », lui explique-t-il. « Impossible d’y changer quoi que ce soit. »

La décision est loin d’être facile, mais Steinman décide alors d’abandonner le programme. Comme à de nombreux carrefours de sa vie, il reste très philosophe sur cette occasion manquée : « J’étais bien sûr extrêmement déçu, mais il faut savoir faire des choix dans la vie. »

De la NASA à la médecine

Six mois après avoir mis fin à sa carrière d’astronaute, le scientifique reçoit un appel en provenance d’Israël : on lui propose le poste de directeur général d’Ames-Yissum, une entreprise de recherche et développement affiliée à l’Université hébraïque afin de superviser la production de matériel de diagnostic médical. Au bout de quatre ans et 7 millions de dollars de produits exportés, le président Zalman Shazar lui décerne la médaille d’« exportateur distingué ».

Mais malgré son succès en Israël, Steinman a toujours été attiré par la médecine. Il entend alors parler d’un programme unique proposé par l’université de Miami, qui offre aux titulaires d’un doctorat d’obtenir un diplôme de médecine en 18 mois, au lieu de quatre ans. Au nombre des 20 candidats reçus sur 1 100 inscrits, Steinman termine son diplôme en Floride et complète son internat à l’Albert Einstein College of Medicine de New York. « J’ai une passion pour la médecine, la chirurgie et la psychologie », explique-t-il pour justifier son choix de devenir gynécologue obstétricien. Il ajoute que les accouchements lui procurent une immense satisfaction. Il sait de quoi il parle, puisqu’il a mis au monde quatre de ses sept enfants (et circoncis lui-même ses deux fils). C’est aussi lui qui, en 1997, a mis au monde les seuls quadruplets identiques nés sans l’aide de traitements de fertilité.

Des recherches déterminantes

Après avoir enseigné à la faculté de médecine de Touro College à New York, Steinman décide de revenir en Israël. Il intègre l’équipe de gynéco-obstétrique du centre hospitalo-universitaire Hadassah. Le chercheur qu’il est s’intéresse tout particulièrement aux jumeaux et aux autistes. « Il existe une ville au Brésil qui possède un taux élevé de naissances gémellaires. Le bruit courait que l’infâme Josef Mengele avait pratiqué des expériences sur les femmes lorsqu’il se trouvait là-bas afin de provoquer la naissance de jumeaux », relate Steinman, avant de balayer la rumeur : « En réalité, ce phénomène est à relier à la consanguinité au sein de la population : le gène des jumeaux se transmet parmi les membres de la famille. »

Les recherches du scientifique sur les jumeaux l’ont conduit à établir une connexion entre le facteur de croissance de type insuline, ou IGF, et l’autisme, qui affecte un enfant sur 68 selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies. La fonction de l’IGF est de stimuler la myéline, une gaine qui se forme autour des cellules nerveuses et qui accélère l’influx nerveux. Sans cette gaine, les nerfs sont mal raccordés. « On trouve un taux d’IGF plus élevé chez les mères de jumeaux », explique Steinman, « tandis que les enfants qui naissent autistes souffrent au contraire d’un déficit en IGF au stade fœtal. Les enfants autistes âgés d’un à quatre ans montrent également des taux d’IGF inférieurs. A l’heure actuelle, le seul espoir de réparer les nerfs endommagés passe par la recherche sur les cellules-souches.»…

La suite sur Jerusalem Post Edition Française

Source: jpost.com

Le Dr. Nitzan Rimon-Zarfaty et le Dr Lea David, les anciens étudiants de doctorat à de l'Université Ben-Gourion du Néguev du Département de sociologie et d'anthropologie ont obtenu de prestigieuses bourses individuelles Sklodowska-Marie Curie du programme Horizon 2020 de l'Union européenne en recherche et d'innovation. Les actions Marie Skłodowska-Curie (MSCA) du programme Horizon 202...

Aharon Kahn | Science

L'affaiblissement du champ magnétique qui protège la terre contre le rayonnement cosmique et le vent solaire n'est pas un phénomène nouveau, et il n'y a aucune raison de supposer qu'il indique une inversion de ses pôles qui mettrait l'humanité en péril, comme le craignent certains chercheurs. C'est ce qui ressort d'une nouvelle étude originale multidisciplinaire, menée par le Dr. E...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Une équipe dirigée par le Dr. Guy Stiebel de l'Institut d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv a repris les fouilles qui avaient cessé depuis 2006 sur le célèbre site de l'héroïsme juif. La mission archéologique, qui comprend des étudiants de BA et MA de l'Université de Tel-Aviv, ainsi que de nombreux volontaires étrangers, se déroule en ce moment, du 5 février au 3 mars, et a...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Deux satellites civils israéliens développés en coopération avec l'Agence spatiale d'Israël seront lancés dans l'espace demain (mercredi), par l'intermédiaire de l'Organisation Indienne de recherche spatiale, à Bangalore, en Inde. Ces satellites Israéliens miniatures sont conçus pour aider à la recherche des phénomènes climatiques et ils effectueront également des expériences mé...

IsraelValley Desk | Science

Char d’assaut, corruption, agents dormants… Les stratégies de ces virus qui s'attaquent aux bactéries sont bien plus complexes et variées qu’on ne le soupçonnait. Les bactériophages ou phages, des virus qui n’infectent que les bactéries, ne mesurent que quelques dizaines de nanomètres. Pourtant, leur ingéniosité n’a pas fini de surprendre. Trois stratégies récemment mis...

IsraelValley Desk | Science

Protecteur de l’environnement ou non, l’étude publiée par le Dr.Tamir Klein et son équipe de l’Institut Weizmann ne pourra laisser personne indifférent face au potentiel de la faune, notamment des arbres. Pour cause, si l’interaction des arbres a déjà sa théorie, leurs moyens de communication et le partage de leurs ressources constituent une découverte. Il est communémen...

IsraelValley Desk | Science

L'École des Neurosciences de l'Université de Tel-Aviv a lancé deux centres internationaux de recherche et d'entreprenariat pour permettre aux jeunes chercheurs de développer et mettre en œuvre leurs idées pionnières dans le domaine du traitement des maladies et lésions cérébrales ainsi que des méthodes d'apprentissage avancées. Une première en Israël et dans le monde. Le premie...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Science

Le mercure (Hg) est un polluant mortel, très toxique pour l’homme, qui contamine la chaîne alimentaire aquatique, source de nourriture pour des milliards d’organismes. Le mercure est émis dans l’atmosphère par les gaz de combustion polluants de nombreuses industries. La société israélienne MercuRemoval, développeur de solutions de traitement de gaz, vient d’annoncer des résulta...

IsraelValley Desk | Science

Utiliser la science pour rapprocher des pays ennemis: c’est l’objectif de SESAME, un accélérateur de particules qui vient d’être achevé près d’Amman en Jordanie. Rencontres avec ses utilisateurs israéliens, palestiniens, iraniens, pakistanais Au crépuscule, l’hiver, alors que résonne le dernier appel du muezzin à la prière, la myriade de maisons cubiques adossées aux 19...

IsraelValley Desk | Science

Tous les ans, plus de 9 milliards de poussins dans le monde sont directement envoyés dans des broyeurs par le simple défaut d’être des mâles. La start-up israélienne Novatrans Group a réussi à détecter le genre du futur volatile directement dans l’œuf ce qui pourrait être une vraie révolution dans le domaine. Il est difficile d’imaginer que, chaque année, la moitié des poussi...

IsraelValley Desk | Science

En route vers mars: une veste de protection développée par la société israélienne StemRad sera testée dans l’espace dans le cadre d’un accord entre les agences spatiales israélienne et allemande L’accord a été signé le 31 janvier, lors de la semaine de l’espace organisée en Israël, par les directeurs des deux agences. Il prévoit l’envoi d’une veste innovante de pro...

IsraelValley Desk | Science

Un nombre croissant d'études montrent un recul généralisé du QI moyen. Un phénomène multifactoriel, qui met notamment sur la sellette les perturbateurs endocriniens. De plus en plus d'études pointent la même inquiétante tendance : à peu près partout dans le monde occidental, le quotient intellectuel moyen de la population baisse dangereusement depuis une quinzaine d'années. Cett...

IsraelValley Desk | Science

Comment de nombreuses personnes souffrant de troubles du sommeil dans le monde entier pourraient-elles enfin passer une bonne nuit? Aujourd’hui, une nouvelle étude israélienne a de mauvaises nouvelles pour la communauté créative. Les chercheurs ont cherché à comprendre comment deux types de créativité - visuelle et verbale - influencent les aspects objectifs du sommeil tels que la ...

IsraelValley Desk | Science

Trump, Brexit, Turquie, Grèce. Quatre exemples récents de l’incapacité des sondages à prédire correctement le résultat d’une élection décisive. Devant l’ampleur et la fréquence de ces erreurs, il est légitime de s’interroger sur l’avenir des instituts de sondages à l’ère du tout digital. Pourquoi ont-ils cessé d’être fiables? Et pourront-ils le redevenir? Pend...

IsraelValley Desk | Science

Des virus bactériens « avertissent » leurs semblables si les cellules nécessaires à leur réplication risquent de manquer. Vous n’imaginez pas tout ce qui papote à l’intérieur de vous. Derniers-nés au pays des bavards: les virus. Des chercheurs ont découvert que certains émettaient des signaux encourageant leurs semblables à «épargner» momentanément leur hôte pour éviter...

IsraelValley Desk | Science