Dec 1

LIONEL STOLERU N’EST PLUS, MAIS IL RESTERA AVEC NOUS.

Authors picture

Henri Cukierman

LIONEL STOLERU N’EST PLUS, MAIS IL RESTERA AVEC NOUS. J’ai eu le plaisir de le connaître dès 1966: dans le cadre des activités des élèves de l’X, nous organisions un colloque et recherchions des camarades jeunes et brillants et Lionel Stoleru du corps des Mines, a été l’un des premiers à accepter de venir nous parler, à cela près que son intervention était beaucoup moins un discours qu’une invitation à être dynamique.

Il était déjà en avance sur son temps: en 1967, le Défi Américain de Jean-Jacques Servan-Schreiber a été tiré à 600 000 exemplaires à un moment où émergeait en France une forte volonté de bouger, de se rapprocher du modèle américain et de le dépasser.

En 1969, Lionel Stoléru nous a donné un mode d’emploi pour atteindre, en France, cet objectif: l’Impératif Industriel. En entrant au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing puis au gouvernement, il est passé de la théorie à la pratique.

Il a toujours été très « cash », on m’a ainsi raconté que dans le cadre d’un tournoi de tennis au sein du cabinet de Giscard, il s’est retrouvé face à ce dernier et a été très fier de sa victoire alors que certains de ses meilleurs amis se demandaient si une telle victoire était politiquement adroite.

Je l’ai revu comme fondateur et animateur des petits déjeuners polytechniciens, dont il a fait un évènement mensuel remarquable par la qualité exceptionnelle des intervenants et des participants.

En devenant Secrétaire d’Etat chargé du Plan dans le gouvernement Rocard, il a montré qu’il était plus attaché à l’action qu’aux partis.

Je n’ai pas non plus été surpris de le voir assumer pleinement l’intérêt qu’il a toujours porté à Israël lorsqu’il est passé des ors de la République à la présidence de la CCFI où il a été aussi dynamique que par le passé en en faisant une organisation indépendante, en l’installant dans la Maison France Israël, avenue Marceau et en lui donnant une dimension remarquable et remarquée qui a mis la barre très haut pour ses successeurs. Lionel reste donc avec nous comme un modèle d’intelligence, de volonté, de dynamisme, de rectitude et d’amitié

Henri Cukierman