Dec 13

Enlèvement d’enfants en Israël par l’un des parents

Authors picture

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Headline image

Beaucoup de parents qui ont été confrontés à la dure réalité de l’enlèvement des enfants par l’un d’eux se retrouvent perdus face à une décision unilatérale du parent qui emmène le mineur à l’étranger sans l’intention de le ramener, parfois dans le but de s’en servir comme monnaie d’échange dans le cadre d’une procédure de divorce, et d’autres fois pour disparaitre avec l’enfant dans un pays quelconque sans divulguer l’endroit où ils se trouvent. Quels sont les démarches judiciaires que peut entamer ce parent pour faire revenir son enfant dans le pays? Peut-on éviter à l’avance un enlèvement d’enfants en Israël ?

Qu’est-ce qu’un enlèvement d’enfant selon la loi israélienne?

Selon la convention de la Haye, qui a été adoptée par l’Etat d’Israël en 1991, l’enlèvement d’un enfant mineur signifie l’éloignement illégal d’un mineur de son pays de résidence régulière, par la violation des droits de garde ou des droits de visite, qui ont été exploités en pratique par le second parent au moment de l’enlèvement.

Les principes de la convention de la Haye

L’objectif principal de la convention de la Haye est de ramener le mineur le plus vite possible vers son lieu de résidence initial en partant du principe que l’acte d’enlèvement unilatéral est contraire à l’intérêt  de l’enfant, fil conducteur des clauses de la convention. La convention de la Haye a été mise en place pour apporter au parent, dont l’enfant a été enlevé, les premiers secours en urgence afin de ramener le mineur, sans tenir compte de la question de la garde. A cet effet, la convention détermine une voie rapide pour ramener le mineur dans le pays d’où il a été sorti illégalement.

Ce but est atteint en obligeant les autorités du pays dans lequel le mineur a été introduit, à  le ramener dans son pays d’origine, et de laisser le débat concernant le bien de l’enfant aux Tribunaux du pays d’origine. Ainsi, la convention touche doublement son but: d’une part, la défense des enfants kidnappés; et d’autre part, la dissuasion de l’enlèvement, car le retour immédiat du mineur rend l’enlèvement inutile.

Que doit-on entreprendre pour ramener un mineur qui a été enlevé?

Dès l’instant où le parent découvre que son enfant a été emmené dans un autre pays, il doit agir vite et tenter  de localiser le pays vers lequel le mineur a été enlevé. Si ce pays a adopté la convention de la Haye, il faut déposer immédiatement « une demande de restitution pour enlèvement » par le biais de l’Autorité centrale en place dans ce même pays. Si le mineur a été emmené dans un pays qui n’a pas signé la Convention, il faut alors déposer un recours auprès de la Cour Suprême de demande d’ordre d’ « Habeas Corpus ».

Selon les dispositions de la Convention, lorsque les conditions préliminaires sont remplies, comme, les autorités administratives et/ou judiciaires du pays dans lequel le mineur a été emmené sont obligées de rendre immédiatement le mineur, sans aucun pouvoir de jugement, sauf quelques exceptions définies aux articles 13 et 20 de la Convention.

Les conditions préliminaires à l’application de la Convention de la Haye

L’obligation des autorités de ramener le mineur dans son lieu de résidence initial est soumise à trois conditions préliminaires:
• que le pays vers lequel le mineur a été enlevé ait signé la convention de la Haye;
• la Convention ne s’applique aux enfants que jusqu’à l’âge de 16 ans;
• l’obligation de restitution ne s’applique que si la demande de restitution a été déposée dans un délai de un an à compter de la date de l’enlèvement illégal, car le retour d’un mineur qui aurait eu le temps de s’intégrer dans un nouvel environnement pourrait lui causer un préjudice plus grave que celui qu’il a déjà subi du fait de son enlèvement.

Les exceptions à l’obligation de restitution :

La convention de la Haye définit quatre exceptions à l’obligation de restitution qui incombe aux autorités:
• Le parent qui réclame le retour du mineur n’a pas exercé au moment de l’enlèvement ses droits de garde, ni même les accords de contact avec le mineur.
• Le consentement préalable ou l’acceptation par rétrospective de l’autre parent avec l’acte d’enlèvement.
• La crainte sérieuse que le retour du mineur puisse lui causer un préjudice physique ou psychologique ou le mette, d’une autre façon, dans une situation insupportable.
• La restitution n’est pas autorisée selon les principes fondamentaux sur les droits de l’homme et les libertés fondamentales du pays dans lequel le mineur a été emmené.

La volonté du mineur

La volonté du mineur peut être prise en compte mais il ne s’agit pas d’une valeur sacrée. Trois paramètres simultanés ont été définis par la jurisprudence et doivent être établis pour que le Tribunal prenne en compte la volonté du mineur de ne pas revenir dans son pays d’origine: l’âge du mineur et son degré de maturité en fonction de ses points de vue et de ses opinions ; la volonté indépendante du mineur de ne pas revenir dans son pays d’origine et l’absence de pression de la part du parent qui l’a enlevé ; et un refus ferme et évident de retour dans le pays d’origine.

Les moyens préalables d’éviter les cas d’enlèvement d’enfants en Israël 

Afin d’éviter à l’avance d’avoir à mettre en pratique la Convention de la Haye, il est important de prendre des mesures préalables. Toute mère qui a le moindre soupçon, si infime soit-il, d’un éventuel acte d’enlèvement, doit déposer une requête auprès du Tribunal pour solliciter une interdiction de sortie du territoire envers le mineur.

Le Tribunal accorde facilement les interdictions de sortie du territoire envers les mineurs sans même réclamer la preuve du soupçon d’enlèvement (car chaque parent a le droit de connaitre à l’avance et d’autoriser la sortie de son enfant à l’étranger).

C’est pourquoi, cette démarche d’ordre d’interdiction est d’une importance majeure, dès lors qu’il existe le moindre soupçon d’une éventuelle volonté d’enlèvement.

Par Liane Kehat Law Offices and Notary
Myp@Lkehat-law.co.il

Source: Israël Magazine

Occupés par l'autopromotion incessante, obsessionnelle, les autorités israéliennes oublient souvent que des pays comme la France rattrapent leur retard en matière de fiscalité destinée aux startups. Selon Usine Digitale: "La France est l'un des pays où la dynamique des start-up est forte. Pourtant, notre pays est critiqué : la complexité et le poids de la fiscalité seraient des fre...

Ilan Hess (Rehovot) | Droit et fiscalité

Une commission parlementaire va s’attaquer à une question importante: le financement de voyages à l’étranger de députés par des organisations anti-israéliennes et antisémites. Selon les statuts de la Knesset, tout voyage à l’étranger d’un député dans le cadre de ses activités parlementaires doit obtenir l’aval préalable de la commission de l’Ethique. Yoav Kich (Liko...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Une loi destinée à alléger les charges fiscales pour les parents isolés sans emploi. Cette loi, qui concerne au premier chef les mères élevant seules un ou plusieurs enfants, doit les inciter à prendre un emploi. Jusqu’ici, les parents isolés bénéficiant de prestations sociales pouvaient seulement gagner un certain montant (3 200 shekels) au-delà duquel le taux d’imposition ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

REVELATIONS. Que ce soit en termes d'impôt sur le revenu, de cotisations sociales payées par l'employé et par l'employeur, Israël se retrouve par un taux deux fois plus faible que la France°. Selon Les Echos : "La France quant à elle fait figure de parent pauvre dans le paysage international. Tel est l'un des enseignements du rapport annuel sur la « taxation des salaires » publi...

Eyal Koren | Droit et fiscalité

En Israël, d'un point de vue économique, un compte joint est plus avantageux que deux comptes séparés, et permet l'économie d'environ 200-300 shekels/an en matière de frais de tenue de compte, commissions diverses. Par ailleurs, et plus les rentrées d'argents sont grandes sur le compte (et en ce sens 2 salaires sont plus importants qu'un) plus vous avez la possibilité de négocier a...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le parlement israélien vient de décider que les seniors de plus de 80 ans ne feront plus la queue. Une nouvelle loi leur permet de passer devant tout le monde pour aller directement au guichet de la banque ou de l’administration, ou encore à la caisse du supermarché. C’est Itzik Schumi de l’Union sioniste, alliance centre gauche des partis d’opposition, qui a initié cette loi. L...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Pour la première fois dans les annales de la justice israélienne, des juges et des procureurs menaceraient de faire faire grève si leurs revendications concernant les conditions de leur retraite ne sont pas satisfaites. L’information a été rapportée par le quotidien Yedioth Aharonoth. Cela n’était encore jamais arrivé. Mais à présent, le Comité central de l’association du B...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Jusqu'ici, la situation des Français d'Israël sur le plan fiscal était simple. Elle était et reste régie par la convention franco-israélienne de non double imposition de juillet 1995. Pour ce qui concerne les retraités français, après leur alya, soit ils relevaient du secteur public et assimilés (collectivités territoriales, etc...) et ils continuaient à payer des impô...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Dr Daniel Rouach (co-Fondateur d'IsraelValley) était à Berlin cette semaine. Il a été entendu en qualité de témoin le mardi 21 mars 2017 au Palais de Justice du Kammergericht, la Cour Supérieure de Berlin située à Schöneberg. Dans une atmosphère de sécurité maximale (nombreux policiers allemands armés, contrôles draconiens aux entrées du tribunal) , une audience solennell...

Eyal Aviv (Kikar Hamedina) | Droit et fiscalité

La police a estimé que la maire de Netanya Myriam Feierberg, devait être poursuivie en justice pour ‘corruption, fraude et abus de confiance’. Elle recommande aussi d’entamer des poursuites contre son ex-mari, Elie Feierberg, et son fils Tsafrir ‘pour des délits de fraude et de tentative de recevoir des pots-de-vin’. L’affaire a débuté en septembre dernier. La maire avait ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

En 2011, le ministère français des Finances avait imaginé imposer les Français résidant hors de France en assujettissant à la CSG les revenus de leur patrimoine. Ce fut le Plan Baroin. Plan auquel, alors Vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’étranger, je réussis à faire obstacle en intervenant auprès des milieux politiques arguant de l’impopularité d...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Prof. Nili Cohen, professeur en chaire à la Faculté de Droit de l'Université de Tel-Aviv, ancien recteur de l'Université et présidente de l'Académie israélienne des Sciences recevra le Prix Israël 2017 dans le domaine des études de droit "pour la vigueur de ses recherches, qui explorent et brisent les frontières de la pensée". Le  Prof. Nili Cohen a fait toutes ses études, du...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Droit et fiscalité

Naftali Benett a annoncé que le Prix Israël 5777 dans le domaine de la recherche en droit serait attribué cette année au professeur Nili Cohen dont les travaux sont connus en Israël et dans le monde. Nili Cohen, née en 1947, est considérée comme l’une des meilleures juristes d’Israël qui s’est spécialisée dans le droit civil. Elle est la présidente de l’Académie nat...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

ATS – La Suisse ne devrait plus subventionner des ONG accusées d'être impliquées dans des actions antisémites ou des campagnes de boycott d'Israël. Le National a accepté une motion UDC en ce sens. Le Conseil des Etats devra se prononcer. Des révélations mettent régulièrement en évidence les relations douteuses entretenues par des ONG bénéficiant plus ou moins directement de su...

David ILLOUZ | Droit et fiscalité

Le Parlement israélien a annoncé lundi 6 mars avoir voté une loi interdisant l’accès à l’Etat hébreu aux partisans de son boycott international. « Aucun visa ou aucune autorisation de séjour de quelque type que ce soit ne sera accordé à une personne n’étant ni un citoyen israélien ni un résident permanent si elle, ou l’organisation ou l’institution dans laquelle elle ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité